Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SEULEMENT 13,5% DE LA POPULATION DES ETATS-UNIS...

SEULEMENT 13,5% DE LA POPULATION DES ETATS-UNIS...

 Tout un chacun est scandalisé par le nombre de Noirs américains décédés à cause du coronavirus et l'on souligne les disparités économiques ou l'absence de Sécurité sociale.

 Si cela est vrai, il y a quelque chose de beaucoup plus scandaleux dans ce qui risque de se transformer en hécatombe : les Noirs ne sont que 13,5% de la population des Etats-Unis. Nous oublions ce chiffre parce que depuis une quarantaine d'années, les Noirs ont littéralement envahi le domaine de l'entertainement à savoir : sport-musique-dance-cinéma-mode etc...Le monde entier connaît Magic Johnson (sport), Beyonce (musique), Spike Lee (cinéma) ou encore Oprah Winfrey (télévision).
 Autrement dit, la télé et l'Internet nous donnent une image complètement fausse de la répartition ethnique des Etats-Unis. Nous sommes persuadés du coup qu'il y a beaucoup de Noirs dans ce pays, ce qui est faux. Il y a des centaines de milliers de Blancs américains, dans les états du Middle-West, par exemple, qui ne verront, de toute leur vie, un Noir qu'à la télévision, au cinéma ou sur le Web. Le summum de cette vision faussée est la NBA, le championnat américain de basketball : 80% des joueurs y sont noirs.
 Mieux : les Noirs qui ont longtemps été la première minorité ethnique des Etats-Unis ne sont plus aujourd'hui que la deuxième, dépassés qu'ils ont été au tournant du nouveau siècle par les Hispaniques ou Latinos qui représentent désormais 17% de la population étasunienne. Et l'écart ne cessera de se creuser dans les années à venir quand on voit l'énorme poussée migratoire des Latino-Américains vers ce qu'ils voient comme un El Dorado. Le fameux mur de TRUMP n'y pourra rien.
 Tout ceci pour dire que le plus scandaleux dans la surmortalité des Noirs américains face au coronavirus, c'est certes leur condition économique et l'absence de Sécurité sociale, mais c'et surtout le fait qu'ils représentent 42% des décédés alors qu'ils ne sont que 13,5% de la population.
 Si la pandémie ne s'arrête pas dans des délais raisonnables, il ne sera pas du tout exagéré de parler de génocide silencieux. Mais il est vrai que ce dernier a déjà commencé depuis longtemps quand on voit le nombre de jeunes Noirs soit tués par la police soit lors de rixes entre bandes rivales. Ou encore qui sont en prison pour des années. Ce sont autant de jeunes qui ne procréeront pas ! Si cela continue, en 2050, les Noirs ne seront plus que 8 ou 10% de la population des Etats-Unis.
 Ceux qui ne connaissent pas bien les Etats-Unis se demanderont d'où sortent ces chiffres et pourcentages. Très simple : sur n'importe quel document administratif américain, il y a une case à cocher pour indiquer son appartenance ethnique, chose qui n'existe pas dans le système "républicain" français. Et lors des recensements de la population vous êtes obligés d'indiquer votre "race". Par exemple, l'armée américaine sait exactement combien de Noirs et de Latinos elle compte dans ses rangs alors que son alter ego française ignore combien de Noirs et d'Arabes elle comporte.
 Donc, la répartition ethnique de la population américaine ne peut être contestée d'autant plus que c'est l'administré lui-même qui remplit la case ethnique le concernant. On imagine mal un Noir cocher "Asian" (Asiatique) ou un Blanc cocher "African-American" (Noir). Le coronavirus met donc en grave danger les Noirs étasuniens en tant que communauté et le risque est de finir comme les "Native Americans" autrement dits les (peu nombreux : 1% de la population étasunienne) descendants des Cheyennes, Comanches et autres Sioux.
 Le risque est de finir dans des réserves comme ces derniers. Mais des réserves urbaines (ghettos)...

Pages