Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Université des Antilles : le chaos était prévisible.
Yves-Léopold MONTHIEUX

Le  renoncement de la Guadeloupe et de la Guyane à s’unir pour quoi que ce soit à la Martinique a connu sa première expression dans leur refus caractérisé de participer à la Grande région Antilles-Guyane envisagée il y a environ 50 ans. La Martinique y était seule favorable et elle avait raison, selon moi. La création de plusieurs institutions ou organismes régionaux pouvait paraître aller en ce sens. Mais il est évident que les autres collectivités craignaient que le statut de chef de file de la Martinique ne se prolonge dans la Grande  région. Ce qui était d’autant plus insupportable que la conscience d’être des « pays » s’opposait à toute perte de souveraineté d’un DFA par rapport à l’autre. On a retrouvé le même réflexe quand se sont présentées les  dissensions à l’égard de l’académie et de l’université.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Referendum : on met la charrue avant les bœufs
Yves-Léopold MONTHIEUX

Les analyses faites autour d’un possible référendum au terme du Grand débat ne paraissent pas relever d’un usage normal de ce mode de consultation. La nature du referendum est son caractère exécutoire. Le lendemain du vote, lorsqu’il est favorable, il doit entrer en vigueur. Il ne  doit pas ressembler à un vote de confiance, sans effet décisionnel, suivant une déclaration de politique générale du gouvernement devant l’assemblée nationale.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Le drapeau vert-rouge-noir n’est pas pour demain.
Yves-Léopold Monthieux

   En supprimant l’emblème aux 4 serpents, le président de la République n’a pas entendu invalider un drapeau et encore moins un drapeau national. L’objectif avéré de la  Collectivité territoriale de Martinique (CTM) est de faire reconnaître la Martinique lors des rencontres sportives dans les Caraïbes, autrement que par le fanion retiré ou le drapeau français

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Les majorités sont toujours « minoritaires »
Yves-Léopold Monthieux

  L’insatisfaction institutionnelle de la France étant permanente, on parle de plus en plus de la venue de la 6ème République. C’est même une curiosité française, après le béret, le pain et la bouteille de vin. Mais personne ne dit ce qu'il faudra mettre à l’intérieur de la nouvelle constitution. Sans doute par crainte que sitôt fait le projet ne soit soumis à la critique. 

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Référendum d’initiative citoyenne (RIC) : la douce folie de la démocratie
Yves-Léopold Monthieux

   Les référendums ne sont pas organisés, comme les autres élections, à des échéances fixées d’avance par la loi. Par ailleurs, le texte soumis à référendum, comme l’opportunité de la saisine, expriment l’expertise politique de celui qui pose la question et suppose la compréhension du citoyen qui doit y répondre.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
La France va mal, qui vit bien
Yves-Léopold MONTHIEUX

La présente tribune peut être regardée comme un complément de mon précédent article : Emmanuel MACRON a-t-il été élu trop tôt ? Au moment où tout le monde se veut adepte des Gilets jaunes et que les opportunistes se défilent : « moi je  n’ai pas voté MACRON ».  La France  a besoin de coups de pieds au cul est un aphorisme que j’ai souvent utilisé, notamment avant l’élection de Nicolas SARKOZY.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
L’ICONE GANDHI TREBUCHE
Yves-Léopold MONTHIEUX

Ainsi donc, à force de vouloir déboulonner les statues on en arrive à des situations inattendues qui, par effet boomerang, explosent parfois aux visages. Au moment où la controverse autour de Mahatma GANDHI prend en Afrique un tour particulier, je vous propose de republier ma tribune parue sur le sujet dans Montraykréyol, en octobre 2018 : « L’icone GANDHI va-t-elle trébucher ? » C’était peu après la pose d’une stèle à FORT-DE-FRANCE en l’honneur de cet homme.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
LE DRAPEAU MARTINIQUAIS, AU-DELA DES CONTROVERSES
Yves-Léopold MONTHIEUX

Au moment où l’initiative de la CTM, que j’avais pressentie, est prise de proposer l’adoption d’un drapeau martiniquais, je soumets à  une nouvelle lecture la tribune que j’avais publiée le 30 août 2017. Elle a été suivie par deux articles : Un drapeau-emblème régional ou un drapeau national martiniquais (1er juillet 2018) et La  fin du roman des 4 serpents (19 octobre 2018).

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
UNIVERSITE : CRIER « AU LOUP ! » NE SUFFIT PAS
Yves-Léopold MONTHIEUX

Une opinion piquée sur l’internet m’amène  à faire plusieurs observations. L’internaute déclare : « Nos politiciens veulent se retirer du cadre français en se camouflant dans des partis bô caye ; personne ne veut s’intégrer dans les partis nationaux pour afficher le territoire au sein du gouvernement. On se replie sans arrêt et le résultat est devant nos yeux ». Ces mots s’appliquent bien au rapport au gouvernement de la classe politique martiniquaise.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Emmanuel Macron a-t-il été élu trop tôt ?
Yves-Léopold MONTHIEUX

Je me permets de publier un extrait du texte que j’avais écrit en février 2017, « Emmanuel Macron aura-t-il un destin national ? ».

Compte tenu des circonstances, j’avais pronostiqué que le président qui allait succéder à François Hollande pourrait ne pas finir son mandat et qu’Emmanuel MACRON, après une défaite honorable, surgirait alors d’une courte « traversée du désert ». Je m’étais trompé :

Il est arrivé plus vite que prévu, sans avoir eu le temps de  se préparer vraiment.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
La fin du roman des « 4 serpents »
Yves-Léopold Monthieux

   Le drapeau aux 4 serpents est supprimé. C’est la première décision concrète prise le président de la république lors de sa récente visite à la Martinique. Elle a été prise le soir même où Victor Monlouis-Bonnaire, l’animateur du Blog MAKAKLA, a interpellé Emmanuel Macron.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Il est urgent de modifier les statuts de la collectivité territoriale de Martinique
Yves-Léopold Monthieux

   Tant en raison des limites démocratiques de sa conception et de son élaboration que pour les imperfections de son contenu, on a déploré à juste titre la mise en œuvre de la loi de juillet 2011 créant la collectivité territoriale de la Martinique (CTM).

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Autonomie : un anticolonialiste est indépendantiste, ou ne l’est pas

   Il ne suffit pas, comme dit l’autre, de sauter comme un cabri en criant « Autonomie ! Autonomie ! » pour se voir décerner le label d’ « anticolonialiste ». Un anticolonialiste est indépendantiste, ou ne l’est pas. Tandis qu’un autonomiste anticolonialiste, cela n’a pas de sens.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
CTM : le non respect de la règle est l’ennemi de la Démocratie
Yves-Léopold Monthieux

   La présence récurrente d’éléments allogènes au cours des travaux de la CTM ne pouvait pas manquer de provoquer des dysfonctionnements. Avant 1983, la libre entrée dans l’hémicycle du conseil général n’était pas admise. Ce n’était pas une bonne pratique de la démocratie. L’opposition de l’époque estimait que la limitation des entrées au public relevait d’une décision autoritariste, contraire à la démocratie. Elle était dans son rôle. 

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Jean-Philippe Nilor vs Alfred Marie-Jeanne : les indépendantistes jouent la justice française.
Yves-Léopold Monthieux

   On avait cru assister au dernier exploit d’Alfred Marie-Jeanne lorsqu’il s’était fait élire député dans la circonscription du Nord-Atlantique. Dans la foulée, il s’était fait remplacer par son ancien attaché parlementaire dans la circonscription du Sud qu’il avait quittée pour affronter son challenge. Mais, comme pour faire mentir le livre Alfred Marie-Jeanne la fin d’une époque, il a effectué le nouvel exploit de se faire élire pour 6 ans président de la Collectivité territoriale de Martinique. Cependant la fin de la saga Marie-Jeanne avait bel et bien commencé. 

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
LES ANNEES BUMIDOM EN MARTINIQUE (OUVRAGE A PARAITRE)
Yves-Léopold Monthieux

   Parler aujourd’hui du BUMIDOM, cet organisme qui a encadré la migration de nombreux Antillais vers la métropole dans les années 1963 à 1981, c’est se risquer sur un terrain miné. Miné par l’idéologie qui veut imposer une lecture univoque, misérabiliste et anticolonialiste du destin de ces personnes de tous âges qui, pour beaucoup, se sont réalisées et même épanouies en métropole ; bien loin d’un exil imposé, voire d’une déportation subie. 

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Un drapeau-emblème régional ou un drapeau national martiniquais ?
Yves-Léopold Monthieux

   Ressurgit l’idée d’un drapeau martiniquais. Encore un sujet de préoccupation majeur comme la Martinique les aime. Mais ceux qui s’y adonnent ne sont pas si chimériques que cela. Une conception généralement admise milite pour la création d’un drapeau-emblème qui permette de distinguer la Martinique dans les cérémonies régionales. Lorsque les sportifs participent à des rencontres de la Caraïbe, il peut paraître curieux, aux yeux des Etats, que ce soit le drapeau français qui représente la Martinique. Surtout si la Guadeloupe et la Guyane sont présentes à ces évènements. 

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
Equipe de France : d’excellents joueurs mais pas d’équipe
Yves-Léopold Monthieux

   Alors que les équipes qualifiées pour le deuxième tour de la Coupe du monde seront bientôt connues, osons faire quelques commentaires des Martiniquais, certes incomplètes, sur l’évènement et l’approche qu’en ont les Martiniquais. D’abord, le championnat d’Europe des clubs champions tend à devenir la plus importante sur le plan sportif que la Coupe d’Europe des nations et la Coupe du Monde. Les grands joueurs y son meilleurs.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
LES ANNEES BUMIDOM EN MARTINIQUE (III)
Yves-Léopold MONTHIEUX

III - Les faux prétextes du faux déclin des années BUMIDOM

L’objectif n’est pas de défendre une institution qui prend  inévitablement la couleur du pouvoir qui l’a engendrée. Que ce pouvoir soit regardé comme néocolonial ou qu’il se recommande du contraire, c’est avant tout des personnes qui sont visées. Lesquelles se trouvaient sans emploi à un moment  crucial de leur vie et où il n’y a pas d’équivalent au futur RSA. Plutôt que du traumatisme du BUMIDOM au sujet duquel il est sage de laisser s’exprimer les personnes concernées, il m’a semblé préférable, renonçant au titre prévu du volet, de s’attarder sur la situation réelle de la Martinique dans les années 1960 – 1970, présentées alors comme une sombre décennie. On s’étonne simplement que les déclinistes d’alors soient muets sur la fuite de la jeunesse qui n’a pas confiance en l’avenir que les élus lui promettent.

Le bloc-notes d'Yves-Léopold MONTHIEUX
LES ANNEES BUMIDOM EN MARTINIQUE (II)
Yves-Léopold MONTHIEUX

II - La prise en otage du BUMIDOM par l’idéologie de rupture.

La prise en charge de l’ensemble des opérations, du recrutement des candidats, sur place, dans les îles, jusqu’à leurs premiers emplois sur le territoire métropolitain, en passant par leur transport, leur hébergement et leur formation, confère à l’institution une identité qui l’expose à toutes les stigmatisations.