Accueil

HYPSOGRAPHIE

Par Thierry Caille


D'une cange calme montaient les cantilènes

sur un hyphe du Nil cannetille d'almandin.



Moi crabe cirique de la rivière Capot qui baigne la Pointe Raisiniers

ou la source ferrugineuse de la rivière des Pitons près du Morne-Vert,

moi écrevisse argentée, z'habitant de la rivière Beauregard

qui coule de Fonds-St-Denis vers les sables noirs du Carbet,

moi bouquet de balisiers rouge bordés de jaune au bord de la rivière Claire,

de la rivière de la Pointe Lamare, de la rivière de l'Anse Céron

qui naissent au piton Marcel, au morne plumé, aux cascades de la montagne Pelée,



moi gobie-ventouse sur les rochers de la rivière de Case-Pilote, de la rivière Fond Bourlet,

des rivières Fond Boucher, Fond Bellemare, Fond Lahaye qui dévalent du morne Bois d'Inde,

moi crabier-bois, bihoreau violacé aux longues échasses

de la ravine Thieubert, de la rivière Coco qui sourdent sous les à-pic des Pitons du Carbet,

piton de l'Alma, piton Dumouze, piton Boucher, morne Chapeau Nègre,

moi bouc, écrevisse sans pince de la rivière de Bezaudin, de la rivière Bambous

qui se jettent tranquilles à Sainte-Marie sur la côte au vent,



moi hépatiques, mousses et sélaginelles qui tapissent les ravines sombres

où serpentent la Grande rivière, la rivière Lagarde, la rivière Roche,

vers l'Anse Bagasse, l'Anse de Macouba et l'Anse Cellier,

moi tectaire, aile-à-mouche, fougère bâtarde, grande fougère arborescente,

fougère-calumet, sombre zhélyptère, touffes drues de bambous qui festonnent

les vasques des cascades et les sources sulfureuses de la rivière du Lorrain,

de la rivière Rouge Pierre Denis, de la rivière Blanche dans la forêt du morne des Olives,

sous le vol immobile des colibris falle vert, des colibris madère,

sous les nuages de moustiques porteurs de dengue, de fièvres tropicales,



moi long tracé sinueux de la Lézarde rivière qui du morne du Lorrain, lézarde et se perd

dans la mangrove à l'embouchure du Lareinty,

sur le cohé du Lamentin parmi les mangles, les palétuviers rouges

baignant les balanes et les sabelles, les éponges et les pisquettes sous l'oeil vitreux des caialis,

moi rivière salée qui aspire le sel de la mangrove de la baie de Génipa

vers les eaux douces de la rivière des coulisses, vers la source de la rivière des cacaos à Saint-Esprit,

moi le pagure fouisseur, le maringoin roux de la rivière du Vauclin, de la rivière du Galion,



moi le pourpier-bord-de-mer, le pluvier des salines, le mancenillier vireux de la savane des pétrifications,

moi l'eau troublée de rhum La Mauny de la rivière Pilote

qui coule mollement le long des Blocs Erratiques vers la Pointe figuier dans la baie du Trou au Diable,

moi planorbe des mares, crapaud buffle, herbes-couteau des étangs,

héron gardebœuf et sarcelle soucroucrou de la rivière Trenelle à Desmarinières, de la rivière Bêtes Rouges,

moi eaux claires de la rivière Oman, du Fond placide et de la rivière Carole qui irriguent le sud caraïbe,



moi rivières foyalaises, ravine Bouillé à Coridon et Morne-Pichevin,

rivière Monsieur qui ruisselle des Pitons du Carbet vers les quartiers

gris et populeux de Sainte-Thérèse, de la Cité Dillon, du triste Volga-Plage,

rivière Madame qui longe nonchalante Citron, le Pont-de-Chaînes et la volière des Terres-Sainville,

moi rivière Fond Nigaud à Case Navire près du plateau Fofo,

moi Jambette qui coule dans les zones, les hangars et les tôles,

moi sources bienfaisantes d'Absalon, gorges de la Falaise, saut Babin à Fond Labour,

retenue de la Manzo, source chaude de Gros-Morne, eaux pures de Champflore,



moi rivières martiniquaises, ravines ombreuses, mares dormantes tapissées de follets,

étangs perdus où reposent les talèves violacées, les routoutous,

parmi les jacinthes d'eau et les libellules pourpre,

moi marigots putrides, peuplés de murènes difformes

où s'exercent les goéties antillaises à l'ombre des filaous,

bras tortueux des torrents cycloniques qui dévastent les Fonds et envasent les Anses,

moi bracelet de cohés, d'anses, de baies, de canaux et de passes,

canalicules où courcaille où margaude où gargouille l'eau douce des sources volcaniques,

cannelures irisées sur les cendres et les lapilli de la Pelée,

cannetilles brodées sur l'hermine turquoise des forêts, sur le vert céladon des savanes,



moi, hypsographie mémorable.




Thierry CAILLE



Pages