Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

VAUDRAIT MIEUX QUE PIERRE PAPAYA NE LE SACHE PAS…

Ce sont amis que vent emporte et il soufflait devant ma porte, les emporta

Rutebeuf

                                   Tout le monde sait que Pierre Papaya  a brutalement été fauché par la mort une semaine avant le référendum du 10 janvier 2010. Vaudrait mieux qu'il n'en connaisse pas les résultats même si avec son calme habituel, il n'aurait pas dit grand chose, dissimulant sa  rage, derrière une bonhomie feinte.

                                   Le site MONTRAY KREYOL, dont il a été un webmaster efficace, et attentif aux désirs parfois pénibles de certains perfectionnistes mais attentif à chacun, le site donc, va bientôt passer le cap des 700'000 visites. Il  serait un bref instant heureux mais vaudrait mieux qu'il ne sache pas pourquoi. Il l'aurait vite compris d'ailleurs, le pourquoi de ce score et en aurait été attristé. Il n'aurait rien dit, à son habitude d'écouter beaucoup et de parler peu.

                                   Haïti a été dévasté par un séisme. Vaudrait mieux qu'il ne le sache pas. Il aurait, eu du chagrin, mais le soir venu, avec sa compagne et ses enfants, devant la télévision, il aurait bien ri et commenté les âneries des journalistes comme il avait l'habitude de le faire en famille.

                                   Il serait, en revanche souhaitable qu'il sache qu'on le regrette à travers le monde, lui d'apparence si insignifiant, si discret. De Martinique, bien sûr, mais aussi de France, de Suède, d'Italie et qu'il sache qu'il avait des amis partout, peut-être à son insu.

                                   Alors je demande à Ernest Pépin qui affirme que Pierre se trouve actuellement dans un jardin de fleurs, de désherber, à la hâte toutes les mauvaises herbes, fût-ce le chien-dent, difficile à éradiquer et qu'il soigne particulièrement les fleurs. L'œillet d'abord, symbole de l'amour, soit l'œillet blanc qui signifie la passion fidèle, soit l'œillet rouge qui signifie la passion partagée. Puis les roses blanches qui représentent la pureté, la virginité, l'innocence, l'amour courtois. Puis le muguet qui est le symbole de l'affection, de l'amitié. Il permet de concrétiser ses vœux de bonheur par le don de ces clochettes blanches. Que notre poète guadeloupéen soigne les fleurs blanches surtout, symboles de la pureté, de la consolation, de l'innocence, de la naïveté et de la joie mais aussi celles de couleur violet. Ces dernières représentent la paix, la douceur, la générosité, l'humilité.  Dans son jardin des fleurs doivent obligatoirement pousser, l'aubépine qui est l'espérance, le camélia qui est l'excellence sans prétention, surtout le camélia blanc, la perfection constante, la camomille qui est l'énergie dans l'adversité, le chèvrefeuille qui est l'amour fraternel et le coquelicot rouge qui est consolation.

                                   Et ce n'est pas fini, pauvre Ernest Pépin. Il lui faudra aussi arranger des géraniums signes de gentillesse et des genêts signes d'humilité. Bien sûr il faudra soigner un magnifique lis blanc symbole de pureté, de modestie et de gentillesse. Et à côté, un lis jaune, la gaité. Sur les bords du jardin, du mimosa, signe de sensibilité et de la menthe poivrée, la cordialité et un oranger signe de générosité, beaucoup de roses acacia, signe de ses nombreuses amitiés et du sureau, son enthousiasme. Enfin des violettes, bleues, blanches ou jaunes, fidélité, modestie et bonheur rural.

                                   Nous, ici, ailleurs et partout, planteront des zinnias, ces pensées pour les amis absents. Et tandis qu'il lui faudra des myosotis, son amour véritable et sincère, nous, ici, ailleurs et partout, planteront aussi des myosotis, que l'on nomme en allemand, vergiss mich nicht, soit, ne m'oublie pas. Et moi, j'allais presque oublier de planter partout, dans les espaces restants, évidemment un hibiscus!

                                   Voilà Ernest Pépin à quoi doit ressembler le jardin des fleurs où tu assures que repose Pierre Papaya. A toi de faire le travail, d'être un jardinier soigneux. Les poètes sont quelque part des jardiniers des mots.

                                   Pour terminer, je laisse à ses amis et disons à celui qui sait le mieux écrire et parler, Raphaël Confiant, le soin d'écrire ou de dire à sa fille qui était son père.

Thierry Caille

Photo du logo: Myosotis, «vergiss mich nicht».

Camellia oleifera

Image: