Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

MINNEAPOLIS : AU-DELA DU CRIME ODIEUX...

MINNEAPOLIS : AU-DELA DU CRIME ODIEUX...

    Derek CHAUVIN, le policier blanc qui a étouffé l'Américain noir George FLOYD, est donc marié à une...Laotienne. Une non-Blanche donc.

    Mieux : il est le beau-frère de ce policier asiatique, THAN TAO, que l'on voit sur la vidéo du meurtre de sang-froid (et pas "involontaire" comme le prétendent les autorités américaines). Ce policier qui n'a pas bougé le petit doigt quand FLOYD s'est mis à crier "I cant't breath !" (Je ne peux pas respirer !). On a, dès lors, le sentiment de nager en plein délire : moi, Derek CHAUVIN, je suis un raciste, un suprématiste blanc, mais je n'épouse pas une...Blanche dans un pays qui compte pourtant 300 millions de Blancs.

    Quant à George FLOYD, la victime noire, il vivait en couple depuis des années avec une...Blanche dont il avait un enfant !!! Et la dame en question, éplorée, toute vêtue de grand deuil, d'appeler, à la télé, la population à ne pas manifester, à ne pas se révolter car "George n'aurait pas voulu ça". Il y a donc vraiment de quoi y perdre son latin. Blancs, Noirs et Asiatiques sont donc partie prenante de cette sordide affaire et évidemment, c'est le Noir qui en prend plein la figure !

    Au-delà, de l'événement lui-même qui a suscité une légitime émotion et qui n'est que la suite d'une interminable série d'assassinats d'hommes noirs et jeunes (y compris pendant les 8 années de mandat de Barack OBAMA), cette intrication raciale met à nu le véritable délire racialiste qui affecte les Etats-Unis depuis sa création. Cette manie de vouloir à tout prix classer les gens selon leur "race" comme on classe des chevaux ou des chiens. Ces cases "raciales" qu'il faut à tout prix remplir dès qu'on doit signer le moindre document administratif américain. Délire qui prend parfois des formes comiques comme dans le cas de la rubrique "Hispanics" (Sud-Américains) qui est souvent accompagnée d'une astérisque avec la mention "Hispanics may be of any race" (Les Sud-Américains peuvent être de n'importe quel race). Ou carrément des formes grotesques lorsque certains documents offrent des cases distinctes pour les "White Hispanics" (Sud-Américains blancs) et "Non-White Hispanics" (Sud-Américains non-Blancs) !!!

    Véritable délire classificatoire hérité de GOBINEAU et de son tristement fameux "Essai sur l'inégalité des races humaines".

   Délire qui commence d'ailleurs avec pour le moins scandaleux distinguo entre "Blanc" et "Non-Blanc" car depuis quand le Blanc est-il l'unité de mesure de l'humanité ? Tout ceci pour dire qu'hélas, les Noirs américains (12% seulement de la population des Etats-Unis) ne verront jamais le bout du tunnel tant que leur pays n'en finira pas avec son délire classificatoire. Tant que leur pays n'abolira pas les classifications raciales. Cela ne résoudra pas le problème d'un coup de baguette magique puisque dans un pays comme la France, par exemple, où ce classement est interdit, le racisme perdure et prospère même dans les banlieues (l'affaire Adama TRAORE en est emblématique), mais ce sera déjà un premier pas, certes un tout petit pas, mais un pas quand même.

   L'humanité, désormais globalisée, n'a, en effet, aucun intérêt à une guerre raciale généralisée, ce qui ne veut pas dire pour autant que les "Noirs" ne doivent pas se battre contre le suprématisme blanc. Peut-être même d'ailleurs que c'est leur lutte, si jamais elle est victorieuse un jour, qui finira par humaniser enfin les Etats-Unis...

Pages