Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La sénateuse ex-PPM vole au secours du cinéma martiniquais

La sénateuse ex-PPM vole au secours du cinéma martiniquais

 Il vaut mieux tard que jamais comme aime à dire Ti Sonson et sa cousine germaine. Et même sa marraine qui va à la messe de 6h tous les beaux matins.

  En effet, en prenant bruyamment la défense de la "production cinématographique locale", la sénateuse Conconne donne l'impression d'être arrivée en politique hier beau matin. Il y a à peine trois jours ou trois semaines. Enfin, trois mois si l'on préfère. Mais trêve de plaisanterie, son parti, dont elle a récemment divorcé, à l'amiable pour le grand public, à couteaux tirés pour les informés, à savoir le PPM, a été moult fois à des postes de responsabilité dans l'ancienne collectivité qui a disparu en fin 2015, le Conseil régional. Même que trois membres dudit parti ont été présidents tour à tour de ce dernier : A. Césaire, C. Darsières et S. Letchimy.
  Ils ont fait quoi de particulier pour le cinéma antillais pendant tout ce temps ?
 Car arrêtons un peu, la CTM n'existe que depuis 5 ans et personne ne fera croire à Ti Sonson, même après qu'il a ingurgité deux-trois "pété-pié", qu'en un laps de temps si court on peut "développer" ou aider au développement d'une quelconque activité cinématographique. Arrêtez de prendre Ti Sonson pour le mouton de Man Dèdette qui habite en haut du Morne Cabri ! La réalité c'est que le PPM n'a jamais rien foutu pour promouvoir le 7è art local et donc que la sortie Fesbouc ci-après de sa (ou son ex) sénateuse relève de l'opportunisme et de la démagogie pure et simple :
 « 500 000 € pour Tropiques Criminels Voilà pour ça, la CTM a de l’argent….. Que fait-on pour nos producteurs locaux, nos télés locales ? Rien ! En lieu et place de ces saupoudrages, je milite pour un vrai plan de développement de la filière cinématographique à la Martinique qui puisse permettre à de nombreux professionnels de travailler toute l’année »
 La dame "milite" pour "un vrai plan de développement de la filière cinématographique à la Martinique", mais depuis quand ? Depuis 5 ans ? Qu'a fait son parti ou ex-parti quand il était au pouvoir avant 2015 ? Qu'a-t-elle fait, elle, pour aider nos Almodovar locaux ? Réponse : RIEN DU TOUT. An tjou-patat ! maugréerait Ti Sonson. Conclusion : la dame ne mène en bateau que les brillants cerveaux qui peuplent Fesbouc et autres réseaux asociaux...

Pages