Accueil

LA DÉRIVE IDENTITARISTE

Jean Bernabé

Jean Bernabé rappelle que, conformément aux enseignements de l’Histoire, l’idée d’une fixité des peuples constitue un dangereux fantasme, qu’il importe d’éradiquer.

Il signale par ailleurs que les tenants résolus de l’identitarisme tout autant que leurs adversaires déterminés ont paradoxalement en commun la même conception biaisée de l’identité. En lieu et place d’une posture moralisatrice, il préconise et met en œuvre une démarche rationnelle qui, au lieu de se complaire dans une vertueuse réprobation des conséquences, s’applique à une vigilante recherche des causes.

Cet essai ne se satisfait pourtant pas du remplacement de l’expression jugée impropre «identité des peuples» par celle, réputée pertinente, de «spécificité ethnoculturelle», cette dernière formulation impliquant précisément l’idée d’une évolutivité. Quoiqu’indispensable, une simple substitution terminologique n’est en effet pas censée modifier les mentalités et les comportements, tant que ne seront pas mis en œuvre les moyens propres à prévenir, voire à juguler l’accident conceptuel affectant les options politiques et géopolitiques de l’Humanité.

Cette dérive étant décrite comme cognitive à partir d’analyses linguistiques diachroniques et synchroniques, sa compréhension et sa conscientisation devraient donc constituer la première étape de la thérapie à adopter.

Aussi l’éducation des jeunes, plutôt que de se limiter au premier degré de la transmission des connaissances, devrait-elle accéder au deuxième, à savoir la connaissance de la connaissance. Le recours au support des technologies modernes d’information et de communication s’avère à cet égard adéquat à la condition expresse qu’il permette d’impulser, à l’échelle de la planète, un élan décisif à la prise de conscience généralisée qui s’impose en la matière.

Sommaire

PRÉFACE

CHAPITRE 1
Réflexion préalable au service d’une indispensable clarification

CHAPITRE 2
La dérive essentialiste : exemples de domaines concernés

CHAPITRE 3
Inaliénable, inviolable, irréductible, absolue, transcendantale, l’identité n’est jamais en crise ni menacée

CHAPITRE 4
Aspects cognitifs de la transhumance d’Homo dit sapiens

CHAPITRE 5
Les avatars de la domination coloniale et la formation des spécificités guadeloupéenne, guyanaise et martiniquaise

CONCLUSION

ANNEXES

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Image: 

Pages