Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

UNIVERSITE DES ANTILLES : IRRESPONSABILITE SYNDICALE ?

UNIVERSITE DES ANTILLES : IRRESPONSABILITE SYNDICALE ?

   Alors que l'épidémie de Covid-19 a fait 100  fois moins de morts aux Antilles, proportionnellement parlant bien entendu, que dans l'Amère-patrie, certains syndicats de l'université en appellent "au droit de retrait".

   Le 11 mai, disent-ils, les personnels de l'Université ne devront pas reprendre car, à les entendre, les conditions de sécurité ne seraient pas réunies. Or, quand on examine la situation de la Martinique et de la Guadeloupe, que constate-t-on ? D'abord que l'épidémie s'est développée chez nous trois semaines plus tard que dans l'Hexagone, cela à un moment où ce dernier se trouvait déjà en Phase 2. En citoyens de la République Une et Indivisible que nous sommes, nous Antillais, alors que nous n'étions donc qu'en Phase 1, on nous a appliqué les règles d'un pays, la France, déjà en Phase 2. Cela nous a été extrêmement bénéfique et c'est sans doute la toute première fois depuis 1946 que la fameuse Départementalisation/Assimilation nous a servis à quelque chose. A l'insu du plein gré du Papa Blanc évidemment ! Cela n'a pas été de la générosité de sa part. Le confinement Phase 2 qui nous a été imposé résulte simplement de l'application mécanique à l'Outremer des lois hexagonales.

   Ensuite, l'Amère-patrie est passée en Phase 3 alors que nous n'avons jamais quitté la Phase...1 grâce à ladite application mécanique justement. Les contraintes (couvre-feu etc.) se sont alors durcies et tout naturellement, cela nous a été bénéfique. Pour la deuxième fois ! Cela signifie donc très clairement que nous craignons de recommencer à travailler, nous qui sommes encore en Phase 1 (peut-être 2, mais ce n'est pas sûr du tout) alors que l'Hexagone qui est en Phase 3 s'apprête à le faire le 11 mai. Comment qualifier ce refus de reprendre le travail autrement que comme de l'irresponsabilité ?

   Que veulent ces syndicats ? Que nos étudiants continuent à pâtir de la situation ? Que leur année universitaire soit complètement bousillée alors même qu'elle l'est déjà à moitié ? Que les personnels continuent indéfiniment à "télétravailler", plus "télé" que "travailler" pour certains (es) d'ailleurs, car quand on cherche à les joindre, c'est la croix et la bannière. Venant de soi-disant "nationalistes" ou "indépendantistes", c'est tout simplement affligeant...

Commentaires

Véyative | 08/05/2020 - 06:18 :
Votre argumentation est excellente et s'applique de facto à tout ceux qui refusent le moindre effort de retour au travail , suivez mon regard. Pourquoi tant de lâcheté, pourquoi la peur est-elle devenue le mode principal de fonctionnement? Et si ceux qui leur permette de rester chez eux se mettaient en grève aussi? ... ceux qui paie leur salaires, les agriculteurs, les pêcheurs, les caissières, les livreurs,..ETC . En tout cas félicitations au maire de Case Pilote!
michel mirgan | 10/05/2020 - 12:46 :
Il y longtemps que les syndicats antillais ne défendent plus seulement leurs travailleurs mais cherchent surtout à bloquer la société par macoutisme pur et simple. Qu'est ce qu'on apprend ce matin :un syndicat guadeloupéen qui se prétend évidemment proche du peuple !! MENACE DE NE PLUS LIVRER DE MÉDICAMENTS si ses demandes ne sont pas satisfaites.Au début du confinement un syndicat de policiers municipaux voulait NE PLUS VÉRIFIER LES AUTORISATIONS DE SORTIE si ses demandes en masques n'étaient pas pas satisfaites.

Pages