Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Pressions sur la procureure dans l'Affaire Fillon : aux Antilles, on est habitué !

Pressions sur la procureure dans l'Affaire Fillon : aux Antilles, on est habitué !

   Cela se passe dans le bureau d'une juge d'instruction en poste aux Antilles, quand des citoyens étaient venus lui demander où en était l'affaire dont elle avait la charge.

   Ladite affaire piétinait depuis quatre ans en dépit de moult rapports accablants émanant d'instances tant administratives que policières. Il faut préciser que la juge en question était d'une honnêteté sans faille et faisait tout ce qui était en son pouvoir afin de faire avancer les choses. Elle avait, du reste, reçu à diverses reprises ce groupe de citoyens, leur demandant toutefois de se faire discrets lorsqu'ils venaient au tribunal sinon "je serai immédiatement dessaisie".

   Elle ne faisait pas de difficultés non plus pour leur expliquer à quel stade en était ses investigations, leur livrant des détails qui démontraient qu'elle ne les menait pas en bateau car ces informations s'avéraient exactes après recoupement. Le groupe de citoyens avait donc bon espoir que l'affaire (détournement de fonds publics "en bande organisée") ne serait pas enterrée comme c'est trop fréquemment le cas sous les cocotiers. 

   Sauf qu'un beau jour, lorsqu'une énième fois ledit groupe de citoyens toqua à sa porte, la juge d'instruction faisait grise mine. Elle avait même l'air affligée. Avait-elle finalement été dessaisie comme elle le craignait ? Aucunement. La manoeuvre, en haut lieu, était beaucoup plus subtile que cela : on venait de lui proposer un poste de...Procureur de la République dans l'Hexagone.

   Belle promotion qu'elle ne pouvait refuser car elle était assez proche de l'âge de la retraite ! 

   Cela fait penser à cette présidente de l'ex-Université des Antilles et de la Guyane à qui fut proposé un poste de recteur dans l'Hexagone moins de quinze jours après avoir adressé à son ministère de tutelle un rapport accablant sur certaines pratiques financières délictueuses qu'elle avait découvertes au sein de son établissement. Cette présidente, sur le moment, ne vit aucune relation entre le rapport qu'elle avait rédigé et cette promotion, chose dont elle ne se rendra compte qu'une dizaine d'années plus tard.

   Donc ce qui s'est passé pour l'Affaire FILLON n'a rien d'exceptionnel pour nous, aux Antilles. Entre dessaisissements subits, promotions inespérées et délocalisations au Tribunal de Paris ainsi va la justice aux "Isles Françoises de l'Amérique".

Pages