Accueil

Négritude, mulatraille et dominicanité, l'image du dominicain dans la littérature

Par Pedro UREÑA RIB

Parler d'image implique pouvoir se définir soi même. Se décrire, se montrer. Etre fier de ce qu'on est et de ce que l'on deviendra. Pouvoir parler consciemment de soi, et le dire.

Structurer cette image image, en littérature, implique la création d’un interlocuteur présumé, choisi par l'auteur qui dessine ainsi un autre personnage (son lecteur). Bien que ce dernier ne figure pas les personnages décrits dans l’œuvre littéraire, il y sera reflété, critiqué, modifié, stimulé, d'une manière ou d'une autre. Il se sentira satisfait ou insatisfait, face à cette instance romancée qui le génère. L’interaction de ce miroir où le lecteur se reconnaît et peut donc construire un systèe de référents qui le renvoient à ses propres images de l’autre, détermine, dans une grande mesure l'acceptabilité d'une oeuvre littéraire et son succès dans l'espace culturel précis où l'oeuvre surgit, où elle est acceptée. La création littéraire agit donc comme un système de reflets qui renvoie à l’image que nous nous sommesconstruite et de nous et des autres. Elle constitue l’écho secret qui nous permet de prendre conscience de notre regard.

Dans notre cas concret, nous allons parler des images élaborées par une littérature qui renvoie à des lecteurs bien circonscrits dans l'espace - temps. Une littérature faite dans une île de la Caraïbe, "située sur la même trajectoire du soleil ... pays de sucre et d'alcool ..." pour des hommes et des femmes d’un "pays fruitier et tropical ".
Les auteurs choisis pour notre étude sont en général ceux qui ont eu du succès auprès du lecteur dominicain ou d’ailleurs, chez les autres lecteurs latino-américains.

(...)

Télécharger la suite. Document intégral joint

Document: 

Negritude_mulatraille_et_dominicanite_l_image_du_dominicain_dans_la_litterature.pdf

Pages