Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

« MONTRAY KREYOL » ATTEINT LES 500.000 VISITES…

Lorsque notre site fut lancé fin février 2007, il y a donc exactement 2 ans et 7 mois, il prenait le relais d’un autre site, KAPES KREYOL, qui trois ans durant (et cela grâce au dévouement de notre amie suisse Francesca Palli), défendit la cause de l’enseignement de la langue créole et de la création d’un concours de recrutement de professeurs du secondaire dans cette langue. C’est dire que MONTRAY KREYOL, qui bénéficia de toute l’expérience accumulée par KAPES KREYOL, se donnait pour mission de développer les mêmes idées, de défendre la même cause, tout en élargissant son spectre d’intervention.

« Kréyol »__contrairement à ce qu’avancent certains esprits malintentionnés ou ignares__n’est pas un terme qui enferme ni une expression nombriliste. Il est moins étroit que « Martiniquais » car il nous lie (et relie) immédiatement aux Guadeloupéens, Guyanais, Haïtiens, Dominiquais Saint-Luciens et, plus loin, aux Réunionnais, Seychellois et autres Mauriciens. La langue créole (9 millions de locuteurs), deuxième langue la plus parlée de la Caraïbe après l’espagnol (23 millions de locuteurs), devançant l’anglais (5 millions), le français (2 millions), le papiamento (1 million) et le hollandais (200.000 locuteurs), est un formidable outil d’unité caribéenne que nous ne devons pas laisser dépérir. MONTRAY KREYOL défend d’abord et avant tout cette langue et la culture qu’elle véhicule.

D’aucuns nous ont reproché le peu d’articles rédigés en créole sur notre site, ce à quoi nous répondons aussi que « Kréyol » ne signifie pas « enfermement linguistique ». Si la Créolité s’exprime le mieux en créole, elle peut le faire, et le fait, quotidiennement en français, anglais, espagnol, portugais etc…C’est pourquoi MONTRAY KREYOL est un site multilingue. C’est sans doute le seul site antillais sur lequel on trouve des articles non seulement en kréyol, en français, en anglais et en espagnol, mais aussi en portugais, en allemand, en italien, en corse, en papiamento, en arabe et même en…tamoul.

C’est dire que MONTRAY KREYOL n’est pas un site « nationaliste » au sens étroit du terme. S’il y a nécessité de défendre la « nation martiniquaise » parce qu’elle est menacée de phagocytage, cela ne signifie absolument pas qu’il faille s’enfermer dans ce seul combat. Le sort des autres peuples opprimés de la planète (et également menacés de disparition) nous importe tout autant : Palestiniens, Corses, Kurdes, Basques, Berbères, Tchétchènes, Tibétains, Intouchables indiens, Aborigènes, Amérindiens, Tsiganes etc…D’une manière générale, notre site est sur des positions anticapitalistes et anti-impérialistes sans pour autant se faire le héraut de régimes (Chine, Cuba etc…) dont le moins qu’on puisse est qu’ils laissent à désirer.

MONTRAY KREYOL se veut plutôt un site bolivarien et christophien.

Christophien en référence au roi Christophe d’Haïti qui sa vie durant chercha à amener son peuple et son pays le plus haut possible, sans pleurnicheries ni complaisance victimaire. Bolivarien parce que la formidable espérance inaugurée par Hugo Chavez au Venezuela et reprise par Evo Morales en Bolivie et Rafael Correa en Equateur ne peut pas ne pas avoir d’influence sur la Caraïbe insulaire. Il faut « inventer le socialisme du XXIè siècle » pour reprendre une des expressions favorites du leader venezuelien. Evidemment, pour faire partie de cette aventure, il est indispensable que la Martinique se débarrasse de la séculaire et pesante tutelle de la France et accède à la pleine et entière souveraineté. MONTRAY KREYOL se bat aussi pour faire comprendre et admettre ce dernier point.

On aura compris que notre site s’efforce (d’où la longueur des articles qui y sont publiés) d’inviter le lecteur à la réflexion approfondie, loin des superficialités et autres scoops dans lesquels se complaisent nombre de sites antillais. C’est pourquoi nous avons écarté les facilités de la vidéo : son et image ne manquent certes pas d’intérêt mais trop souvent, les vidéos qui circulent sur l’Internet sont des vecteurs de crétinisation et non d’élévation de l’esprit. On comprendra qu’avec de telles exigences, MONTRAY KREYOL n’ait « que » 500.000 visites là où d’autres bombent le torse en annonçant plusieurs millions de visiteurs. Nous ne changerons pas notre fusil d’épaule juste pour « draguer » des internautes. 500.000 visites en 2 ans et demi d’existence n’est absolument pas un chiffre ridicule (loin de là !) compte tenu du genre de site que nous cherchons à mettre en œuvre.

Enfin, il convient de préciser que si le directeur du site est l’écrivain martiniquais Raphaël Confiant, nombre de gens y collaborent et se dévouent pour MONTRAY KREYOL, à commencer par nos deux webmasters Pierre et Charly, sans compter tous ceux qui y tiennent régulièrement un « bloc-notes » comme Thierry Caille (France), Jean S. Sahaï (Guadeloupe) Daniel Boukman, Jean Bernabé, Louis Boutrin, Maxette Olson (Guadeloupe/Suède), Miki Runek, Jean-Laurent Alcide ou encore La Carbétienne. Nous n’oublions pas évidemment nos contributeurs occasionnels comme Gerry L’Etang, Ernest Pépin (Guadeloupe), Pierre-Jean Ferrali (Corse) ou encore Tony Mardayé (émigration antillaise en France). Un coup de chapeau également à notre ami français Jérôme, « inventeur » de notre Newsletter, KOURILET, grâce à laquelle MONTRAY KREYOL a pu quadrupler le nombre de ses visiteurs.

MONTRAY KREYOL n’accepte pas de placards publicitaires. Notre site ne vit (car avoir un site coûte de l’argent !) que grâce aux cotisations de ceux qui le font fonctionner. Si vous voulez contribuer à sa pérennité, adhérez à l’Association des Amis de Montray Kréyol !

Pages