Accueil

Un vent malsain de noirisme souffle sur l'île aux fleurs

   Que Johnny HAJJAR, secrétaire général du PPM, se comporte d'une manière inélégante, voire provocatrice, lors des réunions plénière de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) est un fait et ce fait n'a rien de nouveau. Il s'est encore illustré vendredi dernier en voulant à tout prix prendre la parole à la suite de la présentation d'un rapport de la Cour des comptes pour lequel il avait été préalablement annoncé qu'il n'y aurait pas de débats puisqu'il s'agissait d'une simple information à l'assemblée.

   Cela justifie-t-il le déchaînement de racisme à son égard qui s'en est suivi sur Whatsapp, Facebook et autres moyens de communications Internet ? Citons-en seulement trois exemples :

 

   . "Va travailler avec les ciments Lafarge en Syrie !"

 

   . "Retourne chez toi !

 

   . "Ou pa lakay-ou isiya, misié-a !"

 

   De tels propos sont tout à la fois affligeants et inadmissibles et avaient déjà fusé, de temps à autre, au sein d'une fraction du public autorisé à assisté aux plénières depuis l'installation de la nouvelle collectivité. Ils reflètent le vent mauvais de "noirisme" qui souffle sur la Martinique depuis quelque temps, idéologie malsaine diffusée par une bande de lumpen-intellectuels, penseurs autoproclamés et autres révolutionnaires du graffiti usant de tous les moyens possibles et imaginables: émissions sur des radios et télés privées, blogs et sites-webs, vidéos sur Facebook, conférences, opuscules autoédités etc...Ces personnes s'emploient, entre autres, à diaboliser la Créolité qui prône la coexistence des différents ethno-groupes installés en Martinique quelle que soit leur date d'arrivée dans le pays (sans que cette coexistence abolisse pour autant la lutte des classes) et distillent jour après jour le poison du racisme inversé. Un pitoyable suprématisme noir qui fait pendant au triomphant suprématisme blanc.

   François DUVALIER, président d'Haïti, avait détourné la Négritude en noirisme et avait fait massacrer par ses Tontons-macoutes près de huit mille "mulâtres", notamment 300 personnes qui portaient le nom SANSARIQ dans la ville de Jérémie, cela en à peine quatre jours. TOUS CREOLES, en Martinique, a détourné la Créolité en créolitarisme, puisque tout système de pensée est toujours menacé d'être détourné (ce que ne savent pas ou feignent de ne pas savoir nos crétins de noiristes), mais à sa décharge, il n'a encore tué personne.

   En tout cas, si personne ne donne un coup d'arrêt à ces idéologies malsaines noirisme et créolitarisme—, si les vrais intellectuels ne se mobilisent pas pour dire "STOP ! CA SUFFIT VOS ANERIES !", des déchaînement racistes comme celui qu'a subi sur le Net le conseiller territorial Johny HAJJAR continueront de plus belle et pren—dront même plus d'ampleur. Et surtout, vous qui vous taisez, ne vous croyez pas à l'abri ! On vous découvrira toujours une grand-mère indienne, un cousin syrien, une belle-mère chinoise ou un parrain "pangnol" et dès lors, vous serez pointés du doigt et vous retrouverez dans le collimateur de ces apprentis-macoutes...

Commentaires

Véyative | 15/10/2017 - 07:22 :
Pourquoi tant de haine dans un pays aussi catholique? Qui est responsable de cette situation? Un sociologue pourrait-il nous éclairer?
EBROIN | 15/10/2017 - 17:08 :
Voyons voyons, si nous commençons, voir continuer comme cela à invectiver nos compatriotes rien ne pourra avancer dans notre petite Martinique. Nous tous en Martinique sommes mélangés de près ou de loin (Indien, Syrien, Africain, Arawak, Européen etc). Nous devons stopper nos comédies de mauvais goûts. Reprochez le P.P.M d'avoir mené une mauvaise politique à la rigueur mais ne pas s'en prendre à la personne de cette manière!!! Tout moun ki né Matinik dépi anni nanan sé Matinikè. Mèsi an lo pou pèp Matinik la.
Balivot | 17/10/2017 - 14:56 :
Tout a fait d'accord avec vous. Quelque soit notre bord politique de tels propos sont intolérables. Je pense que les gens confondent tout et cette période leur permet de se lacher en confondant négritude et racisme envers les autres communautés ou confondent encore indépendantisme et racisme également. Ce qui est déplorable. Mais ne dit on pas que la violence (verbale ou physique) est l'apanage des faibles?

Pages