Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE CATASTROPHISME POUR JUSTIFIER L'INJUSTIFIABLE

LE CATASTROPHISME POUR JUSTIFIER L'INJUSTIFIABLE

 La Martinique et la Guadeloupe n'ont jamais atteint la Phase 2 de l'épidémie de Covid-19. L'explication en est tout ce qu'il y a de plus simple.

  Mais avant de donner cette explication, donnons-en la preuve : il y a eu zéro mort dans les EPAD des deux îles. Contrairement à ce qui s'est passé dans quasiment tous les pays du monde, à commencer par l'Hexagone. Dans ce dernier, les vieux, pudiquement appelés "seniors", ont payé un très lourd tribut à l'épidémie. Pas chez nous ! Et personne n'osera prétendre que c'est parce que nos populations antillaises sont jeunes car nous ne cessons de nous plaindre au contraire de son vieillissement depuis au moins trois décennies déjà. Chez nous, les octogénaires, nonagénaires et même centenaires sont légion.
  Ce qui nous a permis d'échapper à une catastrophe sanitaire est simple à comprendre : le virus est apparu chez nous trois semaines après la France. Quand cette dernière, désormais en Phase 2 a appliqué toute la batterie de mesures, notamment le confinement, visant à bloquer l'épidémie, ladite batterie a été mécaniquement appliquée chez nous puisque nous somme des territoires français. Du coup, cela nous a été extrêmement bénéfique et quand la France est passée à la Phase 3 et qu'elle a durcit les mesures (couvre-feu etc.), ces dernières nous ont à nouveau été mécaniquement appliquées, chose qui nous a été une deuxième fois bénéfique puisque nous étions toujours en Phase 1. Résultat ; une petite dizaine de décès en Martinique et en Guadeloupe.
  C'est bien la première fois depuis 1946 que l'application mécanique de lois prévues pour l'Hexagone nous est bénéfique d'ailleurs !
  On a donc le plus grand mal à comprendre la position des divers syndicats d'enseignants, du primaire à l'Université, qui appellent à ne pas reprendre (pourtant progressivement !) le travail ce lundi 11 mai. L'un de ces syndicats, dans le communiqué qu'on lira ci-après, se livre même à un véritable "Appel du 18 juin", comme si "la Patrie" était en danger et qu'il fallait sans plus tarder enclencher la "Résistance". Ce serait du plus haut comique si cela ne révélait pas la tare qui frappe beaucoup trop d'entre nous et qu'Aimé CESAIRE avait un jour qualifié d'attitude de "mendiants arrogants". A noter dans ce communiqué émanant d'un syndicat guadeloupéen, une tendresse subite pour le Pôle Martinique de l'Université des Antilles qu'il n'a pourtant cessé d'accuser régulièrement de bénéficier de trop de moyens lesquels devraient, à l'entendre, être rapatriés en Guadeloupe. Là encore, cette compassion pour un Pôle que l'on ne cesse de décrier relèverait du plus haut comique s'il ne dénotait un machiavélisme au petit pied.
  La vie doit reprendre dans nos pays, certes PROGRESSIVEMENT, mais elle doit reprendre. Dans tous les secteurs ! Elle doit reprendre, certes avec TOUTES LES MESURES SANITAIRES indispensables à la sécurité des personnels, mais elle doit reprendre. La Vie tout simplement doit reprendre... 
                                   ________________________________________

  Chères et Chers Collègues.

  A la veille d’un déconfinement d’ensemble qui va forcément multiplier les risques d’infection au COVID-19, conservez toute votre lucidité, ne cédez ni à la confusion ni à la panique, concentrez-vous sur l’essentiel :

   1°. Si quiconque d’autre que le Président de l’université vous intimait l’ordre de regagner votre poste de travail, ne le suivez surtout pas, vous mettriez en péril votre vie, votre santé et celles de vos proches.

   2°.  Même si le Président de l’université vous intimait l’ordre de regagner votre poste de travail, tant qu’il ne vous a pas communiqué un plan très précis de reprise d’activité (ne serait-ce que partiel pourpréparer la reprise), ne suivez surtout pas son ordre, vous mettriez en péril votre vie, votre santé et celles de vos proches.

  3°. Si le Président de la République lui-même vous intimait l’ordre de regagner votre poste de travail sans que le Président de l’université vous l’ait ordonné ni vous ait communiqué au préalable un plan très précis de reprise d’activité, ne le suivez surtout pas, vous mettriez en péril votre vie, votre santé et celles de vos proches.

 Car la « note de cadrage du plan de reprise d'activité à l'UA » que le Président de l’université a diffusée le 7 mai sur les listes de diffusion de l’université N’EST PAS UN PLAN DE REPRISE D’ACTIVITÉ ! Elle appelle seulement les Directeurs et Responsables de service à contribuer à
l’élaboration du plan de reprise d’activité de l’établissement, ce qui signifie que le Plan de Reprise d’Activité de l’UA n’est pas encore prêt.

  Trouvez en pièce jointe, notre communiqué dans son intégralité.

  Respectueusement
  Le Bureau de la section SPEG-SUP
  -----------------------
  Université des Antilles
  Campus de Fouillole

Pages