Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La Martinique, le seul pays à briser les statues d’abolitionnistes

Yves-Léopold MONTHIEUX
La Martinique, le seul pays à briser les statues d’abolitionnistes

Le vent de déboulonnage de statues a soufflé à nouveau. Il s’agit cette fois du buste d’Ernest Deproge, avocat martiniquais né en Martinique dont les états de service au bénéfice de la Martinique sont repris dans tous les journaux. Je redis ici que ces menées iconoclastes ne tombent pas du ciel, c’est le résultat d’un discours et d’une politique amplement développés. Il s’agit d’un résultat-étape d’une orientation politique qui se confirme. Si ce résultat effraie nombre de ceux qui, en apprenti-sorciers, tiennent depuis longtemps ce discours et développent cette politique, ce n’est pas le cas pour tous.

 

Des sociologues et autres intellectuels voient dans ces gestes l’expression de la maturité de leurs jeunes auteurs et s’en félicitent. D’autres, à l’inverse, imputent les causes de ces actes à l’ignorance et l’inculture de ces jeunes. Cette démarche sociologique est dérisoire car il s’agit de politique et de rien d’autre. En effet, tout ignorant et tout inculte qui a été bien agité du cerveau peut parfaitement agir en fonction du formatage reçu. Il ne peut échapper à personne que ceux dont ils servent de boucliers et de vitrines ne sont pas tous des ignorants.

 

Par ailleurs, on peut s’étonner de voir les réactions varier selon les personnages représentés par les statues profanées et les méthodes employées pour leur mise à bas. Comme si, selon l’opinion de chacun, il y aurait des actes plus justifiés que d’autres. Comme si les auteurs de la chute du buste de Deproge savaient, dans leur immense sagesse, que l’œuvre d’art résisterait au bris. Contrairement aux USA qui, comme nous, ont eu des esclaves noirs sur leur territoire, les actions visent moins les esclavagistes qu’on le dit. Après un arrêt sur le sort de nos ancêtres-esclaves, à mes yeux sincère, l'intérêt paraît tout autre aujourd’hui.


Quoi qu’il en soit, les Martiniquais n’ont décapité ou déboulonné aucun esclavagiste avéré, comme aux Etats Unis ou même en Grande-Bretagne. Dans ces pays, les déboulonnages ont concerné des statues équestres et des monuments édifiés à la gloire de négriers patentés et qui ne sont connus que pour leurs crimes. A l’inverse, aucun historien, même parmi ceux qui par leurs applaudissements encouragent les jeunes, n’a pu démontrer que Joséphine de Beauharnais, encore moins Victor Schoelcher et maintenant Ernest Deproge, aient été des esclavagistes. L’indifférence quasi générale à toute recherche d’authenticité historique fait donc apparaître l’estampille « esclavagiste » comme un prétexte pour justifier des objectifs moins avouables.

 

Enfin, la critique française fait une analyse globale qui ne tient pas tout à fait compte de la particularité de la Martinique. Stéphane Bern et l’historien Jean-Noël Jeannenay, entre autres, se réfèrent à deux règles auxquelles doit être soumise la lecture de l’histoire : la « contextualisation » des faits et l’évitement du piège de « l’anachronisme ». Cependant dès lors que la culpabilité des personnages est infirmée, ou à tout le moins non établie, ces deux principes ne suffisent pas pour expliquer les causes des bris de statues, en Martinique. Un autre ingrédient procède de la volonté incontestable d’ignorer la vérité de faits qui, même regardés dans le contexte de l’époque, ne souffrent pas de discussion. Cette dénégation, si l’on peut dire, renforce leur caractère négationniste.


En somme, les critiques les plus sincères sont celles dont les auteurs acceptent tous les bris et déboulonnages, sans faire de distinction. Ces derniers, parfois des élus, ne font pas mystère de la racialité de leurs jugements et des objectifs poursuivis. Pour eux et ceux qui passent à l’acte - activistes ou acteurs isolés - tout ce qui peut ressembler à un acte de rébellion politique et favoriser « un climat » est bon à prendre.

 

Fort-de-France, le 11 juillet 2020

 

Yves-Léopold Monthieux

Commentaires

michel mirgan | 12/07/2020 - 17:54 :
Négationnisme déjà inscrit dans les couleurs même (RVN) qu'arborent les démolisseurs Ces couleurs mal assorties voire violemment opposées les unes aux autres expriment symboliquement par leur dysharmonie le refus de toute conciliation,le rejet de tout consensus,le mépris pour le débat ,et finalement le refus de la démocratie.Un drapeau national doit exprimer l'unité d'un peuple ,l'avenir qu'il se donne comme destin ,la fusion de ses différentes composantes .Des couleurs mal assorties contredisent cet idéal d'unité et de fusion ,exaltent inconsciemment les fractures ,les hostilités ou les haines. Notons d'ailleurs que l'utilisation de ce drapeau se manifeste toujours dans un certain climat de violence . .Ce n'est pas un hasard si il a été imposé sans concertation ,ni vote populaire par des personnes se disant en plus du coté du peuple, avec des arguments peu convaincants (.. les insurgés de 1870 brandissaient des chiffons rouges !!!..) Par ailleurs une historienne bien connue ardente partisan du RVN se retrouva quelque temps plus tard à soutenir le drapeau rival de la CTM; preuve du manque de crédibilité de ses arguments antérieurs.Le négationnisme des démolisseurs allié à la symbolique négative de leur emblème augurent mal de leurs futures actions.

Pages