Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

FUSILLADE DE TOULOUSE : L’HYPOCRISIE DES POLITICIENS ET JOURNALISTES OCCIDENTAUX

Le dimanche 11 mars, à Toulouse, un sous-officier di 1er régiment du train parachutiste de Francazal tombe sous les balles d’un tueur en scooter qui prend la fuite. Le militaire a été visé à la tête et à bout portant.

Son nom : Imad Iben-Zaten (30 ans)

Un Maghrébin français donc. Or, ni la presse ni les politiques n’ont donné cette précision au grand public. Tous se sont contentés de déclarer : « Un militaire français a été tué. »

Le mardi 13 mars, trois soldats du 17è RGP retiraient de l’argent dans un distributeur situé en face de la caserne Doumec, à Montauban. Un tueur en scooter les abat : deux sont tués sur le coup, le troisième est entre la vie et la mort.

Leurs noms :

- Mohamed Legouad (26 ans)
- Abel Chenoulf (24 ans)
- Loïc Lieber (28 ans).

Les deux premiers sont Maghrébins, le troisième Antillais. Or, a-t-on entendu les politiciens et les médias donner cette information. NON ! Là encore, ils déclarèrent : « Trois militaires français ont été abattus par un tueur masqué en scooter. » Point à la ligne.

On connaît la chanson : quand un Arabe ou un Noir commet une infraction, il est désigné comme « Arabe » ou « Noir ». Lorsqu’il gagne une médaille sportive pour la France ou qu’il se bat pour l’armée française, il est déclaré « Français ».

Or, voilà que le tueur en scooter récidive le jeudi 15 mars, tuant trois personnes dans une école juive de Toulouse et blessant grièvement un quatrième. Là par contre, la machine politico-médiatique se met en marche, la campagne électorale s’arrête, politiciens et journalistes, trémolos dans la voix, dénoncent cet « acte antisémite odieux ». L’Occident tout entier, même se mobilise, de Merkel à Obama, de Cameron à Mario Monti. Tout le monde s’indigne, dénonce, compatit et bla-bla-bla.

Gageons que si le tueur, au lieu de s’en prendre à une école juive avait à nouveau abattu des militaires noirs et arabes que cela n’aurait provoqué aucun tollé national et international. Tout ce beau monde aurait placidement continué à parler de « militaires français abattus » sans plus de précisions !

Oui, la tuerie de l’école juive de Toulouse est une abomination ! Oui, elle doit être condamnée avec la dernière énergie et le tueur puni !

Mais, pourquoi cette indignation collective ne s’applique-t-elle pas aussi aux trois soldats Maghrébins assassinés et au Guadeloupéen dont le pronostic vital est engagé ?

{{ POURQUOI ?}}

Commentaires

medouze | 21/03/2012 - 01:28 :
Pourquoi? C'est tres simple. La fwans crache a la gueule des noirs et arabes en toute impunité, et ce depuis des decennies. Dans le désordre, guerlain, hortefeux, zemmour, copé, sarkozy, gueant et consort s'en donnent à coeur joie. Par contre quand il s'agit de juifs qui sont attaqués, beh tout de suite, israe......pardon la fwans monte au creneau et tout le monde doit culpabiliser. Comme l'article le souligne, la machine politico-mediatique se met en marche. Simple comme bonjour.

Pages