Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Ils confondent "mie" et "main"

Ils confondent "mie" et "main"

   Sans doute que certains trouveront qu'en ces temps de désarroi cyclonique, il s'agit d'une querelle dérisoire, mais pour nous tel n'est pas le cas dans la mesure où dans la vie de tout peuple, il y a le court terme, l'immédiat (par exemple, les destructions causées par les cyclones qui ont affectés ces jours derniers notre région caraïbe), le moyen terme (son développement économique) et le long terme (la défense de son identité, la promotion de sa langue et de sa culture etc.). Aucun de ces termes n'est à négliger, surtout quand il s'agit de peuples fragiles tels que les nôtres, victimes d'une histoire douloureuse et qui relèvent à peine la tête.

   C'est pourquoi nous trouvons tout à fait inadmissible que le service communication d'un établissement public martiniquais multiplie depuis deux ans les fautes de graphie en créole. Feu le Professeur Jean BERNABE a consacré l'entièreté de son existence à l'étude de notre langue et parmi les choses importantes à mettre à son actif, il y a la création d'une graphie standardisée, populairement connue sous le nom de "graphie-GEREC" (le GEREC ou Groupe d'Etudes et de Recherches en Espace Créole, étant le groupe de recherches qu'il a fondé et dirigé pendant vingt-cinq ans au sein de l'ex-Université des Antilles et de la Guyane, puis de l'Université des Antilles).

   Basée sur des principes linguistiques rigoureux, cette graphie, qui a été au départ rejetée par les assimilationnistes, fait l'unanimité depuis au moins quinze ans. C'est elle qui est utilisée dans la Licence et le Master de Créole dans notre université, mais aussi au CAPES de créole. C'est elle qui a la faveur de la quasi-totalité des écrivains créolophones, des chanteurs, des publicitaires et des journalistes. Il est donc tout à fait INADMISSIBLE que le service communication dudit établissement publie un communiqué ayant pour titre :

   "An lanmin ba la Dominik"

   En créole, en effet, "lanmin" signifie "mie de pain" et on ose croire que ce n'est pas tout ce que ces messieurs-dames comptent offrir à notre voisine du nord ans la détresse. La bonne graphie est "lanmen" qui signifie "main", mais aussi "aide", "geste de secours". Les élèves de 6è qui étudient le créole savent ça !...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages