Accueil

HONNIE SOIT LA SAINT VALENTIN SOUS LES COCOTIERS !

Aux Antilles plus particulièrement en Martinique, la fête de la saint Valentin est d’introduction récente, donc de tradition tout aussi récente. Je n’ai pas le souvenir que dans les années 70 qu’elle fut célébrée par chez nous.

Après avoir posé la question à mon entourage, qui m’apprit que cette fête a pris racine dans les années 80 et sans doute par effet d’imitation, car comme vous le savez le Martiniquais ne veut pas que la vie se fasse sans lui.

Vous comprendrez aisément, que je ne puis être en accord avec ceci. La saint Valentin est la pire fête, qui puisse exister en Martinique.

Ce ne sont pas les Békés qui l’ont introduite pour augmenter le chiffre d’affaire de leurs hyper… ou supermarchés, ni nos Chinois et autres mulâtres commerçants richement fortunés, car ils sont tout aussi emmerdés que le Martiniquais de base.

La saint Valentin est la fête de la désunion, c’est une catastrophe, un « bonda manman,w » sous nos cocotiers. Pour ceux qui sont au fait de la sociologie antillaise, notamment de celui des hommes, vous devinez le calvaire que ce jour représente pour le Martiniquais et le Guadeloupéen.

Imaginez que vous quittiez votre domicile conjugal, et que vous allez visiter votre maîtresse (fanm déwo), l’attitrée avec laquelle vous avez un ou deux enfants, pour lui souhaitez une bonne fête de la saint Valentin et lui offrir un bijou ou un cadeau qui lui fera plaisir.

Pour vous remercier, en ce jour de la fête des amoureux, elle a préparé un repas et tient à votre présence, mais vous devez aller visiter votre deuxième maîtresse, une jeunesse qui vous donne l’impression à la quarantaine d’être encore dans le coup, d’être encore un coq. Vous lui apportez un bijou un peu plus coûteux que le précédent, car à cette âge elles ont des goûts de luxe et elles sont plus exigeantes. Heureux que vous lui témoigniez autant d’affection, elle a réservé à votre nom une table pour deux dans un restaurant chic.

Que voulez-vous, cette génération ne cuisine pas !

Et dans le même temps, votre épouse vous attend, elle aussi souhaite que vous l’honoriez de votre présence afin de réaffirmer tout l’apport que vous lui portez, la rassurez que malgré le poids des ans, des habitudes, des soucis, qu’elle est toujours chère à votre cœur et qu’elle restera la femme de votre vie, votre unique amour.

Vous mesurez maintenant la difficulté à laquelle l’homme martiniquais et guadeloupéen est confrontée ?

Comment être trois en un, être trois endroits à la fois au même moment, ne pouvant se bilocaliser ou trilocaliser, la seule solution s’il ne veut pas que ce jour se transforme en cauchemar est de tomber malade et de filer aux urgences de la Meynard.

Voilà un peu à quoi est confronté le Martiniquais ou le Guadeloupéen à la saint Valentin.

Ce n’est pas un d’entre eux qui a introduit cette fête briseuse les ménages et génératrice des scènes de ménage.

L’imbécile qui a eu cette idée d’introduire la saint Valentin sous les cocotiers, qu’il soit sûr d’une chose, nous ne lui disons pas merci.

- Abruti va !

{{Evariste Zephyrin}}

[SOURCE->http://www.pyepimanla.com:80/saint-valentin/articles/saint-valentin-aux-...

Commentaires

fela | 23/02/2008 - 12:11 :
Sachez monsieur, que ce ne sont pas tous les guadeloupéens et martiniquais qui trompent leurs épouses, les caribéens sérieux ça existe. Cet article est une honte.