Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Ils veulent donner 225.000 euros à un Béké mais ils mettent quarante Nègres sur la paille

Ils veulent donner 225.000 euros à un Béké mais ils mettent quarante Nègres sur la paille

  En refusant de voter la subvention de 500.000 euros à la série-télé Tropiques criminels, la coalition PEYI-A/RDM/PPM a poignardé dans le dos une quarantaine d'intermittents du spectacle martiniquais. Sans même parler d'une centaine de figurants.

   Or, ces mêmes élus n'ont eu de cesse depuis un an et demi de mettre le souk dans l'hémicycle de Plateau Roy à chaque plénière parce que le président de l'exécutif de la CTM refuse de verser 225.000 euros à un Béké du Lorrain pour une parcelle de terre agricole qui selon les propres services de l'Etat (les Domaines) n'en vaut que...15.000. Chacun aura d'ailleurs constaté que le représentant de l'Etat, en proposant la création d'une servitude sur le terrain en question, n'est pas allé dans le sens des zélateurs du Béké, ce qui est tout de même rarissime. Mieux : une enquête d'utilité publique a été organisée et 2.300 personnes se sont déplacées pour dire "OUI" à cette servitude contre...3 seulement qui ont dit "NON". Quant on sait qu'en Martinique, ce genre d'enquêtes ne recueillent au mieux qu'une trentaine de votes, on mesure à quel point les Martiniquais considèrent que verser 225.000 euros pour 3,5 hectares de terre agricole est un véritable scandale.
   Eh bien, ce sont les mêmes élus (es) qui, à chaque plénière, hurlent qu'il faut respecter le vote de l'Assemblée et donc verser ladite somme au Béké, qui n'ont pas hésité une seule seconde à mettre sur la paille une quarantaine de comédiens et techniciens nègres ainsi qu'une centaine de figurants. Ces derniers, intermittents du spectacle, avaient pu grâce à Tropiques criminels assurer le nombre d'heures requis par la loi tout en continuant à se perfectionner aux côtés de professionnels chevronnés. Quoiqu'on pense de cette série, elle n'est ni pire ni meilleure que la plupart qui sont diffusées sur les différentes chaînes de télé et raconter qu'elle donne une image dégradante de la Martinique relève de la stupidité la plus crasse. On n'a jamais vu des Siciliens, des Marseillais ou des New-Yorkais s'élever contre le fait qu'on tourne trop de films sur la mafia sur leur territoire !
   Les responsables de ce coup de Jarnac contre nos comédiens et techniciens sont PEYI-A (J-P. Nilor), RDM (C. Lise) et PPM (S. Letchimy). Il est vrai que deux d'entre eux jouissent d'un confortable salaire de 7.000 euros mensuels et que le troisième jouira bientôt d'une toute aussi confortable et triple retraite de président du Conseil général, sénateur et président de l'assemblé de la CTM. Quand on les entend se justifier en expliquant que cette série n'apporte rien à notre culture, se posant ainsi en grands défenseurs de cette dernière, on est en droit de se demander pourquoi aucun député martiniquais n'a daigné voter ou donner une procuration de vote lorsque la Loi Molac sur la valorisation des langues régionales et minoritaires a été présentée il y a deux semaines à l'Assemblée nationale. Sans doute que la langue créole ne fait pas partie de "notre culture" !  
  Dans tout cela, il y a quelqu'un qui doit bien rire : le propriétaire des 3,5 hectares de Séguineau. Il sait, en effet, que si le PPM ou PEYI-A/RDM remportent les élections territoriales de juin prochain, il sera payé rubis sur l'ongle...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages