Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le Comité Citoyen du Sud interpelle les services de l'Etat sur l'augmentation du prix du gaz et du carburant

Le Comité Citoyen du Sud interpelle les services de l'Etat sur l'augmentation du prix du gaz et du carburant

     Tout les Martiniquais l'ont constaté : les prix du bidon de gaz et de l'essence se sont envolés depuis 2020, rendant encore plus difficile la vie des ménages défavorisés.

     Le Comité Citoyen du Sud interpelle donc l'Etat sur ces insupportables augmentations dans le communiqué ci-après...

Commentaires

dosojos4u | 07/04/2021 - 07:11 :
En 2009, la Martinique a connu de grandes manifestations, déclenchées par l'augmentation du prix des carburants. En 2018, la Martiniquaise Priscillia Ludosky a lancé le mouvement des gilets jaunes, suite à l'augmentation du prix des carburants. Ça n'empêche pas que le prix du pétrole augmente en ce moment : +14,4% en février 2021 après 9,6% en janvier. De pareilles augmentations se retrouvent à la pompe. Rappelons que le prix du pétrole résulte du prix de vente fixé par les pays producteurs, de la parité euro/dollar et du coût de l'acheminement : tous paramètres assez peu sensibles aux manifestations de rue. Mais gardons espoir : de nouvelles manifestations finiront bien par y remédier.
dosojos4u | 07/04/2021 - 08:03 :
La Martinique a développé un habitat dispersé qui pénalise le transport en commun. Jusqu'à tout récemment, elle a négligé ce transport en commun. Le résultat en est une accumulation d'automobiles qui provoque de vastes embouteillages. Puis ce sont les VHU qui s'amoncellent un peu partout. L'absence de trottoirs conduit à utiliser la voiture même pour un déplacement court qui pourrait se faire à pied, car dangereux. Et les voitures trop nombreuses stationnent sur les trottoirs, au mépris des piétons... Cette prolifération de moteurs thermiques pollue. Aggravée par les brumes de sable, la qualité de l'atmosphère est souvent mauvaise. Dans ces conditions, est-il pertinent de militer pour un carburant pas cher qui perpétuera le système actuel ? N'a-t-on pas mieux à faire de notre argent que de l'utiliser à remplir des réservoirs d'essence ? Ou faut-il mettre en oeuvre des modalités de transport adaptées, comme celles auxquelles la CTM réfléchit ?

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages