Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

S. Letchimy : "Je vais instaurer un prix social de l'eau et de l'électricité pour faciliter la vie des familles modestes"

S. Letchimy : "Je vais instaurer un prix social de l'eau et de l'électricité pour faciliter la vie des familles modestes"

   Chacun sait bien qu'en période électorale les candidats promettent monts et merveilles aux électeurs et électrices mais il y a une limite à la démagogie populiste que la liste conduite par S. Letchimy ne cesse de franchir jour après jour.

   Après la fallacieuse promesse d'attribuer "automatiquement" une somme mensuelle aux plus démunis, chose inscrite comme "Proposition n° 2" du programme de sa liste, proposition qui, quand on la chiffre, s'avère irréalisable puisqu'elle plomberait gravement le budget de la CTM en engloutissant plus de la moitié de son budget annuel, voici que le chef du PPM nous sort un énième lapin (compère Lapin ?) de son chapeau (bakoua ?). 

   Il veut instaurer rien moins qu'"un prix social de l'eau pour faciliter la vie des familles les plus démunies". Et d'ajouter qu'il en fera de même pour les factures d'électricité. 

   Cette proposition soulève deux questions : l'une juridique ; l'autre financière. Au plan juridique, sur quel texte, quelle disposition légale s'appuierait Letchimy pour la mettre en oeuvre puisque jusqu'à preuve du contraire, nous sommes dans un système capitaliste et néo-libéral et pas dans un système communiste ? Nous sommes, en effet, censés être égaux "en droit et en devoirs". Juridiquement parlant donc, par quel mécanisme Letchimy parviendrait-il à mettre en oeuvre sa proposition ? On n'en voit, hélas, aucun. 

   D'allure généreuse ladite proposition est tout simplement infaisable au regard de la loi. 

   Examinons maintenant l'aspect financier des deux propositions (facture d'eau + facture d'électricité). Qui bénéficiera de ce "prix social de l'eau et de l'électricité" ? Uniquement les 70.000 Martiniquais vivant en-dessous du seuil de pauvreté ? N'oublions pas que l'aide "automatique" aux plus démunis déjà promise absorberait la moitié du budget annuel de la CTM ! Si on y rajoute ces prix dits sociaux, il est clair que ce sera encore cette dernière qui devra mettre la main à la poche. D'autant plus que sur les presque 300.000 Martiniquais qui ne vivent pas en-dessous du seuil de pauvreté, il y a une bonne moitié de smicards. Leur vie quotidienne n'est certes pas aussi difficile que celle des 70.000 mais elle n'en est pas très loin. Bénéficieront-ils eux aussi de la générosité de la collectivité ? Si oui, ce seront les 4/5 du budget de la CTM qui seront consacrés au social, le 1/5 restant devant aider l'agriculture, la pêche, l'artisanat, la santé, l'éducation, la culture, le sport, les associations etc...etc...

   Sans doute faudrait-il offrir une calculette au chef d'Alians Matinik et à ses amis car aucune de ces mirobolantes promesses (aide automatique aux plus démunis, prix social de l'eau et prix social de l'électricité) ne sont sérieusement réalisables, sauf à transformer la CTM en une CAF-bis, ce pourquoi elle n'a pas été créée. Qu'un très grand nombre de Martiniquais mènent une existence difficile, voire très difficile, chacun peut en faire le constat, mais leur promettre la lune revient purement et simplement à insulter leur intelligence.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages