Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Lin Canfrin, chanteur et danseur de mayolè
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

J’ai eu le privilège de voir et d’entendre, deux ans avant sa mort survenue en 2005, un musicien marie-galantais, Lin Canfrin, se produisant dans le cadre de la remise du Prix Carbet, à la Ramée, Sainte-Rose. Je ne sais qu’écouter la musique mais j’ai gardé un souvenir empreint d’émotion de cette prestation.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Guadeloupéen, ALAIN-PIERRE PRADEL, compose de la musique de concert.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Alain-Pierre Pradel est né en 1949 d’une mère saint-claudienne. Son père originaire de Deshaies a perdu ses parents, très jeune, et il a grandi en France chez un frère commissionnaire dans un grand magasin parisien. Cet aîné, volontaire et rigoureux, était avide de connaissances et de promotion sociale. Le père d’Alain-Pierre fera carrière dans la marine avant de revenir en Guadeloupe. Au Lamentin, où lui et son épouse travaillent comme infirmiers au dispensaire de la Rosière, il a du mal à s’adapter à la vie antillaise et chez lui, c’est encore la France.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Marcel MAVOUNZY, son « petit livre-mémoire » est un trésor.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

En 1963, MARCEL MAVOUNZY (1919-2005) réalise le premier enregistrement de gwo-ka en pleine campagne de Dampierre au Gosier, avec le tanbouyé Vélo. Le curé le menace d’excommunication  pour vouloir la dégénérescence de la culture guadeloupéenne. Le 7 mars 1966, il enregistre la version originale de « Zonbi  baré mwen », chantée sans accompagnement musical. Le curé de Pointe-à-Pitre l’accuse de « blasphème contre dieu ». Marcel Mavounzy a raconté dans un ouvrage, en s’appuyant sur ses souvenirs, cinquante ans de musique et de culture en Guadeloupe, de 1928 à 1978.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Daenincks L'enfant du zoo. Note de lecture
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

En 1931, la France régnait  sur un immense empire dont elle s’enorgueillissait notamment par le biais de l’Exposition coloniale de Paris qui attira 8 millions de visiteurs. Une manière d’ancrer dans les esprits des préjugés racistes qui perdureront. Dans ce contexte furent exhibés comme des animaux, 111 Kanaks, dans un « zoo humain ». L’écrivain Didier Daenincks a construit, autour de ce thème, un récit pour les jeunes, « L’enfant du zoo ».

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
A Cuba, c’est un ouvrage de référence, il constitue une  des premières  présentations de l’île.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Jean-Baptiste Rosemond de Beauvallon (1819-1903) naît, en 1819 dans une famille blanche, en Guadeloupe. Il y est élevé (contrairement à de nombreux blancs-pays envoyés très jeunes en France). Il fait ses études à Paris, où il fréquente Alexandre Dumas et Honoré de Balzac, il devient journaliste, notamment en tant que rédacteur en chef de la Revue coloniale. En France, il souffre de voir critiquer les blancs créoles dans le cadre des débats ayant pour thème l’esclavage.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Un roman qui annonce, dés 1924, les idées de la négritude, du féminisme et de l’intersectionnalité.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Suzanne Lacascade (1884-1966) est martiniquaise par sa mère et guadeloupéenne par son père, un médecin de la Marine qui fut député de son pays natal puis gouverneur de Mayotte et Tahiti. Cette enseignante n’a écrit qu’un seul roman, Claire-Solange, âme africaine.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Une Turquie à la recherche de son identité.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Prix Médicis étranger 2005, Neige est un roman touffu, un texte très littéraire sans hermétisme, qui nous présente, à travers le regard d’Orhan Pamuk, une Turquie à la recherche de son identité.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Michèle LACROSIL, écrivaine guadeloupéenne des années 60, elle a ouvert un chemin…
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Dans les années 50, cent ans seulement après l’abolition de l’esclavage, Sapotille écrit son journal à bord du bateau qui l’emporte vers une mère patrie magnifiée. Elle espère oublier en France un passé douloureux et des déboires sentimentaux. Mais « la marée des souvenirs » la submerge.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
 "Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude"   Bohumil Hrabal.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Hanta travaille à alimenter la presse d’un atelier de recyclage de vieux papiers dans laquelle sont englouties des tonnes d’ouvrages que l’on devine condamnés par une censure implacable. Il aime son travail autant paradoxalement que les livres dont il s’efforce de sauver le plus grand nombre. Les livres, il les aime « parce qu’un vrai livre le renvoie toujours ailleurs, hors de lui-même ». Ce « tendre boucher » vit seul, uniquement préoccupé de préserver de la destruction les œuvres interdites, qu’il entasse dans sa maison. Et chez lui, le soir, il s’instruit malgré lui. Ses compagnons sont Socrate, Sénèque, Jésus, Erasme, Nietzsche… Sa vieille presse mécanique, il l’aime aussi et économise pour l’emporter avec lui, à l’heure de la retraite qui va bientôt sonner. En attendant, il s’efforce de donner une note artistique aux ballots de papier qu’il produit en y insérant, intact, un livre choisi avec soin.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Albert Béville : « L’assimilation, forme suprême du colonialisme ».
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Albert Béville est né à Basse-Terre, le 15 décembre 1915, dans une famille bourgeoise. Son père Raoul Béville (1860-1920) est un des premiers noirs à être avocat et sa mère  Edmée Michel (1871-1923) se trouve être une blanche à une époque où les préjugés raciaux sont vivaces. Raoul Béville est un homme politique aux ralliements fluctuants (Gerville-Réache, Légitimus, Boisneuf), qui meurt alors que le jeune Albert est âgé de 5 ans. Son épouse meurt 3 ans plus tard. Orphelin, Albert Béville est élevé par sa sœur Laurence.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Vous avez dit, violence ?
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Cet article ne prétend ni être exhaustif quant au relevé des méfaits, ni scientifique quant à l’exploitation à en faire, ce serait travail de spécialistes. Il s’attache seulement à mettre en exergue  quelques évidences concernant les manifestations de violence en Guadeloupe à une époque souvent présentée comme exempte de dysfonctionnements sociaux.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
La Guadeloupe est un palimpseste
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Palimpseste : « Manuscrit sur papyrus et surtout sur parchemin, dont la première écriture, enlevée par grattage ou lavage a fait place à un nouveau texte. » Larousse.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Mr Potter, un père « oblitéré ».
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

En 1979, le Guadeloupéen F. Gracchus publie Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines (Editions Caribéennes). Pour lui l’enfant imaginaire de la femme esclave et de ses descendantes est l’enfant d’un père blanc fantasmé. En 1995, la Martiniquaise L. Lesel se penche sur un autre aspect de la question dans une étude intitulée Le père oblitéré (Editions L’Harmattan). Elle nous rappelle que pendant des siècles « la paternité esclave eut à souffrir de la toute puissance disqualifiante du maître ». Elle nous explique aussi que « c’est la mère qui fait exister le père pour l’enfant à travers ce qu’elle dit de lui ». Et elle nous montre que dans les sociétés post-esclavagistes, à travers les générations de mères et de filles, le père est « oblitéré » par la toute puissance de la mère. Le roman de Jamaica Kincaid est une parfaite illustration de ces essais théoriques.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Rendre Schœlcher à l’Histoire de son pays, la France ?
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

En 1983, le SGEG (Syndicat Général de l’Education en Guadeloupe) publia une brochure consacrée à l’abolition de l’esclavage, intitulée « A pa Schœlcher ki libéré nèg ». La parution de ce petit fascicule de vulgarisation, militant mais bien renseigné, et dont les auteurs, en tant que précurseurs, reconnaissaient les insuffisances, a su jeter un regard neuf sur un événement, un homme et un mythe, à une époque où l’histoire de la Guadeloupe niée ou méconnue était alors un terrain d’investigation en friches. Les études historiques publiées depuis ne démentent en rien l’essentiel de son contenu et donnent à voir notamment l’ampleur des actes de résistance chez les esclaves.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Immigrés guadeloupéens et martiniquais en Haïti au XIXe siècle : Tantôt Français, tantôt Haïtiens
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

L’universitaire guadeloupéen Philippe Zacaïr enseigne aux Etats Unis, il étudie les rapports entre Haïti et ses immigrés afro-caribéens. Dans le Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n°154, il nous propose un article consacré aux immigrés de la Guadeloupe et de la Martinique en Haïti, dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Gordon HENDERSON et EXILE ONE ont inventé la CADENCE-LYPSO.  Entretien avec Gordon Henderson
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Je suis né à Roseau mais j’ai grandi au nord de la Dominique à Portsmouth, Grand’Anse en créole, avec mes parents. Ma mère était mère au foyer et mon père travaillait dans la société des téléphones qui à l’époque était gérée par le gouvernement. J’ai eu une enfance calme, nous habitions à un kilomètre de la ville. J’avais un frère de onze ans plus âgé que moi, j’étais donc un peu comme un enfant unique, j’étais solitaire.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Une guérilla brésilienne sous omerta  -  ENTRETIEN avec GUIOMAR DE GRAMMONT
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

On a entendu parler des dictatures de l’Amérique du Sud et des guérillas qu’elles ont engendrées. Mais qui connait le putsch militaire survenu au Brésil en 1964 et la guérilla de l’Araguaia ? Les guérilleros de l’Araguaia étaient une poignée, quelques dizaines d’étudiants communistes aidés des paysans qu’ils avaient réussi à enrôler. 10 000 soldats furent chargés de les réduire à jamais.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Des policiers aborigènes mènent l’enquête
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Dans ce roman policier de facture classique, c’est l’origine des deux enquêteurs qui en constitue l’originalité.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Un témoignage sur les grandes migrations européennes à travers l’Amérique au début du XIXe siècle …
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Morris Birkbeck est né en Angleterre, en 1764, dans une famille de quakers (chrétiens dissidents) mais quoique très religieux, il s’oppose au rigorisme de sa confession d’origine. Fermier d’avant-garde, il se lance dans l’élevage de mouton mérinos. Progressiste, républicain et égalitariste, il n’accepte pas la discrimination dont il souffre sur le plan politique, notamment l’impossibilité de voter alors qu’il est contraint de payer taxes et impôts. En 1817, il prend la décision de changer de pays et de vie. Avec des parents et des amis, il se lance à l’aventure dans le Nouveau Monde. Pendant des mois, parti depuis la côte de Virginie, il voyage jusqu’au territoire de l’Illinois, où il se fixe en 1818.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Un roman truffé de références littéraires, de titres de romans à détecter.
Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Ce roman Verre cassé (Collection Points n° P1418) est écrit sans le moindre point, ce qui ne nuit pas à la lisibilité du texte. Le récit est enlevé même si chaque page est truffée de références diverses, les principales étant des titres de romans que les lecteurs avertis détecteront au fur et à mesure. En dehors de l’aspect ludique du procédé stylistique, Alain Mabanckou attire notre attention sur le fait qu’en ce début de XXI  siècle, un écrivain a forcément conscience de mettre ses pas dans ceux de ses innombrables prédécesseurs.