Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Paris : Un magistrat mis en examen pour proxénétisme

Paris : Un magistrat mis en examen pour proxénétisme

La compagne du juge aurait été travailleuse du sexe pendant la relation

Un magistrat exerçant au sein du tribunal judiciaire de Paris a été mis en examen pour proxénétisme et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué jeudi le parquet de Nanterre ( Hauts-de-Seine), confirmant une information du Parisien. Ce sexagénaire est soupçonné d’avoir bénéficié des revenus d’activité de sa compagne travailleuse du sexe pendant leur relation en 2018 et 2019, a précisé le ministère public. Celle-ci avait porté plainte au début de l’année 2020.

Une information judiciaire a été ouverte mercredi notamment pour proxénétisme, « dans le cadre d’une vie commune entre le mis en cause et la plaignante ». « La vérité, c’est que c’est lui qui a contribué aux frais du ménage », a réagi Me Pierre de Combles de Nayves, le conseil du magistrat. Selon l’avocat, le juge aurait même donné à cette jeune Gabonaise d’une vingtaine d’années jusqu’à 240.000 euros sur les deux années de leur relation « pour qu’elle cesse de se prostituer ».

Pas encore de suspension du juge

Mais lors de leur rupture, elle l’aurait menacé de porter plainte pour proxénétisme si le juge ne lui concédait pas la garde de leur enfant et ne lui payait pas un appartement, a encore déclaré Me Pierre de Combles de Nayves. La procédure avait été dépaysée au profit du tribunal le plus proche comme il est d’usage, soit Nanterre, pour respecter le principe d’impartialité et éviter que les pairs d’un magistrat n’aient à le juger.

Le juge, actuellement vice-président au tribunal judiciaire de Paris, n’a pas été suspendu de ses fonctions mais la direction des services judiciaires a été saisie pour déterminer si des sanctions disciplinaires doivent être prises.

Commentaires

GIRIER-DUFOURNI... | 09/01/2021 - 13:18 :
Eh! oui un magistrat mis en examen pour proxénétisme . Sa fonction aurait dû l'empêcher d'accepter cette relation ; Mais ,sachant que les sentiments humains sont complexes .Et, si on pense que l'amour intervient , comment faire pour empêcher à deux êtres de s'aimer ? Même si on peut penser que ce magistrat a manqué de discernement et aurait dû exiger l'arrêt de cette profession à sa compagne . Oui, on peut dire compagne puisque paraît-il , ils vivent ensemble et ont un (e) enfant ? Quel était l'état d'esprit du magistrat au début de la relation ? Etait-ce un homme solitaire et à qui l'amour ouvrait les bras ? La compagne, préparait-elle déjà , une honorable sortie de la misère en préparant un chantage "favorable" pour elle ? Si malgré la fonction du magistrat qui voulait que sa compagne renonça à son travail pour une vie commune dans l'amour et la tranquillité , n'ont-ils pas pris cette option ? Faut-il pour autant empêcher à l'amour de s'exprimer ? Des femmes s'en sont sorties paraît-il de ces métiers parce qu'elles ont rencontrées des hommes, sans doute en "mal d'amour " et ont trouvé un sens à leur vie par ce genre de relation et l'ont sans doute vécu intensément mais , ils n'étaient pas magistrats . Les magistrats et autres hauts fonctionnaires doivent être circonspects dans leur relation avec les autres .Même si parfois ,pour eux, le "coup de foudre " est interdit et parce que aussi , ils doivent brider leur sentiment et , parfois accepter la solitude qui ronge certains hommes et se plier aux normes de la société, faire comme les autres et finalement , privilégier la morale qui doit être prise en compte dans notre société?. Si son amour exprimé malgré les risques pris pour sa fonction était sincère ? Quelle déception pour lui? Et, voilà , une fois de plus, une trahison très bien menée et qui donnera à certains, d'autres arguments pour se méfier de ses semblables et surtout des femmes ? .Et, peut-être même ne plus rendre service ?...
Michel P. | 09/01/2021 - 13:57 :
Le prostitution est autorisée mais il est interdit de louer un local aux personnes qui se prostituent ou même d'être leur client ! Quant à la personne qui partage leur vie, elle est considérée a priori comme proxénète. Il est donc problématique d'entretenir une relation avec une personne qui se prostitue, surtout quand on est magistrat ! Ceci étant, l'enquête révélera sans doute ce qu'il en est.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages