Accueil

L'HONNEUR NE SE QUEMANDE PAS

Par MBOA

La négrophobie pourra t-elle jamais être combattue en France au même titre que l'antisémitisme ? Le Noir recevra t-il le respect qu'il attend de la France ? Non ! Ce, pour au moins 3 raisons.

Si les deux premières raisons sont du fait du système, la troisième raison est du fait du Noir hélas, et semble entériner les deux autres et conforter ceux et celles pour qui la pratique de la négrophobie est aussi naturelle que respirer.
Mais Si toutefois le Noir veut se faire respecter, la réussite de son combat, n'est tributaire que de la perception qu'il a de lui.

{{La culpabilité des Européens vis à vis des Juifs}}

Il faut d'emblée dire que l'antisémitisme a eu le 'mérite' de faire prendre conscience (?) aux européens de leur propre laideur, qu'ils ont longtemps refusée de voir lorsqu'ils s'adonnaient à cœur joie à l'extermination d'autres peuples.
Ce que nombreux pensent être l'oppression de la mémoire de la shoah sur le continent européen et en dehors, n'est en réalité que la réponse aux scénaris et idées dont le tort est d'avoir été appliqués sur d'autres européens. Cette réponse ne souffrirait pas de cette accusation, si elle ne paraissait pas aujourd'hui indisposer d'autres mémoires aussi douloureuses, par certains dont le but avoué est la hiérarchisation des crimes donc des victimes.
Donc, c'est une affaire européo-européenne qui rappelle à la prétentieuse Europe, qu'elle n'a jamais été lumière que pour elle même et non pour l'humanité.
Les monstres que l'Europe a engendrés lui auraient-ils appris l'humilité ? Rien n'est trop sûr. Toujours est-il que cette culpabilité que les Européens ont, d'avoir exterminés les leurs avec les mêmes arguments qui pourtant avaient été réservés aux autres, est un argument de poids qui les hante, et les contraint à considérer les crimes qu'ils ont perpétrés sur d'autres comme des événements mineurs si ce n'est des non événements, et à ne pas leur accorder une importance. Cette considération est d'autant plus palpable et visible en France, lorsque l'on conçoit et observe la place du 'Noir' dans la société française.

{{La concurrence victimaire}}

Pour ne pas à avoir à traiter avec la même acuité, la même énergie et surtout avec le même sérieux le problème de négrophobie en France, et faire admettre la normalité de ce comportement, le système a mis en place des instruments plus ou moins fantaisistes de lutte, histoire d'avoir la conscience tranquille et le sentiment de combattre. Un des premiers indices qui montre le caractère 'détail' associé à la négrophobie, c'est de ne pas la nommer comme telle en la noyant dans le fourre-tout du racisme, lorsque l'on sait que la notion de race n'existe pas scientifiquement.

Conséquence logique de la vacuité et de la nocivité de ces pseudo instruments, c'est de desservir ce pour quoi ils ont été construits. Face à l'inefficacité et à la dangérosité de ces instruments et surtout de la bonne santé des thèses négrophobes, certains Noirs décident de porter le combat, les revendications à leur manière et de ne plus rester dans l'attentisme dans lequel les différentes politiques du système contre la négrophobie les assignent.
C'était sans compter avec les tenants d'une certaine idéologie de la mémoire et surtout de la qualité de la victime. Cette revendication 'de plus' des Afro descendants est perçue comme une 'Concurrence' voire une offense par ces censeurs. Alain Finkielkraut, chef de file de cette escadron portait l'estocade en parlant de 'chacun veut sa shoah' et Elisabeth Lévy vient confirmer cette posture ' excluante et accaparante' de la mémoire et de la victime dans son 'La Victimocratie en action'. Ultime (?) coup de griffes pour définitivement empêcher toute expression de mémoire autre que celle issue de la shoah et assigner le Noir dans ce que Jean Baptiste ONANA, dans le titre de son livre intitule ' Sois Nègre et Tais-toi !'? Et l'acharnement sur l'humoriste Dieudonné et Kémi Seba vise à punir cette outrecuidance: celle qui a consisté à se 'rebeller' et pointer du doigt les sources et auteurs du mal être du Noir dans la société française.

{{Aliénation et auto-censure.}}

Bernard Dadié disait : 'Elles sont lourdes, lourdes les chaînes que le Nègre met au cou du Nègre pour complaire aux maîtres du jour '. Le comportement de certains africains et afro-descendants en hexagone est bien résumé dans cette citation de l'écrivain ivoirien, et participe à la bonne santé de la négrophobie et du mépris du Nègre. C'est ainsi que certaines associations, certains individus s'autoproclamant 'leader des Noirs' ne font l'économie d'aucune bassesse, d'aucune vilité dans le but de se retrouver assis aux côtés de celui qui n'hésitera pas la seconde d'après, de les descendre ainsi le rappelait Aminata Traoré en citant l'adage africain 'Les mêmes mains qui vous applaudissent quand vous montez sur le trône, sont celles-là qui applaudissent également quand vous chutez '. Rappelons également ceci à ces larbins: 'Nous ne connaissons pas avec certitude, la clé du succès. Mais la clé de l'échec, est d'essayer de plaire à l'oppresseur.'

L'autre attitude, est l'auto-censure que s'inflige le Noir face à l'agression dont il est victime. En mémoire, l'image du footballeur Abdeslam Ouaddou qui, deux jours après avoir été demandé des explications à son agresseur, s'excusait devant les caméras de télévision pour son geste. Tout comme Boubacar Kébé qui s'est excusé, d'avoir fait un doigt d'honneur à la tribune bondée d'idiots qui l'agressaient copieusement. Rappelons que pour s'être exprimés à leur façon, les arbitres des matchs respectifs n'ont pas hésité à les sanctionner. Tout le contraire d'un grand Zidane qui a compris que l'honneur ne se négocie et ne se marchande pas.

Les attitudes de ces joueurs mettent en exergue la peur du Nègre de revendiquer le respect parce que le système le lui reprochera, le lui fera payer, exige de lui la docilité à toutes les situations. Il n'est pas inutile de rappeler cette citation de Thomas Sankara: 'L'esclave qui n'est pas capable d'assumer sa révolte ne mérite pas que l'on s'apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s'il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d'un maître qui prétend l'affranchir. Seule la lutte libère...'

{{MBOA}}

[Source->http://mboangila.afrikblog.com:80/archives/2008/02/24/8073972.html]

Pages