Accueil

LE LYCEE DE TRANSIT FANTOME DU PPM

LE LYCEE DE TRANSIT FANTOME DU PPM

 Regardez attentivement l'image qui illustre le présent article !

 On y lit sur un panneau : "Fin des travaux JUILLET 2013".  Il s'agit de l'ancienne Maternité de Redoute, puis Hôpital Victor FOUCHE, que du temps de l'ex-Conseil Régional, S. LETCHIMY, qui le présidait, avait voulu transformer en "lycée de transit" afin de reloger les personnels et élèves du vénérable lycée Schoelcher qui vivaient sous la menace d'un séisme, les bâtiments de ce dernier ayant été endommagés au fil du temps ou, plus exactement, par l'usure du temps.
 Louable décision ! Sauf qu'en juillet 2013, ce lycée de transit n'était toujours pas achevé. En juillet 2014, toujours rien. En juillet 2015, toujours rien non plus !!!
 Puis, vint le coup de tonnerre du 13 décembre 2015 lors des toutes premières élections territoriales de la Martinique et la victoire du GRAND SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS qui infligea pas moins de 15.000 voix d'écart au PPM/EPMN. Arrivé au pouvoir, Alfred MARIE-JEANNE et son équipe décidèrent d'abandonner cette idée dispendieuse et de reloger plutôt les personnels et élèves du lycée Schoelcher dans des containers climatisés et équipés situés sur les terres du lycée de la Pointe des Nègres. Aussitôt, ceux qui n'avaient jamais protesté contre les 3 ans de non réalisation du lycée de transit montèrent au créneau. Des enseignants organisèrent des manifestations pour s'opposer à la décision de la CTM, montèrent sur les radios et télés pour dénoncer "une décision scélérate" et bla-bla-bla.
  Mais la CTM maintint sa décision et tout finit par rentrer dans l'ordre.
 Aujourd'hui, la reconstruction du lycée Schoelcher a avancé à grands pas et il y a de fortes chances pour qu'il ouvre ses portes à la prochaine rentrée scolaire. Les protestataires d'hier ne pipent mot ni ne font évidemment aucun mea culpa. Mieux : certains (es) frétillent déjà d'impatience à l'idée d'occuper ces bâtiments flambants neufs et surtout parasismiques. Ils feignent d'oublier l'incurie de S. LETCHIMY et du PPM.
  Ainsi va la Martinique ! Ou plutôt comme on dit en créole : Matinik bel péyi, fout !... 
Image: 

Pages