Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

REPRISE DE PALMYRE ET L’HYPOCRISIE DES ELITES OCCIDENTALES

Mikhail Gamandiy-Egorov www.fr.sputniknews.com

Le dimanche de la Pâques catholique a été un jour doublement heureux pour nombreuses personnes, chrétiennes comme non chrétiennes, car au matin de ce jour a été confirmée la libération totale de la ville de Palmyre par l’armée arabe syrienne.

En effet, cette ville classée patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1980 et ville martyre, était occupée par les terroristes de Daech depuis mai 2015 jusqu'à sa toute récente libération par l'armée gouvernementale syrienne. Cette victoire est doublement, voire triplement symbolique, ayant eu lieu le jour de Pâques, ayant permis d'une part de sauver tout ce qu'il est encore possible de sauver dans cette cité antique culturellement parlant, et stratégiquement car ouvre la voie à l'armée syrienne pour une vaste offensive à l'Est du territoire syrien, vers Deir ez-Zor qui est tenu courageusement par les forces spéciales syriennes tout en étant encerclés par l'EI depuis de longs mois. Ainsi que vers Raqqa, capitale proclamée de Daech.

Un milicien de la brigade Faucons du désert s'apprête à jeter par terre le drapeau de Daech.

© SPUTNIK. MIKHAIL VOSKRESENSKIY

"Nettoyage culturel": le patrimoine mondial dans le viseur de Daech

Analysons maintenant les réactions à l'international. Le président russe Vladimir Poutine a téléphoné au président syrien Bachar al-Assad pour transmettre ses félicitations après la libération de Palmyre. Un soutien reconfirmé donc de la Russie (dont la position n'a pas changé) à la Syrie dans la lutte antiterroriste et la défense de sa souveraineté nationale. Même enthousiasme côté iranien. L'Iran a en outre ajouté qu'il continuera lui aussi à soutenir la Syrie dans le combat contre les groupes terroristes. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est félicité de la reprise de Palmyre par l'armée syrienne. Certains diront avec moins d'enthousiasme, mais tout de même.

Mais le plus intéressant était et reste d'observer les réactions au sein des élites occidentales: politiques comme médiatiques. Que dire si ce n'est rien de nouveau à l'horizon. La mauvaise foi a pratiquement toujours été le fer de lance de ces dites « élites ». Le plus triste étant c'est qu'on a bien eu l'impression du regret de certains (bien que maquillé en belles paroles hypocrites) de la libération de la martyre Palmyre des griffes des takfiristes daéchiens.

Palmyre après la libération

© SPUTNIK.

Palmyre libérée, les habitants regagnent lentement leur foyer

Obama et son « proche ami » Cameron avaient vraisemblablement avalé leur langue. La Grande-Bretagne ayant préféré garder simplement le silence. Les USA, après avoir pris une pause pour retrouver un peu leur esprit, ont fait savoir à travers leur Département d'Etat que « bien que la priorité est de défaire Daech, ils n'avaient pas de préférence ni pour Assad ni pour Daech ». Sans commentaires. Terrible mauvaise foi surtout après les récents nouveaux attentats terroristes, notamment à Bruxelles, et tout en sachant parfaitement que les seuls qui luttent véritablement sur le terrain contre la vermine terroriste sont justement les militaires syriens et leurs alliés (véritables, pas ceux de la fausse coalition), ainsi que les forces kurdes.

Ou devrait-on peut-être nous aussi être silencieux lorsqu'on voit des attaques terroristes en plein centre de l'Europe? Après tout, c'est bien les élites occidentales qui en portent entière responsabilité (avec leurs « amis » du Golfe, épargnés pour le moment). N'est-ce pas eux qui laissaient sans aucune limitation (si ce n'est de façade) partir des jeunes extrémistes combattre en Syrie « le grand méchant Assad » pour après les laisser revenir lorsque ces mêmes extrémistes subissent des revers évidents mais ayant obtenu une grande expérience de combat et de violence? Evidemment nous ne le ferons jamais. Pour la simple raison que nous faisons bien la différence entre ces mêmes élites occidentales (qu'elles soient politiques ou médiatiques) et les simples citoyens des pays occidentaux, dont beaucoup aujourd'hui réalisent (ou commencent à réaliser) les mensonges de ceux qui les gouvernent.

Il était aussi intéressant de lire les « analyses » de certains « experts » et « bienpensants » médiatiques français. Le Monde, Le Figaro, Libération, bref tout le « beau monde » habituel. Cette même hypocrisie assez typique des médias du mainstream et peut-être même plus extrême encore dans le cas des médias français (si l'on compare avec les médias anglophones). En gros le message passé est le suivant: « Palmyre libérée oui d'accord. Mais cela renforce les positions d'Assad. Donc pas bien ». Comme quoi, la ville patrimoine mondial de l'humanité aurait mieux fait de rester encore martyrisée par des extrémistes, y compris sortis tout droit des cités ouest-européennes, pour qui la notion même de culture est totalement absente, que d'être reprise par l'armée du gouvernement légitime du pays auquel elle appartient.

La situation à Palmyre

© SPUTNIK. MIKHAIL VOSKRESENSKY

Un guide d'achat des esclaves sexuelles trouvé à Palmyre

Vraisemblablement, l'Occident politico-médiatique n'a toujours pas appris les dangereuses leçons de faire joujou avec les terroristes pour arriver à ses fins géopolitiques (dans le cas syrien, se débarrasser d'un leader arabe patriote laïc défendant son pays contre l'interférence néocoloniale et le terrorisme la création duquel ce même néocolonialisme a grandement contribué). Y compris après les attentats contre ses propres citoyens. Une hypocrisie qu'il risque de payer cher. En passant, il était assez alarmant, une fois encore, d'observer le grand buzz des attentats de Bruxelles (et qui a sa place, la question n'est pas là) et le manque presque total de solidarité avec les victimes chrétiennes pakistanaises attaquées justement le jour de Pâques. Mais cela est une autre histoire.

Dernière chose. Certains « experts », vraisemblablement aussi pour des raisons de haine et de mauvaise foi, affirment que la « reprise de la ville de Raqqa » sera impossible. Notamment un certain Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences-Po, sur France Info. « Raqqa c'est un quart de million de personnes. On ne peut pas essayer de prendre ces villes avec des forces qui sont ni arabes, ni sunnites. Si le Hezbollah est engagé, si les commandos russes sont là, comment voulez-vous que les habitants de Raqqa se rallient à ces étrangers », nous dit ce « brave » expert. Propagande une fois encore. Si les Russes ne sont effectivement pas Arabes (bien que nous ayons nombre de citoyens russes d'origine arabe), les Libanais du Hezbollah ne sont-ils pas arabes? Ou notre professeur l'aurait-oublié? Quant à l'aspect sunnite et juste pour rappel une fois encore: l'armée arabe syrienne, est à l'instar de la majorité de la population syrienne, une armée composée d'Arabes et majoritairement de musulmans sunnites. 

Pilotes russes à l'aéroport militaire de Hmeimim

© SPUTNIK. DMITRIY VINOGRADOV

"Contrairement à l'Occident, la Russie combat réellement le terrorisme"

Cette même armée ayant libérée la Perle du désert dimanche dernier. Le tout en « oubliant » également d'indiquer que récemment les habitants de plusieurs quartiers de cette même Raqqa se sont soulevés contre Daech, en arborant des drapeaux nationaux syriens et en scandant des slogans pro-gouvernementaux et pro-armée de Syrie. Juste au cas où.

Quant à la perspective ou non de la reprise de Raqqa, n'est-ce pas les mêmes qui nous annonçaient depuis plusieurs années la « chute imminente » d'Assad, pour après nuancer leurs propos et déclarer qu'Assad ne pourra sauvegarder que la « Syrie utile » (la capitale Damas et la zone côtière) et qui prennent maintenant une douche bien froide en voyant l'armée syrienne gagner sur tous les axes? On verra donc qui aura raison. Courage à l'armée syrienne et à tous ceux qui luttent contre le terrorisme. Un terrorisme qui ne fait pas de différence que vous soyez Syriens, Irakiens, Belges, Pakistanais ou Nigérians. D'où l'énorme danger de jouer avec lui.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages