Accueil

Les élus régionaux sur des "Grenat" à l'arrivée du Tour cycliste

   Qui ne connaît la célèbre mobylette des années 50, l'increvable "Moby" pour les Martiniquais (qui voyaient sa couleur plutôt "orangée") et "Grenat" pour les Guadeloupéens ? Principal moyen de déplacement durant des décennies des hommes des classes populaires, elle affrontait tous les terrains sans faillir : mornes, traces, savanes, routes asphaltées, terrains boueux etc...et surtout elle durait. A l'époque, la notion hyper-capitaliste dite de l'obsolescence programmée n'existait pas encore. Frigidaires, mobylettes, voitures etc..., pour peu que leur propriétaire les entretinssent correctement et régulièrement, se conversaient toute une vie ou presque. Et lorsque l'entreprise qui les fabriquait en France cessa de les produire, on se mit__en Guadeloupe surtout__à utiliser les pièces des "Grenat" usagées pour maintenir en vie celles qui roulaient encore, voire même à fabriquer artisanalement certaines pièces. Une véritable histoire d'amour tissée entre une banale mobylette mais extrêmement fiable et un peuple travailleur reconnaissant.

   Le cinéaste Gilles ELIE-DIT-COSAQUE en a fait, en 2004, un magnifique documentaire, Ma Grenat et moi, qui a fini de faire de ce deux-roues à moteur un objet cultissime. En 2012, l'Office du Tourisme de la Guadeloupe allait encore plus loin en produisant une "web série" en 15 épisodes pour découvrir les îles de la Guadeloupe, manière d'attirer le touriste et de lui offrir autre chose que le soleil, la mer et le sable blanc.
   Des "Grenat" roulent encore en Guadeloupe alors qu'elles ont complètement disparu de la Martinique. Ainsi à l'arrivée du dernier Tour cycliste de la Guadeloupe, on a vu nombre d'élus régionaux accueillir l'arrivée de la course sur cet antique mobylette, le Président Ary CHALUS en tête comme on peut le voir sur les photos illustrant cet article. En Martinique où l'on n'a pas la grosse tête du tout on préfère parader à bord de 4/4 décapotables... 

Pages