Accueil

Université des Antilles : trois anciens vice-présidents statutaires lancent un appel à la raison

   Après que Corinne Mencé-Caster a mis fin à ses fonctions de présidente de l'Université des Antilles le 30 août dernier, la logique aurait voulu que cette dernière se dote d'un nouveau président au plus vite, ce qu'a demandé une majorité des membres du Conseil d'administration (14 contre 7) qui est actuellement démissionnaire. Malheureusement, il fallait 18 voix pour obtenir la dissolution du conseil d''administration mais le jour où s'est tenue la réunion, de fortes intempéries en Guadeloupe ont empêché 7 membres dudit conseil de se rendre sur le campus de Fouillole. Du coup, certains s'appuyant sur les textes, demandent l'élection d'un président intérimaire qui serait élu pour...3 mois, l'élection du nouveau président devant se dérouler, dans tous les cas de figure, le 25 janvier 2017 ou à compter de cette date.

   Depuis, la situation s'est envenimée entre partisans de l'élection immédiate d'un nouveau président et partisans de l'élection d'un président intérimaire. Trois anciens vice-président statutaires lancent ci-après un appel à la raison...

 

 

                                                                                         ***

 
Chères et chers collègues, 

Chères et chers étudiant-e-s, 

En qualité d'anciens vice-président-e-s de l'université, nous exprimons notre consternation au sujet des débats surprenants en cours au sein de notre établissement: débat sur l'élection d'un président pour les quatre mois nous séparant du terme normal des mandats des conseils centraux de notre établissement, débat sur l'applicabilité de l'article 116 de la loi ESR... 
Nous nous interrogeons également sur l'attitude du Ministère. 

Plutôt qu'un long discours, voici l'exemple de l'université Paul Sabatier en 2015: 

- démission du président, Bertrand Monthubert, le 30 septembre 2015 (il avait été élu le 09 mai 2012); 

- prise de fonction de l'administrateur provisoire, le 01 octobre 2015; 

- élections des conseils (CA, CR, CFVU),  les 30 novembre  2015 et 01 décembre 2015; 

- élection du Président, le 04 janvier 2016. 

Une étude juridique précise montre d'ailleurs que ce calendrier peut être raccourci, avec une élection du président environ deux mois après la fin des fonctions du prédécesseur, comme le montrent bien des exemples en 2016:   Caen, la Rochelle... 

Les élections précédentes aux CA, CS et CEVU de l'université Paul Sabatier s'étaient déroulées les 26 et 27 mars 2012, dans la même année civile que pour notre établissement. La démission de Bertrand Monthubert a mis fin aux mandats des membres de ces conseils, conformément aux dispositions de l'article 116 de la loi ESR. Il en a été, par exemple, de même pour l'université de Caen en février 2016. Il en est, bien entendu, de même pour l'université des Antilles en septembre 2016, mais le ministère feint de l'ignorer, et ne le prend pas en compte. Vous pouvez l'y aider... et surtout vous demander le pourquoi de son attitude. 

Enfin, l'idée même d'un président élu pour quatre mois (et en fait moins de deux mois de mandat effectif) est totalement inédite à notre connaissance dans le paysage universitaire. Alors, que cache cette proposition? Quels intérêts obscurs sert-elle?  A chacun de voir... 

Revenons collectivement à la raison en nous mobilisant toutes et tous autour du fonctionnement de l'établissement ainsi que pour faciliter la transition vers de nouveaux conseils, une nouvelle équipe, dans les meilleurs délais, afin de répondre aux défis à relever. 

Bien amicalement, 

René DORVILLE, Ancien VP CA 
Marie-Ange ARSENE, Ancienne VP CS, 
Antoine DELCROIX, Ancien VP CEVU 

 

Pages