Accueil

LES DIRIGEANTS DE LA CFTU S'ASSEOIENT SUR LE SERVICE MINIMUM

      LES DIRIGEANTS DE LA CFTU S'ASSEOIENT SUR LE SERVICE MINIMUM

  Dans ce pays sous tutelle française, il y a des gens qui se croient tout permis

 Comme de s'asseoir sur les textes, règlements et autres lois françaises. Ces gens sont-ils des indépendantistes, auquel cas ils seraient dans la logique de leur idéologie ? ABSOLUMENT PAS ! Ces violations répétées de la législation française émanent de personnes qui n'ont aucunement envie de couper le cordon ombilical avec l'Amère-Patrie ! Seraient-elle bipolaires alors comme on aime à dire aujourd'hui ? ABSOLUMENT PAS ! Konpè Lapen sé moun-tala Konpè Lapen ! Français quand ça les arrange et pas français quand ça ne les arrange pas.
 Prenons-le cas des dirigeants de la CFTU dont tout le monde connaît les liens avec le PPM (Parti Progressiste Martiniquais) : ils n'ont jamais remis à MARTINIQUE TRANSPORT leur rapport d'activités au cours des trois années qui viennent de s'écouler alors même qu'il s'agit d'une obligation légale. Cela ne les a pourtant pas empêchés de recevoir 50 millions d'euros par an (54 même en 2019) de...MARTINIQUE TRANSPORT. C'est bien joli maintenant de venir accuser ce dernier de tous les maux de la terre.
  Autre obligation légale sur laquelle s'assied allègrement la CFTU : l'instauration d'un sevice minimum. Ce dernier est pourtant prévu par l'Article 6 de la DSP (Délégation de Service Public) lequel précise clairement ceci :
 "En cas d'interruption du service public, quelle qu'en soit la cause, le délégataire s'engage à mettre en place, dans toute la mesure du possible, des moyens d'urgence et de substitution en fonction des moyens disponibles localement."
  C'est du français pourtant, pas du créole ou du chinois !
  Ce même article 6, dans son alinéa 2, précise encore ceci :
  "Le délégataire a l'obligation de mettre en œuvre un service minimum conformément au plan de transport adapté aux priorités de desserte et aux niveaux de service, définissant, pour chaque niveau de service, les plages horaires et les fréquences à assurer."
 Donc si l'on comprend bien, obligation de rendre chaque année son rapport d'activités, la CFTU s'en contrefout ! Obligation d'assurer un service minimum quelle que soit la cause de la grève en cours, la CFTU s'en contrefout aussi ! Et qui paie les pots cassés de tout cela : les gens qui n'ont pas les moyens de s'acheter une voiture (jeunes, chômeurs, femmes élevant seules leurs enfants, élèves et étudiants, personnes âgées, immigrés caribéens etc.). Et tout autant, les commerçants, déjà en grande difficulté, de Fort-de-France, ville dirigée depuis plus d'un demi-siècle par... le PPM.
   Matinik bel péyi, fout !...
Image: 

Pages