Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Billet du Jour
Ces élections dites "bourgeoises"...

  Il est de bon ton à l'extrême-gauche et même dans une certaine gauche de brocarder, voire de dénigrer les élections dites "bourgeoises" ainsi que "la démocratie bourgeoise".

Billet du Jour
Université des Antilles : amendements sans consultation de C. Conconne et M. Antiste

 Est-ce l'approche des élections territoriales qui rend nos chers (ères) politiciens (nes) martiniquais (es) fébriles ? Voici qu'en effet, certains (es) multiplient les initiatives inconséquentes ou démagos !

Sésel
Seychelles election marks first opposition victory in 44 years

Wavel Ramkalawan wins presidency ousting incumbent United Seychelles party leader

Nich pédagojik
OCTOBRE "MOIS DU CREOLE" : L'OEUVRE DE RAPHAEL CONFIANT

   En ce mois d'octobre dédié un peu partout à travers le monde à la langue créole et pas seulement dans les pays créolophones, nous présenterons chaque jour un (e) écrivain (e) ou un (e) créoliste.

Réinion
Le Somèn Kréol prend ses aises

De multiples animations sont proposées à Saint-Paul dans le cadre de la Somèn Kreol. Un hommage sera rendu au mythique groupe Lézard vert, avec la réédition d'un vinyle.

Nich pédagojik
OCTOBRE "MOIS DU CREOLE" : L'OEUVRE DE GEORGES-HENRI LEOTIN

   En ce mois d'octobre dédié un peu partout à travers le monde à la langue créole et pas seulement dans les pays créolophones, nous présenterons chaque jour un (e) écrivain (e) ou un (e) créoliste.

Ti kourilet
 "La Journée de notre langue", ça n'existe nulle part, sauf à l'Atrium (Martinique)

   Nombreux sont les peuples du monde qui fêtent leur langue, notamment lors d'un jour choisi dans l'année. S'agissant du créole, c'est le 28 octobre.

Linivèsité
Quand la mer brûle
Mourad Yellès (INALCO)

« Le vrai passage a lieu au milieu. Quelque sens que la nage décide, le sol gît à des dizaines ou centaines de mètres sous le ventre ou des kilomètres derrière et devant. Voici le voyageur seul. Il faut traverser pour apprendre la solitude. Elle se reconnaît à l’évanouissement des références. (...) Le corps qui traverse apprend certes un second monde, celui vers lequel il se dirige, où l’on parle une autre langue, mais il s’initie surtout à un troisième, par où il transite. » Michel Serres.

Média
Malgré la baisse de la population, la croissance avait redémarré
Michel Branchi (avec Insee)

L’Institut national de la Statistique et des études économiques(Insee) vient de livrer deux documents très utiles pour la lecture de la situation économique martiniquaise.

D’un côté les comptes économiques annuels de 2019 (Cerom n°31- Octobre 2020) et de l’autre la conjoncture économique du 2ème trimestre 2020 (Insee conjoncture Martinique n°11- octobre 2020).

Nich pédagojik
OCTOBRE "MOIS DU CREOLE" : L'OEUVRE DE GEORGES MAUVOIS.

   En ce mois d'octobre dédié un peu partout à travers le monde à la langue créole et pas seulement dans les pays créolophones, nous présenterons chaque jour un (e) écrivain (e) ou un (e) créoliste.

Oksitani
10 d’octòbre de 2020, per que viven nòstras lengas

“Per que viven nòstras lengas”, qu’es aquò?
 
Es un eslogan, e es mai qu’un eslogan.
 
Un vòt, e mai qu’un vòt, una exigéncia d’accion.

Répiblik Mitan l'Afrik
Marie-France Bokassa : « J'aime mon père »
Emilie Lanez (in "Le Point")

La fille de l'ex-empereur de Centrafrique revient sur son enfance. Elle publie, chez Flammarion, un livre poignant : « Au château de l'ogre ».

Matinik
Kouvè-difé
Kréyolad 843
Jid

Manmay zafè viryis-tala, ou sé di ka rann moun dekdek. Lasimenn pasé an manman ek an bopè an jwè foutbol, alé oti an arbit pou té sé di’y fason pansé yo.

Rigoladri
Arrêté anti-pesticide du Prêcheur : la coalition Péyi-a/Rdm/Ppm sort du bois

 Ce serait tout simplement risible si ce n'était pas grotesque. Mais, comme chacun sait, en Martinique, depuis quelque temps, le grotesque n'a plus de limites. Voyons voir ça !

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Un roman qui annonce, dés 1924, les idées de la négritude, du féminisme et de l’intersectionnalité.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Suzanne Lacascade (1884-1966) est martiniquaise par sa mère et guadeloupéenne par son père, un médecin de la Marine qui fut député de son pays natal puis gouverneur de Mayotte et Tahiti. Cette enseignante n’a écrit qu’un seul roman, Claire-Solange, âme africaine.

Billet du Jour
Ki léta lang-manman nou jòdi ?
Mina ADELE

 Avan, lè ou té ka tann moun palé kréyol, yo té ka sèvi  mo nou pa ka tann ankò. Sa nowmal davwè ni sitiyasion ki té ka ekzisté avan, nou pa ka viv jòdijou

Litérati
Le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2020 attribué à trois auteurs

   Originalité de cette 30è édition : le prestigieux prix littéraire caribéen, créé par Edouard GLISSANT, a été attribué à trois écrivains pour l'ensemble de leur œuvre.

Sied
Hommage à mon amie Maxette Olsson, la Créole collectionneuse d´art

Première noire égérie de IKEA, Maxette Olsson, installée en Suède depuis les années 70, chérissait sa Guadeloupe natale et sa langue créole. Amoureuse du Compa haïtien, elle a parcouru plusieurs villes africaines. Amatrice d’art, elle a été directrice de galerie, auteure en créole, Maxette Olson organisait également des défilés de mode au profit de la Croix Rouge et de l’association Sauver les Enfants. Elle s’est éteinte ce lundi 19 octobre.

Rilijion
Une peintre suédoise à la Martinique

   Den svarta madonnan samt flera andra väggmålningar. Vi följer Dagmar Glemmes arbete från start till färdig kyrka med några klipp från gudstjänst.

Litérati
Kala pani, «les eaux noires»de la traversée, et boat people: De Souza, Appanah et Confiant
Georges D. Véronique (Université d'Aix-Marseille)

Cette contribution étudie le mode de narration retenu par trois écrivains créoles pour évoquer la traversée des océans par des engagés indiens et des clandestins chinois en direction des îles créoles de l’océan Indien et des Caraïbes. On tente de montrer le lien entre la créolité des écrivains et la façon dont leurs textes abordent la narration de ces périples douloureux. Ons’intéresse essentiellement aux thématiques et aux énonciations qui organisent les textes. Les parcours romanesques sont à lire à la lumière de la créolisation comme procès de transformation.

Pages