Accueil

Scandale CEREGMIA : une bien étrange décision de la Cour d'Appel

Scandale CEREGMIA : une bien étrange décision de la Cour d'Appel

   On croyait que "la justice est rendue au nom du peuple français" et par conséquent que les décisions de justice étaient accessibles à tout citoyen qui le demande. On croyait aussi que la Martinique est française bien avant la Savoie, le comté de Nice, l'Alsace ou la Corse et que les Martiniquais sont français depuis 1848. 

   Or, la récente décision de la Cour d'appel de Fort-de-France concernant l'autorisation pour F. CELIMENE, K. LOGOSSAH et E. CARPIN de revenir "à l'UAG" (sic) semble relever du secret quasiment d'Etat !!! Déjà, cette décision est juridiquement nulle et non avenue pour la bonne et simple raison que l'UAG (Université des Antilles et de la Guyane) n'existe plus depuis...3 ans et a été remplacée par l'UA (Université des Antilles). Notre trio devra donc embarquer à bord d'une machine à remonter le temps pour pouvoir réintégrer cet établissement défunt !!!

   Le plus comique dans l'affaire est que l'avocat recruté à la hâte par l'actuelle gouvernance de l'université, Me SYLVESTRE, après le limogeage de l'avocate choisie par l'ancienne gouvernance et qui connaissait parfaitement le dossier, ce nouvel avocat donc ne semble même pas savoir que l'UAG n'existe plus. Mais ne soyons pas injustes non plus car il se dit qu'il serait spécialiste de droit maritime, or F. CELIMENE, selon le deuxième rapport de la Cour des comptes, possède 3 compagnies de pêche en Haïti. Avis aux étudiants : sachez qu'avec un simple salaire d'enseignant à l'Université, vous avez tout à fait la possibilité de devenir un gros entrepreneur. Pas un Béké, mais presque...

   Nous disions donc que la décision de la Cour d'Appel de Fort-de-France est très difficile à trouver. En tout cas, le Pôle Martinique ne l'a jamais eue et sa vice-présidente, Odile FRANCOIS-AUGRIN, n'en a reçu de la gouvernance que des extraits. Or, quand on compare lesdits extraits avec la totalité du texte, on se rend compte que la gouvernance a soustrait les pages dans lesquelles il est écrit noir sur blanc que "l'université ne s'oppose pas au retour de F. CELIMENE, K. LOGOSSAH et E. CARPIN" !!! Qui veut prendre le Pôle Martinique pour des imbéciles ? Pourquoi déclare-t-on publiquement une chose et en catimini fait-on son exact contraire ?

   D'un côté, on quitte brusquement la table des négociations avec le Collectif des étudiants, on écrit des courriers menaçants pour dire qu'à la rentrée "toutes les mesures seront prises" pour faire fonctionner le campus de Schoelcher, mais en réalité, on s'est déjà employé depuis longtemps à favoriser le retour des mafieux. Maintenant, on propose de les "dispenser de cours". N'importe quoi ! L'arrêté de la Cour d'Appel interdisant au trio d'accéder aux locaux de l'ex-CEREGMIA et donc de faire de la recherche, voici qu'on veut les dispenser de cours. Si l'on comprend bien, ils reviendront pour se tourner les pouces !!! Mais il est vrai que le campus de Schoelcher est assez vaste et qu'il y a pas mal d'herbe à couper...

   Enfin, n'est-il pas scandaleux que des journalistes soient en possession de l'arrêté de la Cour d'Appel (c'est l'un/une d'eux/elles qui nous l'a transmis) alors que les premiers concernés, les tout premiers concernés, à savoir les responsables démocratiquement élus du Pôle Martinique n'en ont eu que des...extraits ? Tant du côté de la justice que de la gouvernance de l'Université, il semble y avoir une volonté de dissimuler certaines choses et de tout faire pour blanchir ou en tout cas redorer le blason du CEREGMIA. Entre une Cour d'Appel dont les décisions ne sont pas accessibles aux citoyens, une juge d'instruction muette comme une tombe et une gouvernance de l'Université qui saucissonne l'arrêté de cette même Cour d'Appel, on va où là ?

   On va droit dans le mur !

   Que la gouvernance de l'Université sache qu'elle portera l'entière responsabilité de tout incident grave qui pourrait se produire à la rentrée (après les vacances de Pâques) devant le campus de Schoelcher ! Car les étudiants, les enseignants, le personnel administratif et de service mais aussi tous les Martiniquais épris de justice n'accepteront JAMAIS le retour du trio du CEREGMIA.

   L'Université est un établissement public et à ce titre, tous les citoyens ont leur mot à dire quant à son fonctionnement puisque ce sont leurs impôts qui lui permettent d'exister...

Pages