Accueil

Israël admet avoir « stérilisé » des immigrants juifs éthiopiens via une campagne de vaccination sans leur consentement

Israël admet avoir « stérilisé » des immigrants juifs éthiopiens via une campagne de vaccination sans leur consentement

Israël a admis pour la première fois avoir administré des injections de contrôle des naissances aux immigrants juifs éthiopiens, souvent à leur insu et sans leur consentement.

Le gouvernement avait précédemment nié cette pratique, mais le directeur général du ministère israélien de la Santé a ordonné aux gynécologues de cesser d’administrer les médicaments. Selon un reportage à Haaretz, un journaliste d’investigation, Gal Gabbay, a interrogé pour la première fois plus de 30 femmes éthiopiennes afin de découvrir pourquoi le taux de natalité dans la communauté avait chuté de manière spectaculaire.

L’une des femmes éthiopiennes interviewées aurait déclaré: «Ils [le personnel médical] nous ont dit qu’il s’agissait de vaccinations. Nous l’avons pris tous les trois mois. Nous avons dit que nous ne voulions pas. »Certaines des femmes auraient été forcées  de prendre le médicament alors qu’elles se trouvaient dans des camps de transit en Éthiopie.

Le médicament en question serait du Depo-Provera, injecté tous les trois mois et considéré comme un contraceptif très efficace et durable.

Près de 100 000 Juifs d’Ethiopie sont allés en Israël sous la loi du retour depuis les années 1980, mais leur judéité a été mise en doute par certains rabbins. L’année dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui détient également le portefeuille de la santé, a averti que les immigrants clandestins d’Afrique « menacent notre existence en tant qu’État juif et démocratique ».

Haaretz a publié un extrait d’une lettre envoyée par le ministère de la Santé aux unités chargées d’administrer le médicament. On a dit aux médecins «de ne pas renouveler les ordonnances de Depo Provera pour les femmes d’origine éthiopienne si, pour une raison quelconque, on craignait qu’elles ne comprennent pas les conséquences du traitement».

Sharona Eliahu Chai, avocate à l’Association des droits civils en Israël (ACRI), a déclaré: «Les résultats des enquêtes sur l’utilisation de Depo Provera sont extrêmement inquiétants et soulèvent des inquiétudes quant aux politiques de santé néfastes ayant des implications racistes enfreignant les principes de l’éthique médicale. Le directeur général du ministère de la Santé a eu raison d’agir rapidement et de proposer de nouvelles directives. »

Camille Legaré

Pages