Accueil

Léon Bertrand : "J'irai en prison pour des choses que je n'ai pas commises !"

Léon Bertrand : "J'irai en prison pour des choses que je n'ai pas commises !"

   Il est grand temps, dans ces dernières colonies que sont la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, que certains cessent d'imaginer qu'ils et elles au-dessus des lois parce qu'ils et elles jouissent d'un poste politique, administratif, universitaire, religieux, associatif ou autre.

   Nos populations veulent rester françaises, fort bien ! Elles ne réclament pas la rupture avec celle que pourtant elles ne cessent de critiquer à longueur de journée à savoir la France, fort bien ! Elles ne souhaitent pas l'indépendance, fort bien !

   Mais alors que ceux et celles qui jouissent de postes importants au niveau politique, administratif, universitaire, religieux, associatif ou autre, cessent de jouer aux Compère LAPIN ! Ils veulent la France, pas de problème, mais alors qu'ils acceptent les lois françaises et toute leur rigueur. Qu'ils arrêtent de critiquer lesdites lois quand ça les arrange, quand ça vient gêner leur petit ou leur juteux business !

   Quand, par exemple, l'ancien ministre du tourisme de Jacques CHIRAC et maire (pour très peu de temps encore) de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, Léon BERTRAND, tient un meeting suite à la confirmation de sa condamnation à 3 ans de prison pour "pots de vins et marchés truqués" par la Cour de Cassation, pour déclarer urbi et orbi "J'irai en prison pour des choses que je n'ai pas commises !", il se moque non seulement du monde, mais il porte atteinte à l'intégrité morale de la République française et de sa justice.

   Cela est tout simplement inadmissible de la part d'un ancien ministre de cette même République !

   Car enfin, Léon BERTRAND a été condamné une première fois en Guyane, une deuxième fois en Martinique et une troisième fois en Guadeloupe. Enoncé de ce 3è verdict : 3 ans de prison ferme + 3 ans d'inéligibilité + 80.000 euros d'amendes. Il est ensuite allé en Cour de Cassation laquelle vient de confirmer ce verdict.

   On ne peut pas être pro-français et rejeter en même temps la justice française !

   

Image: 

Pages