Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Georges Erichot (Parti Communiste Martiniquais) : "Ce n'est pas en falsifiant l'Histoire que l'on pourra faire avancer la cause de la libération nationale martiniquaise"

Georges Erichot (Parti Communiste Martiniquais) : "Ce n'est pas en falsifiant l'Histoire que l'on pourra faire avancer la cause de la libération nationale martiniquaise"

   Les prises de position se sont multipliées à la suite du "dépotjolaj" des statues de Schoelcher le 22 mai dernier.

   Certaines approuvant ou au contraire désapprouvant ces actes comme ce fut le cas du Parti Communiste Martiniquais dont on peut lire le communiqué ci-après...

A l’occasion de la célébration du 22 mai 1848, date où les esclaves martiniquais ont brisé eux-mêmes leurs chaînes, des militants ont détruit des statues de Victor Schœlcher à Fort-de-France et à Schœlcher. Ils croient ainsi honorer la mémoire de nos ancêtres.
Le Parti communiste martiniquais qui a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance du rôle des esclaves dans l’abolition de l’esclavage n’a pourtant jamais nié l’apport convergent des forces de progrès de France et des révolutionnaires de février 1848 dans cette libération. Une fois la vérité historique établie, il a dénoncé le culte paternaliste de Victor Schœlcher. Ce n’est pas en falsifiant l’Histoire que l’on pourra faire avancer la cause de la libération nationale martiniquaise.
L’avenir appartient à ceux qui se battent pour un monde démocratique, d’émancipation sociale et fraternel.
C’est pourquoi le PCM condamne l’acte de destruction des statues de Victor Schœlcher. Il en appelle à une plus juste compréhension de la trajectoire historique qui procède à la formation de la nation martiniquaise et de son peuple. Aujourd’hui pour relever les nombreux défis qui assaillent notre pays nous avons plus que jamais besoin d’union, de force et de lucidité.

Fort-de-France, le 24/05/2020 Le Secrétaire général du Parti communiste martiniquais,

Georges Erichot

Pages