Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE MANQUE D'EAU AFFECTE LE DÉVELOPPEMENT DU TOURISME

Stéphane Saminaden - 05/03/10

Le développement de l’industrie touristique se heurte à un problème crucial : le manque d’eau. A tel point, que le ministère de tutelle a conseillé à un promoteur hôtelier d’inclure une unité de dessalement d’eau de mer dans son projet pour un approvisionnement régulier et fiable en eau douce.

Mella Villas Ltd a obtenu un terrain à bail à Balaclava pour construire un hôtel de cinq-étoiles, réparti en bungalows individuels. Or, selon les prévisions du promoteur, il risque de manquer d’eau dans les années à venir. Cela, en raison de la croissance démographique, mais aussi de l’augmentation du nombre de touristes, l’objectif fixé étant de 2 millions de visiteurs en 2020. Déjà, le nombre de touristes a augmenté de 9 % en moyenne au cours des 20 dernières années.

Selon le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), Maurice a déjà un problème de manque d’eau. Le système actuel assure la fourniture de 1 083 mètres cube d’eau par habitant par an. Or, selon les normes, il faudrait 1 700 mètres cubes d’eau par habitant.

Les prévisions ne sont pas rassurantes car la fourniture d’eau par habitant chutera à 974 mètres cube par an pour une population attendue de 1 335 000 Mauriciens. Selon les statistiques disponibles, il y a eu une baisse de 8 % du volume d’eau au cours des 30 dernières années.

Mella Villa Ltd identifie deux problèmes majeurs dans le réseau de distribution d’eau : 47 % de l’eau recueillie se perd dans des fuites ou des connexions illégales. Pour faire face à la demande croissante, il s’agit donc de collecter davantage d’eau de surface à travers des barrages et réservoirs. Le hic est que la Central Water Authority n’en a pas les moyens.

Le futur hôtel aura besoin de 160 mètres cubes d’eau par jour mais la Central Water Authority a expliqué aux promoteurs qu’il y aura probablement des coupures d’eau, surtout en temps de sécheresse. Or, un hôtel ne peut fonctionner avec une fourniture d’eau aléatoire. D’où la décision de construire une facilité de dessalement d’eau de mer qui lui assurera 60 mètres cubes d’eau par jour, expliquent les promoteurs.

Source : [L'Express Maurice->http://www.lexpress.mu/]

Pages