Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

JEAN LE DU, CE BRETON QUI PARLAIT ET LISAIT LE CREOLE

Raphaël Confiant
JEAN LE DU, CE BRETON QUI PARLAIT ET LISAIT LE CREOLE

 Il était la discrétion faite homme, ce professeur de Langues et Cultures Celtiques à l'Université de Bretagne Occidentale qui, après avoir tant fait pour sa langue, s'est penché sur le créole.

 Jean LE DU a beaucoup fait pour sa langue maternelle si gravement menacée par le rouleau compresseur de la francisation. Sa spécialité était la dialectologie c'est-à-dire l'études des variétés régionales d'une langue et l'Atlas qu'il a réalisé avec ses collègues pour le breton fait désormais référence. Et puis, un jour, il s'est intéressé aux créoles ! Il a pris contact avec Jean BERNABE, alors directeur du GEREC (Groupe d'Etudes et de Recherches en Espace Créole), et moi-même, nous proposant ses services. "Vous êtes spécialiste d'études celtiques, je suis sceptique !", lui avait-je alors lancé par jeu et depuis, c'était devenu un private joke entre nous.
 J'étais alors victime de ce maxime idiote qui prétend que "Les meilleurs spécialistes de la Martinique sont les Martiniquais". Nationalisme de pacotille largement répandu dans l'intelligentsia de gauche et d'extrême-gauche de notre chère Martinique. Car enfin, si un spécialiste mondial des marsupiaux, anglais, chinois ou ouzbek, vient passer six mois chez nous pour étudier le manicou, n'en saura-t-il pas bien davantage que la plupart d'entre nous qui n'ont jamais vu cet animal qu'écrasé sur les routes ? Bref...
 Jean LE DU, qui vient donc de décéder à l'âge de 82 ans, s'était mis au service du GEREC et d'une année sur l'autre venait faire des enquêtes de terrain en Guadeloupe, Dominique, Martinique, Sainte-Lucie et Grenade. Il en a tiré un Atlas linguistique des Petites Antilles en deux volumes, qui, comme celui du breton, fait référence. Tout sceptique que je fus au départ, il m'arrivait souvent d'interroger ce spécialiste d'études celtiques sur tel ou tel mot saint-lucien ou dominiquais. Toute honte bue évidemment...
 Ankou, le serviteur de la mort dans la mythologie celtique, équivalent de notre Basile créole, est donc venu chercher Jean LE DU pour le conduire aux Monts d'Arrée, équivalent de notre Galilé créole. Les cultures populaires du monde entier présentent des similitudes frappantes quoiqu'elles se soient constituées à des époques où elles n'étaient pas en contact puisque l'écriture n'existait pas encore ou était d'usage restreint (Ben non, les milliers d'ouvriers qui ont construit les pyramides ne savaient pas lire les hiéroglyphes, apanage des scribes et des pharaons !). Ces ressemblances témoignent de la condition humaine faite toute à la fois d'universalité et de diversalité.
 Beaj vat ! comme on dit en breton. Bon voyage, Jean LE DU !...
Image: 

Pages