Accueil

GWOKA POUR LA PREMIERE FOIS EN SUEDE

Au concert où mon mari Malté et moi introduisions le gwoka pour la première fois en Suède afin d´initier la semaine du documentaire "F... COMME FEMME DIASPORA" que réalisaient {{Stéphanie}} et S{{teve James}} [http://www.shakti-prods.com/->] à mon sujet, nous étions très nombreux de tous les tons, de toutes les espèces, de toutes les nationalités et de toutes les races : Juive, Arabe, Caucasienne, Indienne, Indoue, Africaine, Asiatique...

Ils étaient de Cuba, de la Pologne, du Canada, d´Albanie, de Chili, de la Thaïlande, de Lettonie, d´Afrique du Sud, du Brésil, du Japon, de la Martinique, de la Guadeloupe, d´Allemagne, du Pérou, des États-Unis, d´Algérie, d´Haïti, d´Israël, de la Russie, de l´Ukraine, du Soudan, d´Espagne, de la Grenade, d´Italie, de France, de l´Estonie, du Salvador, d´Afrique... de partout et de tous les âges. Beaucoup étaient venus du Danemark et de toute la Suède. ... {wè} ! Ils étaient tous venus, ils étaient tous là comme le a la. Nous en avions besoin pour cette première du gwoka en Suède.

Oui ! Pour la première fois, le KA a sonné sur le sol suédois, les répondeurs ont donné de la voix, les danseurs étaient en piles. J'étais si contente de voir tous ces adultes et tous ces enfants suédois et d'ailleurs, redemander du {gwoka} que j'étais sur des nuages. Merci au trio {{Voyalé}} ! Le marqueur et professeur de gwoka {{Christian Dracon}} de {{Gwadaka}}, {{Josiane Boulangé}} et {{Marie-Claude Amour}} que nous avions invité de Paris ont mis du feu créole partout à Stockholm. Le trio, mon mari et moi avons parcouru toute la ville en chantant du gwoka et en battant des mains comme les Hare Krishna.

À chacun sa mission. C'est ainsi que les Suédois réclament du ka et nous calculons sur un festival annuel de gwoka à la même place. Ma seule économie est de ne pas croire au hasard, mais à la générosité et la splendeur de mes rêves... en état d´éveil. Je me suis souvent entendue décrire comme un cas. {KA-w vlé fè} ? Je suis assurément "créolisatrice". Créoliser les descendants des colonisateurs m´est un grand honneur en sachant que je baille tout bonnement et simplement ce que j´ai de plus beau : mon esprit créole.

Je me reproche parfois de ne vouloir m'accrocher qu' à la beauté de la nature et l'essentialisme de l'être humain en dépit de la misère, de l'indigence, la détresse et la pauvreté du monde. Mais aussi, en femme battue qui s´est courbée sous le fouet sans rompre, en femelle-châtaigne tombée qui a repoussé toute seule, en représentante de cette gent féminine qui n'a rien à mollir, oui ! en bonne Bas-du-Bourgeoise (moune Badibou), je me félicite et me réjouis d'avoir choisi d'être l'abstractrice de l'optimal, de la quiddité de l'élixir de mes supplices de petite-fille d'esclaves à dessein de ma constante métamorphose en négresse rime d´allégresse au seuil de la sagesse. Une sagesse créole {souplé} qui me souffle que riche ou pauvre, beau ou laid, {grangrèk} (savant) ou analphabète, {avoté} (minus) ou {gwokyap} (élite) nous avons tous sans exception nos tourments en sachant qu´être humain est déjà un corps de souffrance.

Les réalisateurs Stéphanie, Steve James, Malté et moi avons passé une semaine bénie ansanmansanm à parcourir la Suède en avion de long en large. D'abord, au sud de la Suède chez mon amie peintre-sculptrice {{Dagmar Glemme}} qui a une magnifique maison d'un pittoresque dont elle a fait un musée sur une plage. Nous avons pu admirer ces nouvelles sculptures en cristal. Des merveilles !

Puis nous sommes allés tout au nord de la Suède à la ville de Piteå (prononcez Pitéo) jumelée avec St Barthélemy (voir les articles de {{Jean Sahaï}}) où nous avons été reçus officiellement et chaleureusement dans la copie d´une case de St Barth des années 1800 par le président de l'association du Jumelage {{Thomas Wallstén}} et tous les membres, le chef de marketing de la commune {{Tomas Riklund}} et le maire {{Peter Roslund}}. Nous avons tout eu : les Suédois, le beau temps et la presse avec nous. Tout s'est passé au son de {BonDyé bon}.

Auparavant nous avions fait une croisière en Finlande qui est aussi notre pèlerinage annuel à Malté et moi, qu'ils ont ressenti dans leurs fibres à notre grand bonheur. Nous nous sommes entre autres extasiés devant le marché artisanale d´Helsinki où les étalages chamarrés de mûres, de poissons fumées et de créations nous ont fait succomber à la tentation. Saviez vous que la Finlande a été le premier pays de son continent à accorder le droit de vote aux femmes et le premier au monde à les rendre éligibles autant que les hommes ? Elle dispose de deux langues officielles : le finnois et le suédois et comprend des milliers de lacs et d'innombrables îles. Le pays du grand metteur en scène de “l´Homme sans passé” {{Aki Kaurismäki}} et du célèbre architecte-designer {{Alvar Aalto}} occupe une surface de 338 145 kilomètres carrés entre la Russie, la Norvège et la Suède pour seulement 5 255 580 habitants, parmi lesquels 91,5% de Finlandais, 300 000 Suédois, 1500 Lapons et 10 000 Rom. Leur attention à l´environnement égale celle suédoise.

Recevoir des Antillais sur la même fréquence adolé qui ne me demandaient rien d'autre que d'être moi-même, a été pour moi une réalisation personnelle à savoir que formée par tous les pays qui m´ont éduqué, tout en étant spirituellement Antillaise, ma méthode est souvent suédoise. En d´autres termes l´étiquette créole n´est pas suédoise et vice-versa. Voir mes "Belles manières créoles" sur potomitan. Stéphanie et Steve ont adoré la Suède. C'est aussi ma mission. Estimer le pays et les habitants où l´on réside est un respect à soi-même et une éloge à sa qualité de vie.

Un documentaire télévisé est une oeuvre collective qui exige une authenticité. Je suis poétesse, écrivain, comique-debout, actrice et “créolisatrice” qui veut dire spécialiste de créole, mais jamais je n'avais été interviewée verbalement en images par des gens qui voient au-delà de moi. Ce moi que je protège alors qu'il n'a pas du tout besoin de protection puisqu'il est le produit de blessures, les mêmes qui me guident à la non-pensée. Les réalisateurs Stéphanie et Steve James de F... COMME FEMME DIASPORA m´ont fait réalisé un rêve : celui de partager ma quotidienneté magique dans le {pani gran zafè,} la règle de la simplicité créole. Et après avoir plié leurs caméras et bagages, ils sont repartis pour... revenir. Et encore une fois ma vie change. {Adoumanman} ! Dieu merci ! Je ne suis heureusement pas une eau dormante, mais une mer pleine de vagues. Yémanja !

Soyons tous créoles !

Selon ce que j´ai compris, le film sortira entre autres sur 37 stations, RFO, Tempo... vers la fin de l'année, vous le saurez à temps, cependant que Malté et moi balançons entre le Carnaval à Basse- Terre et le festival créole aux Seychelles. Voir les créoles en fête me procure du bien-être. En attendant je viens d'apprendre qu'il y a un article à mon sujet dans le magazine mensuel AMINA du mois d'août écrit par le journaliste Joël Sandot. Ma conscience médiatique c'est-à-dire ma chaleur communicative qui m´exige une bonne distance avec mon image qui est une représentation analogique, attise ma curiosité de les lire.

Une baguette se casse plus facilement que cent baguettes ensemble, est un proverbe chinois, les mêmes Chinois que ceux de “Case à Chine”. Répétons donc de concert le bel air et donnez, je vous prie la voix ! Être créole est un état multiracial et multiculturel. C´est une intelligence, un parler, une éducation, un maintien, un savoir-vivre, une musique, un style, un manger, un son, une littérature, une poésie, un coup d´oeil, une architecture, un respect, une étiquette, une spiritualité... c´est un esprit créatif et une spontanéité existentielle ! Rien que ça, répétez ça ! Soyons tous créoles!

Je vous verse à tous sur la planète une pluie de Paix et de Lumière.

KA

Le tambour en détresse

Manifeste sa tristesse.

Des manoeuvres en rudesse,

L'encouragent pleines d'hardiesse.

Survolté de vitesse,

Il explose d'allégresse !!!

Bats tambour !

Vive l'amour !

Submergée par la liesse,

Je déploie la prêtresse.

Mon corps tout en souplesse

Se toum-black en justesse,

Dégagée est ma passion-négresse.

C'est la rime en caresse !

Bats tambour !

Vive l'amour !

Ô son de la Sagesse

Je danse le KA d'ivresse!

Il déroule mes tresses.

Abolie la pécheresse !

C'est la messe des Déesses

Où je suis Son Altesse !

Bats tambour !

Vive l'amour !

Bats !

Gwoka est son et noblesse,

La clef de notre richesse.

Les répondeurs et bailleresses !

Prêtez vos mains-forteresses !

Bénissez l´enchanteresse !

La poétesse du KA sans cesse.

Bats tambour !

Vive l'amour !

Bats !

Comme mon coeur

Narrête pas...

© Maxette Olsson
Photos : Maxette et Malte Olsson

Image: 

Pages