Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Patrick Chamoiseau écrivain de la rencontre

Patrick Chamoiseau écrivain de la rencontre

Le romancier et essayiste n’est pas venu à Melle pour parler uniquement de son œuvre. Il a décrit sa vision du monde. Et enchanté ses auditeurs.

La venue de Patrick Chamoiseau, organisée à Melle dans le cadre du festival régional Lettres du Monde, a tenu toutes ses promesses. Il s’agissait de bien plus qu’une rencontre littéraire, avec cet auteur engagé et passionnant. Il a été question de son travail d’écrivain, mais la quasi cinquantaine de Mellois présents ont eu droit à un cours d’histoire et de géopolitique. Dans ce domaine, Patrick Chamoiseau a fait preuve d’une grande maîtrise avec des réponses d’une clarté impressionnante. « Il manque aux experts une vision sensible et poétique qui ne soit pas rigidifiée par le regard dominant. L’artiste est une machine émotionnelle qui commence par se vider de toutes ses certitudes initiales. Il cherche l’invisible et la profondeur ».
« Il faut oublier ce monde avec des frontières » L’auteur prône aussi la rencontre, la relation avec l’autre. Englobant les humains mais aussi les règnes végétal et animal. « L’horizon ne doit plus être “ ma langue, mon dieu, ma peau, ma maison ”, mais la totalité du monde. Il faut oublier ce vieux monde avec ses frontières qui n’empêchent pas la circulation des marchandises mais qui se ferment dès qu’il s’agit d’humains. L’Europe se vit comme une forteresse, elle se sent capable de se développer seule alors que toutes ses richesses sont venues d’ailleurs ».
Pour Patrick Chamoiseau, l’urgence climatique va nous obliger à envisager le monde sous une autre forme. Il met en cause au passage le néo-libéralisme. « Les colonisateurs avec leurs fusils ont disparu mais le néolibéralisme nous a réduits à notre pouvoir d’achat. La politique dont nous avons besoin doit nous débarrasser de l’économie ».
Le lendemain, Patrick Chamoiseau allait à la rencontre de 90 élèves du lycée Desfontaines, dans la salle du Metullum. « Les échanges ont été d’une grande qualité et les questions des élèves très pertinentes, commente Delphine Lourdez, enseignante. Il a été question de la nécessité de préserver ses racines tout en s’ouvrant au monde. La question des conséquences humaines, écologiques et culturelles du néo-libéralisme a suscité beaucoup d’intérêt. Le niveau de réflexion de l’auteur a beaucoup impressionné ». Auparavant, les élèves avaient étudié, sous forme de résumés, trois des livres de Patrick Chamoiseau.
Les livres de Patrick Chamoiseau sont disponibles à la médiathèque ainsi qu’à la librairie du Matoulu, co-organisatrice du rendez-vous.

Pages