Accueil

LE DEGRE ZERO LE LA PENSEE POLITIQUE

Raphaël Confiant
LE DEGRE ZERO LE LA PENSEE POLITIQUE

   Il n'y a pas que la démographie de la Martinique qui soit en berne.

  Il n'y a pas que le problème de ses jeunes qui fuient littéralement le pays à raison de 4.000 par ans. Il n'y a pas que le problème de la drogue et surtout des armes à feu qui circulent quasiment en toute impunité. Il n'y a pas que la corruption qui sévit un peu partout sous l'œil tantôt indifférent tantôt complaisant de la puissance de tutelle. Il n'y a pas que l'empoisonnement de nos terres, rivières, nappes phréatiques et rivages par le chlordécone etc...
   IL Y A BIEN SUR TOUT CELA, MAIS IL Y A PAS QUE CELA !
 Il y a surtout un grand vide, une absence de pensée politique, un véritable désastre idéologique entre ceux qui déclarent sans honte "Je fus indépendantiste" et ceux qui déterrent pathétiquement un nouveau SCHOELCHER, ce moine Epiphène de MACHIN, devenu l'idole d'ex-indépendantistes fatigués, arrivés, il est vrai, au crépuscule de leur existence. Entre ceux qui s'imaginent pouvoir "gérer le pays" ou tisser des liens quasiment d'état à état avec les iles de la Caraïbe et ceux qui rêvent encore de la dictature d'un fantomatique prolétariat lequel a depuis longtemps été remplacé par le précariat, ce qui exige de nouvelles analyses.
   C'est dans ce vide de la pensée politique, c'est à la faveur de ce désastre idéologique, qu'a pu s'infiltrer et s'imposer sur le devant de la scène le délire "kémite" ou noiriste qui fait passer la revendication d'indépendance au second plan (quand elle ne l'occulte pas complètement !) au profit d'une logorrhée qui mêle garveyisme, panafricanisme, pyramidolâtrie d'un côté et dolorisme permanent de l'autre (dolorisme = pleurnichardisme), cela avec la complicité anbafey de groupuscules d'extrême-gauche qui soit ont toujours refusé de jouer le jeu électoral soit qui s'y sont cassés les dents. Ces derniers jouent avec le feu en croyant pouvoir contrôler la mèche qu'ils ont contribué à allumer.
 Sinon l'Internet (du Blanc), le Facebook (du Blanc), l'Instagram (du Blanc) ou encore le whatsap (du Blanc) favorisent la diffusion de cette non-pensée puisque comme l'avait, un peu sévèrement dénoncé Umberto ECO, le premier Tartempion venu s'imagine pouvoir donner des leçons à un Prix Nobel. A entendre ces personnes qui se sont engouffrées dans le vide idéologique qui frappe la Martinique, les Noirs ont tout inventé ou ont été les premiers dans tous les domaines avant que les méchants Blancs ne viennent leur voler tout cela. Mais, si on suit leur logique, que pèsent 5 petits siècles de domination européenne quand on a une histoire de 3.000 ans qui remontent au pyramides ? A peine une semaine dans la vie d'un être humain !
   Bref...
  Le "kémitisme" est une tendance mondiale qui avait surfé un temps sur l'élection de Barack OBAMA avant de vite déchanter et qui fleurit dans toutes les communautés "noires" du monde, surtout celles qui se présentent comme "diasporiques". Autant il peut se comprendre dans un contexte où l'on est à la fois minoritaire et discriminé, autant il n'a aucun sens dans un pays comme la Martinique où l'on est majoritaire et que l'on doit construire. NOTRE PROBLEME EST D'ACCEDER AU PLUS VITE A LA SOUVERAINETE NATIONALE. Pas de savoir si PYTHAGORE a volé son théorème aux savants de l'Egypte antique, si Hailé SELASSIE était le Roi des Rois ou s'il faut lutter en faveur des cheveux "nappy" (les Chinois se font débrider les yeux et l'Inde est le plus gros marché mondial de crèmes pour blanchir la peau !), mais d'arrêter d'avoir le cul verrouillé à un tamtam et la main à un ballon.
  Sortir et vite du seul entertainement : musique-danse-sport-cinéma-télé-mode.
 Car de quel kémitisme nous parle-t-on quand, pour ne prendre que ce seul exemple, les basketteurs de la NBA, le championnat américain, sont à 80% Noirs alors que ces derniers ne sont que...17% de la population des Etats-Unis. Par contre, à la Silicone Valley où s'inventent les technologies de demain et l'extraordinaire ordinateur quantique, les seuls Noirs qu'on croise sont soit vigiles soit employés de fastfoods. L'endroit est peuplé d'Asiatiques (pourtant à peine 4% de la population américaine), d'Indiens, de Pakistanais, d'Arabes et bien sûr de Blancs américains.
  Quand on ose écrire cela, la réaction immédiate des gens est de dire qu'on n'aime pas la musique ou le sport. Or, il ne s'agit absolument pas de ça ! Ce dont il s'agit est simple et clair : ne plus concentrer désormais l'essentiel de son énergie et toute son intelligence sur l'entertainement. Et aussi, au lieu de perdre notre temps à blablater sur les pyramides ou les cheveux "nappy", pousser les nouvelles générations à investir le domaine des Sciences et de la Technologie.  Le Japon, la Chine et l'Inde démontrent sans discussion possible que l'aliénation n'empêche pas de résoudre des équations.  
 On est loin de notre petite Martinique, pensera-t-on. Pas du tout ! Le monde entier est désormais connecté et tout ce qui s'y passe a un effet, à un niveau ou un autre, sur notre vie de tous les jours. Le kémitisme est la manifestation du désarroi idéologique des "Noirs". Une fuite en avant ! Ou en arrière plutôt. Et chez nous, il prospère grâce à la vacuité idéologique signalée au tout début de cet article. Les apprentis-sorciers d'extrême-gauche qui croient malin de l'encourager en sous-main porteront l'entière responsabilité des désastres à venir. Le premier de ces désastres avait été le rejet à plus de 78% par les Martiniquais de l'Article 74 qui nous aurait permis d'obtenir un tout petit début d'autonomie.
   Continuez donc vos simagrées noiristes et vous verrez que le jour où il y aura un référendum sur l'indépendance__car ce jour viendra tôt ou tard__, nous vivrons un deuxième désastre car il sera rejeté à 95% par les électeurs martiniquais !...
 
   R. CONFIANT, indépendantiste barbadien (ou mauricien, seychellois etc.)

Pages