Accueil

LES POURVOIS EN CASSATON DES TROIS CHEFS DE L'EX-CEREGMIA DEFINITIVEMENT REJETES

LES POURVOIS EN CASSATON DES TROIS CHEFS DE L'EX-CEREGMIA DEFINITIVEMENT REJETES

  C'est une page qui se tourne. Une page sombre de l'ex-Université des Antilles-Guyane et de l'Université des Antilles.

  Les pourvois en cassation des 3 principaux chefs de l'ex-CEREGMIA, ce groupe de recherches en économie, établi sur les pôles Martinique, Guadeloupe et Guyane pendant plus de deux décennies, ont été définitivement rejetés. Messieurs Fred CELIMENE, Eric CARPIN et Kinvi LOGOSAH sont donc rayés à vie de la fonction publique. La justice administrative a tranché.
    La prochaine page concernera la justice pénale car il faudra bien que ces trois ex-universitaires et leurs 34 complices sur les trois pôles de l'ex-Université des Antilles et de la Guyane rendent des comptes, notamment sur la volatilisation de plus de 12 millions d'euros. L'affaire a été délocalisée depuis peu à Paris et c'est ce le redoutable Parquet National Financier qui est en charge du dossier lequel dossier est déjà lourd de 2 rapports de la Cour des comptes, 1 du Sénat, 1 de l'IGAENER (Inspection Générale de l'Education Nationale et de la Recherche) et 1 de l'OLAF (ou "FBI européen"). Chacun aura noté que contrairement aux mensonges diffusés régulièrement sur le Net par les gens de l'ex-CEREGMIA et leurs affidés, ce ne sont pas l'ancienne présidente de l'Université (C. MENCE-CASTER) ni l'ancien doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines (R. CONFIANT) qui sont à l'origine de leurs soucis.
   Ces messieurs-dames ont d'abord et avant tout été pointés du doigt par des organismes de l'Etat français !
   Sinon pendant 4 longues années, ces mafieux et leurs complices actifs et passifs n'ont cessé d'empoisonner l'atmosphère de notre université, déversant à longueur de journée un déluge de mails injurieux, mensongers et diffamatoires à l'encontre, non seulement des deux personnes précédemment citées, mais aussi de toutes celles et tous ceux qui osaient appuyer le combat pour le nettoyage des écuries d'Augias, le combat pour débarrasser l'établissement des pratiques mafieuses en tous genres. Ah, ils et elles n'étaient pas bien nombreux (euses) et la majorité silencieuse est restée dans son...silence. Quand certains n'appuyaient pas anbafey les chefs du CEREGMIA dans l'espoir de leur permettre un retour triomphal à l'Université. Chacun se souvient de cette honteuse "politique d'apaisement" qui, n'eut été la détermination des anti-corruption, aurait pu peut-être sauver la mise à CELIMENE, CARPIN et LOGOSSAH. Oui, honte à tous ces gens qui ont déshonoré, par leur silence ou leur soutien aux mafieux, l'honneur de notre université ! 
   (N.B. Parmi les kilomètres de mensonges déversés des années durant par l'ex-CEREGMIA, il y en a un qui revient de manière récurrente : R. CONFIANT et C.  MENCE-CASTER seraient responsables de l'éclatement de l'Université des Antilles et de la Guyane et donc du départ de la Guyane. FAUX ! Faux car huit mois avant l'élection de C. MENCE-CASTER à la présidence de l'établissement, le conseil d'administration avait acté par vote le départ de la Guyane en 2020 à la demande des représentants élus de cette dernière.)

Pages