Accueil

PENDANT LE CINEMA DE LA COMMISSION LETCHIMY, DES MILITANTS ANTI-CHLORDECONE PLACES EN GARDE A VUE

PENDANT LE CINEMA DE LA COMMISSION LETCHIMY, DES MILITANTS ANTI-CHLORDECONE PLACES EN GARDE A VUE
 
     Jusqu'à samedi dernier, les forces de l'ordre avaient fait preuve de retenue face aux blocages des supermarchés du Groupe Bernard HAYOT.
   Et même avant cela : quand des manifestants avaient pénétré dans le centre commercial de Génipa pour se saisir de sachets de sucre et quand des sargasses avaient été jetées dans la cour de la Préfecture, il n'y avait eu ni coups de matraque ni grenades lacrymogènes. Il ne s'agissait aucunement de mansuétude, mais de tactique. En haut-lieu, on s'était dit que tout cela n'était que feu de paille et que les choses reviendraient assez vite à la normale.
   Mais les autorités se sont trompées : le feu de paille qu'il s'était imaginé est en réalité un feu de brousse.
  Samedi dernier, devant le centre commercial GBH de la commune du Robert, les choses ont dégénéré et des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants. Forces de l'ordre armées, casqués, bottées et munies de matraques ainsi que de grenades lacrymogènes contre manifestants totalement désarmés. Ces derniers reprirent d'ailleurs le célèbre chant qui dit :
   "Yo armé, nou pa armé ! Yo armé, nou pa armé !"
  Cette attaque des forces de l'ordre n'a suscité aucune réaction de nos politiques de tous bords, hormis celle, totalement démagogique, d'une conseillère territoriale de "PEYI-A" qui aurait continué à garder la bouche close si rien ne s'était passé. Ou plutôt cela a suscité des réactions visant à condamner les manifestants anti-chlordécone au nom du "respect des entreprises" et bla-bla-bla. Or, de quelles "entreprises" parlent ces messieurs-dames ? De ces entrepôts de marchandises franco-européennes qui font la fortune de la caste békée et de quelques non-Békés ? De cette économie de comptoir mortifère pour notre pays car étouffant toute production locale ?
 Voici maintenant que la gendarmerie vient d'arrêter et de placer en garde à vue plusieurs militants ayant participé à la manifestation du Robert ! L'Etat français a donc décidé de réagir, mais ce faisant, il prend une lourde, très lourde responsabilité car l'exaspération est à son comble dans la jeunesse martiniquaise. Il ne s'agit pas d'un feu de paille, mais d'un feu de brousse. Quant à nos politiques de tous bords qui détournent le regard ou feignent de ne pas le comprendre, ils porteront également leur part de responsabilité dans ce qui va, immanquablement, suivre.
 Et dans un tel contexte, la présentation à grand spectacle du rapport de la commission parlementaire sur le chlordécone présidée par Serge LETCHIMY relève du mauvais cinéma, du cirque au sens créole du terme, du bluff et du vèglaj en tout cas...

Pages