Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Le billet du jour

JEUNESSE ET « BOUT DE CHEMIN AVEC L’USINE »

JEUNESSE ET « BOUT DE CHEMIN AVEC L’USINE »

   Depuis environ deux ans, un vent de jeunisme souffle sur la scène politique martiniquaise : de jeunes (quinquagénaires pour la plupart tout de même) politiciens cherchent à pousser à la retraite de vieux politiciens septuagénaires, voire quasi-octogénaires pour certains. Cela n’a a priori rien de bizarre ou d’anormal. Les générations passent, le monde évolue et pour paraphraser Frantz Fanon, chaque génération doit assumer son destin.

   Bien !

   Sauf qu’on est obligé de se poser certaines questions au vu de certains discours tenus par lesdits jeunes et se demander en particulier si la jeunesse de leurs artères correspond bien à la jeunesse de leurs idées. Et qui dit idées dit projet pour la  Martinique, projet novateur, audacieux. Bref, quelque chose qui puisse emballer, mobiliser notre jeunesse en déshérence.

   On est ainsi effaré d’entendre l’un de ces jeunes politiciens se réclamer solennellement et nommément du député socialiste Joseph Lagrosillière et de son « bout de chemin avec l’usine ». Oui, effaré car ce pacte a été conclu en…1919. C’est-à-dire il y a 96 ans !!! A quoi bon mettre en avant sa « jeunesse » si c’est pour aller réveiller des morts ? Pire, les morts en question avaient scellé une alliance scélérate sur le dos des travailleurs martiniquais dont la quasi-totalité étaient, en ce début du XXe siècle, des coupeurs de canne vivant dans des conditions de misère atroce telles que Joseph Zobel les a décrites dans son fameux roman « La Rue Cases-Nègres ».

   Est-ce cela la nouveauté que nous proposent nos « jeunes » politiciens si empressés de pousser nos vieux politiciens vers la sortie ? Est-ce que leur philosophie politique se fonde sur un pacte datant de près d’un siècle et qui n’a rien rapporté de bon au peuple martiniquais, sinon une mainmise accrue de la caste békée sur la Martinique ?

   Bravo, les gars !

   Et que dire de ces autres « jeunes » politiciens membres de partis qui prônent à longueur de journée l’éradication des Békés (et le remboursement par la France de milliards d’euros de « réparations » à cause de l’esclavage) et qui pourtant participent en grande pompe à ces cérémonies où sont tenus des discours lagrosilliéristes ? Cela apparemment ne les gêne pas le moins du monde !

   Ce ne sont ni de jeunes ni de vieux dont a urgemment besoin la Martinique. Cette dernière a besoin de personnes qui refusent toute compromission avec le système en place, tout pacte avec les puissances d’argent, qui combattent sans merci les quatre principales plaies de la Martinique à savoir la corruption, le népotisme, le clientélisme et le macoutisme.

   Le lagrosilliérisme, même pas revu et corrigé d’ailleurs, est un leurre, une impasse, une insulte même envers cette majorité de Martiniquais qui survit avec à peine 600 euros par mois.

   Pli ta, pli tris !...

Commentaires

GIRIER-DUFOURNI... | 18/08/2015 - 06:26 :
Ce qui est triste c'est que : tout ce que je dis est bien tandis que ce que dit l'autre, n'a rien de consistant. Mais, nous avons bien compris, depuis quelques années, que réveillez les morts peut rapporter "GROS" et , influencer un électeur nostalgique et non averti. Surtout quand on ne met en avant que le bon côté de ce disparu?........ Mais, notre jeunesse, vers qui l'on se tourne, sait-il qui était cette personne, d'autant plus que rien, n'est fait pour mettre en avant la véritable histoire du pays... Certains, notamment des jeunes, vont jusqu'à effacer toute trace de travail de leurs prédécesseurs.... Sur quatre députés, un seul a travaillé et, évidemment, celui par qui on est invité et de qui, on attend un soutien. Alors, oui, malheureusement, tout peut arriver. On peut s'attendre à tout. Et, c'est cette indignité qui est insignifiante et qui nous fait reculer.....

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages