Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

« LE NOUVEL OBSERVATEUR » ET « LE POINT » FACE AU CHLORDÉCONE

Cette semaine, les Antilles, et singulièrement la Martinique, ont une nouvelle fois l’honneur de faire les gros titres de la presse hexagonale. La semaine dernière, c’était le cas pour les radios et les télévisions, cette fois c’est celui des grands hebdomadaires tels que « Le Nouvel Observateur » et le « Point ». Au-delà de la question de l’empoisonnement de nos pays à cause de l’utilisation délirante du chlordécone pendant 30 ans, chose que tout un chacun connaît désormais dans le détail, ce soudain engouement nous permet de faire une analyse du positionnement de la Droite et de la Gauche françaises face aux DOM.

Rappelons pour ceux qui l’ignoreraient que « Le Nouvel Observateur » est censé être un journal de Gauche et « Le Point » un journal de Droite. Il est intéressant d’analyser comment chacun traite la question du chlordécone et là, surprise !, on a deux attitudes opposées :

- celle du « Nouvel Observateur » avec un titre de Une accrocheur (« Antilles : enquête sur le scandale des pesticides »), un titre d’article scandaleusement outrancier (« L’île aux poisons ») et un article d’une virulence suspecte contre l’Etat et les Békés, « oubliant » que ledit Etat a été dirigé pendant deux septennats par F. Mitterrand.
- celle du « Point » avec un titre de Une positif (« Comment la Martinique va s’en sortir »), un titre d’article positif encore (« Martinique : après le désastre, les défis ») et un article mesuré, pondéré même.

Nous nous attarderons plus particulièrement sur la première attitude, celle de la Gauche bienpensante, germanopratine et droit-de-l’hommiste. Disons tout d’abord qu’elle est l’exact reflet de l’hypocrisie et du paternalisme dont font preuve Socialistes, Radicaux et même communistes envers les « Domiens » d’une part et les immigrés vivant dans l’Hexagone de l’autre. Hypocrisie et paternalisme qui ont poussé nombre d’immigrés de nationalité française à voter dès le premier tour pour Sarkozy en dépit de sa boulette sur « la racaille qu’il faut nettoyer au karcher ». En effet, aussi paradoxal que cela puisse paraître, le bourgeois de Gauche semble plus frileux sur la question de l’immigration que son alter ego de Droite et il a beau se dissimuler derrière des opérations du style « Touche pas à mon pote », entonner de grands discours humanistes ou multiculturalistes, en vérité, il n’aime que les nègres ou les Arabes musiciens et sportifs. On mettra ainsi à l’honneur sans répit Zidane, Thuram, Youssouf N’Dour, Salif Keïta ou bien tel ou tel rappeur de banlieue au discours consensuel. Pour la Gauche française, un bon immigré est quelqu’un qui doit exceller dans l’amusement public. Surtout pas à Polytechnique ou à l’ENA ! On comprend ainsi pourquoi pendant les 14 ans du règne de François Mitterrand, il n’y pas eu un seul ministre ou secrétaire d’Etat issu de l’immigration. PAS UN SEUL ! On comprend aussi pourquoi nos chers amis de Gauche se sont mis à pousser des cris d’orfraie lorsque Sarkozy a nommé un « préfet musulman » ou encore deux Beurettes et une Africaine dans son gouvernement. Jamais la Gauche n’a eu un tel courage de peur, sans doute, de s’aliéner « le peuple de Gauche », comme elle dit, reconnaissant implicitement que dans ce fameux peuple, les germes du racisme sont aussi puissants que dans le peuple de Droite.

Pour en revenir au traitement de la question du chlordécone, on est exactement dans la même logique : la virulence de l’article du « Nouvel Observateur » a comme conséquence première de mettre en doute les dénonciations des écologistes martiniquais, de décrédibiliser leur parole. D’en faire des sortes de gauchistes excités, le couteau entre les dents, prêts à dépecer du Blanc-France et du Béké créole. Il s’agit d’un article faussement compatissant envers les Antilles qui s’inscrit en droite ligne dans l’attitude hypocrite et paternaliste qu’a toujours eu cette Gauche française envers les citoyens français d’extraction non-européenne. C’est ainsi que l’un des auteurs du livre, « Chronique d’un empoisonnement annoncé », qui a tout déclenché (livre paru en…février 2007, faut-il le rappeler), Louis Boutrin, est carrément décrit comme un bouffeur de Béké, voire même un raciste anti-Béké. Quant à son collègue Raphaël Confiant, il n’est même pas nommé comme co-auteur ! Normal : cette presse de Gauche lui avait déjà réglé son compte il y a quelques mois en le traitant mensongèrement d’antisémite.

Analyse de texte : l’article du « Nouvel Observateur » déclare que L. Boutrin a écrit un « réquisitoire au vitriol » contre les Békés et aligne les noms de pas moins six familles békées alors que dans l’ouvrage, seul un établissement commercial (pas une famille) est nommé à savoir les établissements De Laguarrigue, principal importateur du chlordécone en Martinique. D’ailleurs, dans le même ouvrage, un seul chapitre de…5 pages est consacré aux Békés, reprenant des données socio-historiques et économiques qui figurent dans n’importe quel livre consacré aux Antilles et que tout le monde connaît. Aucune révélation particulière sur telle ou telle « famille » béké ! Aucune dénonciation ad hominem ! Et le nom des établissements De Laguarrige est indiqué dans l’ouvrage parce qu’il figure dans divers documents officiels de l’Etat ainsi que dans le rapport de la mission d’étude parlementaire effectuée par les ex-députés Joël Beaugendre (Guadeloupe) et Philippe Edmond-Mariette (Martinique). C’est dire qu’il n’a jamais été question pour L. Boutrin de jeter l’opprobre sur la famille De Laguarrigue, mais d’énoncer un fait connu et reconnu. L’importation du chlordécone aurait-il été le fait d’un établissement tenu par des mulâtres, des chabins, des nègres, des Indiens, des Syriens ou des Chinois, qu’il aurait été nommé comme tel. Les gros planteurs de banane auraient été des « gens de couleur » qu’ils auraient été mis à l’index de la même manière. Il n’y a là aucune attitude raciste comme tend à le faire penser sournoisement l’article du « Nouvel Observateur ».

Habilement donc, l’auteure de l’article, qui pourtant a rencontré L. Boutrin lors de son enquête en Martinique, tend à faire accroire au lecteur que derrière l’affaire du chlordécone, il y aurait en fait simplement un problème de nègres contre békés ! S’attaquer aux Békés ne mange pas de pain quand on appartient à la Gauche française, ceux-ci n’ayant aucune influence sur la vie hexagonale. C’est en réalité se donner bonne conscience à peu de frais en omettant de dire que pendant le règne socialiste à la tête de l’Etat rien, strictement rien, n’a été fait pour aider les nègres à contrebalancer l’omnipotence de ceux-ci. Mais il y a pire : les rares propos positifs de cet article, ceux qui proposent des solutions, ont été mis dans la bouche d’un dirigeant d’association écologique alors qu’ils ont été prononcés par L. Boutrin, propos qui se retrouvent d’ailleurs mot pour mot dans « Chronique d’un empoisonnement annoncé » !!! Si ce n’est pas de la manipulation, on n’en est pas très loin.

Il est devenu très habituel depuis quelque temps, dans le milieu de la Gauche française, d’accuser quelqu’un de racisme ou d’antisémitisme quand on veut le discréditer. L. Boutrin avait déjà été victime, à la Martinique, de ce procédé mesquin de la part d’un certain journaliste africain exerçant chez nous qui semble être l’enfant chéri du « Nouvel Observateur ». Ce journaliste, couvrant un meeting électoral au cours duquel L. Boutrin s’était exprimé en créole, avait carrément accusé ce dernier d’être un raciste et un anti-africain, au seul motif que Boutrin lui aurait dit :
« C’est dommage que vous n’ayez pas pu tout saisir du fait que j’ai parlé en créole… »
Aussitôt, notre journaliste est monté sur ses grands chevaux, a pris sa plume pour écrire à sa direction, pour prendre l’opinion publique à témoin et pour appeler ses amis de la Gauche française à la rescousse.

Le même procédé, encore plus mesquin, a été utilisé l’an dernier par le correspondant du « Monde » en Martinique qui, ayant eu entre les mains un simple mail dans lequel Raphaël Confiant s’indignait qu’on puisse parler de lobby musulman, de lobby homosexuel ou de lobby féministe mais pas de lobby juif, monta toute une cabale contre l’écrivain, cabale qui prit une ampleur telle qu’outre la quasi-totalité de la presse française, des journaux comme « El Watan » (Algérie), le « Jerusalem Post » (Israël) et le « Los Angeles Times » (USA), en sont venus à parler d’une affaire qui, en réalité, n’en était pas une. Le but du correspondant du « Monde » et de sa clique colonialiste était clair : détruire R. Confiant. Manque de pot, cette manœuvre a fait un bide puisque non seulement l’écrivain a pu continuer à publier normalement ses livres dans les maisons d’édition françaises, mais son nom est même entré dans « Le Robert » cette année, après l’avoir été dans « Le Larousse » il y a trois ans !

Aucun Martiniquais sérieux, connaissant l’affiliation idéologique de L. Boutrin et de R. Confiant à la Créolité, ne peut croire que ces deux militants de la cause martiniquaise sont des racistes anti-békés, anti-africains et antisémites. Qu’un journal comme « Le Nouvel Observateur », censé être de Gauche, puisse l’affirmer ou le suggérer ne fait que refléter l’esprit colonialiste qui règne dans l’intelligentsia de Gauche française.

C’est à se demander même si chez tout homme de Gauche français ne sommeille pas un Guy Mollet qui s’ignore ?

{ {{Jean-Laurent Alcide}} }

Commentaires

algo | 01/10/2007 - 02:10 :
Je reside en france,et je peux vous affirmer qu'a la television,le traitement du scandale du chlordecone n'était pas terrible.Sur TF1 par exemple,ppda en a parler,sans evoquerle livre de Mrs Confiant et Boutrin mais en reprenant les propos de Bertome.Les hebdomadaires français ont leurs relais en Martinique et Guadeloupe,des relais pas très clair,au service de la propagande officielle.
mo1mo1 | 05/10/2007 - 13:44 :
Ne cherchons pas à avoir l'accord de PARIS pour exister! Profitons de ce cataclysme écologique pour ouvrir le DOSSIER de la FRANCE COLONIALE QUI A DEJA DETRUITS PLUSIEURS ISLES DE LA CARAIBE ET A EXTERMINE EN PARTIE LES TAINOS NOS PARENTS DEPUIS 1635! Invitons les Représentants de ces Isles à constituer un DOSSIER CHIFFRE POUR LE SOUMETTRE A QUI DE DROIT:LES BLANCSPAYS ET L'ETAT COLONIAL. OBLIGEONS LE TPI A OUVRIR CE DOSSIER ET ENVOYE UN DOUBLE A L'ONU ,A Bruxelle Balayons LE BUSTE DE d'Esnambuc BELIN le bourreau de la Région à notre regard ,FORT DE FRANCE LUI DIT AWA EN VE PAS VOER,DEBAPTISONS L'AERODROME DE CAYENNE DU SINISTRE NOM ROCHAMBEAU DONATIEN QUI RESTE L'EXTERMINATEUR DE DESCENDANTS D'AFRICAINS !! RINALDO MAURICE 0690868293

Pages