Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SI C'ETAIT COMME A TAIWAN, CE SERAIT OK POUR LE 11 MAI !

SI C'ETAIT COMME A TAIWAN, CE SERAIT OK POUR LE 11 MAI !

 La Martinique s'apprête à rouvrir ses écoles primaires le 11 mai prochain et JAN-sans-terre des Hauts de Terreville a envoyé une lettre comminatoire aux chefs d'établissement.

  Résumé de ladite lettre : bouclez-la ! Défense de parler aux médias !
 Evidemment la "sénateuse" CONCONNE n'a pas manqué d'ajouter son grain de sel comme à son habitude sur un sujet qu'elle ne connaît pas. Espérons que les enseignants sauront, en 2021, se souvenir de sa prise de position intempestive et si jamais ils l'oublient, nous nous chargerons le moment venu de leur rafraichir la mémoire. Madame veut "une rentrée progressive" des écoles en Martinique à compter du 11 mai. Bof ! C'est ce qu'ont décidé Emmanuel MACRON et Edouard PHILIPPE.
 Rappelons que le Président de la CTM, dans une visioconférence avec ce dernier, a déclaré qu'il n'était pas du tout d'accord avec cette date du 11 mai. Ce qui est compréhensible : la Martinique n'est pas Taïwan. Regardez la photo qui illustre le présent article ! Si jamais à l'ouverture des écoles martiniquaises, on ne trouve pas le même dispositif de distanciation, les enseignants qui accepteront de reprendre les cours se mettront en danger ou mettront leurs élèves en danger avec pour résultat de faire redémarrer l'épidémie. Or, nos capacités hospitalières travaillent déjà à flux tendu et il serait tout simplement irresponsable de les soumettre à une nouvelle vague de malades.
 Non, la Martinique n'est pas Taïwan. Et elle n'est même pas Saint-Barthélemy qui a choisi de se placer sous l'Article 74, chose qui donne à son président de collectivité des pouvoirs que n'a pas son alter ego martiniquais. CHABEN, en effet, ne peut pas empêcher la réouverture des écoles primaires le 11 mai, Article 73 oblige, et tout ce qu'il peut faire, c'est marquer son désaccord.
 Donc, si jamais cette réouverture provoquait un redémarrage de l'épidémie, personne ne pourra dire qu'il ne sait pas QUI en est le responsable (étant entendu que ce "QUI" recouvrira diverses personnes). A bon entendeur salut !

Pages