Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Quand le recteur de la Martinique poursuit Montray Kréyol en justice...

Quand le recteur de la Martinique poursuit Montray Kréyol en justice...

 Dans cette affaire, il convient de remonter assez loin en arrière (en 2015), seule manière d'en saisir exactement les tenants et aboutissants.

  ACTE 1.
  Cela commence par des graffitis signés par le fameux mouvement féministe METTOO# sur les murs de l'Institut Politique de Bordeaux, graffitis dénonçant virulemment le comportement d'un professeur de cet établissement. Le nom de cet enseignant est clairement indiqué sur les graffitis. Nous sommes en 2015 et nous n'en savons rien en Martinique, l'affaire n'ayant fait de bruit que dans la région bordelaise. Simplement, il apparaît que l'incriminé n'a pas porté plainte contre l'auteur ou les auteurs des graffitis en question. 
  ACTE 2.
    Un site ayant pour nom INFOS-LUTTES BORDEAUX reproduit les photos de ces graffitis. On est toujours en 2015Or, par constat d'huissier, MONTRAY KREYOL fournit la preuve que lesdites photos se trouvent toujours sur ce site en novembre 2020. Il suffit d'ailleurs d'aller sur Google, de taper le nom du site, puis de cliquer "sur Photos" pour les découvrir à la date où nous rédigeons cet article, le 14 mars 2021 donc. Toujours est-il que l'enseignant visé par les graffitis n'a jamais porté plainte en justice contre INFOS-LUTTES BORDEAUX : ni en 2015 ni en 2016 ni en 2017 ni aujourd'hui, en 2021. Curieux, non ?
  ACTE 3.
  L'enseignant de l'Institut d'Etudes Politiques est nommé recteur de la Martinique en février 2018. Personne chez nous, comme on l'a déjà souligné, n'est au courant de cette affaire de graffitis. Nous n'avons pas pour habitude, nous Martiniquais, de nous interroger sur la carrière des hauts fonctionnaires que nous envoie l'Hexagone en dépit du fait qu'au cours des quatre décennies qui viennent de s'écouler, nous avons finalement découvert que certains d'entre eux avaient des casseroles et que l'Outremer avait été un moyen de les exfiltrer.
  ACTE 4.
  Notre site, MONTRAY KREYOL, publie le 16 juin 2019 un article intitulé "Martinique, poubelle pour hauts fonctionnaires délinquants ?"A aucun moment le recteur nouvellement nommé en Martinique n'est nommé ! Mieux : il y a plusieurs dizaines de hauts fonctionnaires hexagonaux en Martinique (Préfecture, ARS, Justice, Météo, Aviation civile, Sécurité Sociale, CHUM, Rectorat etc.).  Il n'y a donc strictement aucun moyen d'identifier l'un ou l'autre de ces hauts fonctionnaires dans l'article de MONTRAY lequel MONTRAY n'a republié aucunement les photos de graffitis du site INFOS-LUTTES BORDEAUX. Or, bizarre de chez bizarre, le recteur de la Martinique porte plainte en justice pour diffamation contre notre site le 06 août 2019 ! 
   ACTE 5.
    Qui pourrait s'intituler "ACTE 4-bis" puisque les choses se déroulent quasiment en même temps, un syndicat d'enseignants révèle l'existence de ces graffitis et demande la démission du recteur. Dans la semaine, les photos des graffitis sont publiées sur une demi-douzaine de sites parmi lesquels FRANCE-ANTILLES, RCI, MAKACLA etc..., mais toujours pas sur MONTRAY KREYOL !!!
  ACTE 6.
    MONTRAY KREYOL reçoit, en août 2019, une assignation en justice émanant du recteur de la Martinique au motif de diffamation. Déjà qu'en 2015, il n'avait pas poursuivi le site INFOS-LUTTES BORDEAUX, l'incriminé ne porte plainte non plus contre aucun des sites martiniquais ayant republié les photos en 2019, mais UNIQUEMENT contre Montray Kréyol lequel n'avait pourtant publié ces dernières dans l'article visé !!!
  ACTE 7.
  MONTRAY KREYOL fait constater par un huissier (de l'Hexagone, pas de la Martinique afin d'éviter toute suspicion de copinage) que les photos de graffitis se trouvent jusqu'à la date d'aujourd'hui sur le site INFOS-LUTTES BORDEAUX. Ce constat est versé au dossier par nos avocats et les juges l'ont entre les mains. 
  ACTE 8.
   Nous sommes convoqués à la barre du Tribunal de Fort-de-France ce mardi 16 mars à 8h30 pour répondre d'un délit que nous n'avons pas commis, n'ayant jamais nommé le recteur dans nos articles ni publié les photos des graffitis. Pourquoi seul MONTRAY KREYOL est-il visé par le recteur ? Cette volonté de ne s'en prendre qu'à nous révèle quelque chose de pas clair du tout et qui indéniablement, a toutes les apparences de l'intimidation. 
  ACTE 9. 
  Nous invitons toutes les Martiniquais et tous les Martiniquais qui estiment qu'une presse libre est indispensable dans notre pays à venir au tribunal de Fort-de-France le mardi 16 mars à 8h30. Sans tambours ni mégaphones, sans tracts ni banderoles. Sans prises de paroles non plus mais avec leurs masques anti-covid. Juste pour signifier à la justice que la liberté de la presse ne doit plus être foulée aux pieds à la Martinique comme ce fut le cas à de nombreuses reprises au cours du demi-siècle écoulé.
   ACTE 10. 
   Poursuivi en justice par ce monsieur, nous nous sommes alors rapprochés de diverses personnes tant de l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux que du mouvement MEETOO# et du site INFOS-LUTTES BORDEAUX et avons alors mené une enquête d'1 an et demi sur celui qui était un parfait inconnu jusqu'à sa nomination comme recteur de la Martinique. Nous attendons sereinement donc que la justice se prononce.
    RIRA BIEN QUI RIRA LE DERNIER ! 

Commentaires

GIRIER-DUFOURNI... | 15/03/2021 - 04:05 :
Avec l'aide de Infos-luttes Bordeaux , Meetoo et l'Institut d'Etudes politiques de Bordeaux , la clarté devrait être faite ? Voilà un procès qui pourrait permettre à la justice de prouver sa neutralité et son indépendance ? Montray Kréol représente t -i la partie basse du parc ? ...
redaction | 15/03/2021 - 06:40 :
Etant donné l'extrême rapidité avec laquelle la justice-sous-les-cocotiers a instruit la plainte du recteur, il y a de quoi s'inquiéter.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages