Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Frank Moya Pons: l’antihaïtianisme historique et l’antihaïtianisme d’État

Par Frank Moya Pons
Frank Moya Pons: l’antihaïtianisme historique et l’antihaïtianisme d’État

Clôture du séminaire «Les deux nations de Quisqueya: les relations haïtiano-dominicaines au tournant du siècle» prononcée par Frank Moya Pons à l’invitation de l’Institut des Études dominicaines de l’Université de New York (CUNY), au City College de New York, le 8 décembre 1995. Adaptation du texte espagnol «Antihaitianismo Histórico y Antihaitianismo de Estado» par G.M.

Les relations dominico-haïtiennes évolueront en fonction de l’évolution de l’antihaïtianisme en République dominicaine. Il est à noter qu’aujourd’hui, aucune des présentations n’avait rien à voir avec l’antihaïtianisme ou l’antidominicanisme, mais c’était là deux questions qui ont émergé et ont été continuellement discutées.

J’ai réfléchi toute la journée et je voudrais proposer que nous considérions l’antihaïtianisme séparément, sous deux aspects. Nous allons qualifier l’un «antihaïtianisme historique» et l’autre, je propose de l’appeler «antihaïtianisme de l’État». L’antihaïtianisme historique découle de l’évolution réelle des deux peuples et des deux nations et s’y maintient. De par son origine lointaine, ce type d’antihaïtianisme a beaucoup à voir avec les mauvaises relations que les Français et les Espagnols ont entretenues au 18ème siècle sur l’île de Santo Domingo.

Ceux qui ont eu l’occasion d’étudier l’histoire coloniale de l’île au cours de ce siècle ne doivent pas oublier la difficulté des relations franco-espagnoles à Saint-Domingue et les conflits permanents qui existaient entre les autorités françaises et espagnoles et, entre les colons français et espagnols. Il existe donc une racine de mauvaises relations entre les deux parties de l’île qui se détériorent au début de la révolution haïtienne; s’aggravent après la cession de l’île à la France par l’Espagne en 1795, et atteignent leur pire moment lors des invasions haïtiennes de 1801–1805, expliqué ce matin par Max Manigat et commenté par certains des participants à ce séminaire.

Ces invasions marquent encore la psychologie dominicaine et constituent réellement la racine historique de l’antihaïtianisme. N’oubliez pas que l’invasion et l’occupation de la partie orientale de l’île par Toussaint en 1801, puis l’invasion de Dessalines et Christophe en 1805, provoquèrent de violents affrontements entre haïtiens et dominicains, consignés dans des textes historiques.

Dans le journal de campagne Dessalines, par exemple, il est décrit les horreurs de cette guerre qui, incidemment, n’était pas une guerre haïtienne contre les Dominicains, mais contre des Français qui dirigeaient alors la partie orientale de l’île. À la fin de la campagne de 1805, lors du retrait de l’armée haïtienne, ceux qui ont le plus souffert furent les habitants de Monte Plata, La Vega, Moca, Santiago et certains villages ruraux de la région centrale du pays. Les massacres d’innocents et la destruction de ces villages par les troupes de Dessalines ont marqué l’âme dominicaine. Ensuite, l’occupation haïtienne de la partie orientale de l’île exécutée par Jean Pierre Boyer à partir de 1822 a créé des tensions durables pendant 22 ans qui ont abouti à la proclamation de l’indépendance des Dominicains en 1844.

La rébellion de l’indépendance dominicaine a été suivie d’une série d’invasions militaires haïtiennes et il y a eu une guerre de 17 ans entre Dominicains et Haïtiens. C’est durant cette guerre que l’Etat antihaïtianiste a commencé parce que l’État dominicain a utilisé la mémoire collective, les peurs de la guerre et les horreurs des invasions du début du siècle, et a transformé cette mémoire en matériel de propagande de guerre, pour garder en vie l’esprit de guerre dominicain qui se bat pour son indépendance.

Ce premier État antihaïtien a cessé dans les années qui ont suivi l’annexion à l’Espagne en 1861, car le gouvernement haïtien, présidé par le général Fabre Gefrard, avait offert son aide aux combattants de l’indépendance dominicaine qui étaient en guerre contre l’Espagne entre 1863 et 1865. La collaboration haïtienne aux dominicains dans leur lutte contre l’Espagne a entraîné un changement dans les relations entre les élites et les peuples des deux pays, de sorte que peu après l’expulsion des Espagnols en 1865, les gouvernements d’Haïti et de la République dominicaine ont signés en 1867 le premier traité de paix, d’amitié, de commerce et de navigation entre les deux pays. Cet accord a été suivi d’un second traité en 1874 pour discuter de la question des frontières frontalières qui n’avait pas encore été résolue.

Au cours du dernier quart du 19e siècle, ce traité a été suivi d’une série de négociations visant à définir les limites de la frontière dans lesquelles le pape était un arbitre et un médiateur. Je dois dire qu’au cours de ces négociations, qui ont duré plusieurs décennies (toujours en 1911, les deux gouvernements négociaient), l’antihaitianisme d’État a refait surface, parallèlement à l’antihaïtianisme historique, dans les écrits d’intellectuels et dans les journaux. En réalité, l’antihaïtianisme historique n’a jamais disparu. Pour preuve, il suffit de lire les interrogatoires menés par des membres d’une commission du Sénat des États-Unis en République dominicaine en 1871 afin de savoir ce que les Dominicains des Haïtiens ont ressenti cette année-là.

Il existe un antihaïtianisme populaire qui a survécu au fil des années et qui existe toujours au 20e siècle: par exemple, en 1918, le gouvernement militaire de l’occupation américaine a mené une enquête pour recueillir les opinions des enseignants et des inspecteurs de l’éducation des États-Unis. Le pays entier sur l’état culturel de la population. Si vous lisez cette enquête, vous remarquerez que, lorsqu’on pose des questions sur les Haïtiens, l’opinion des inspecteurs de l’éducation, des directeurs d’école et de certains enseignants est toujours négative. Les avis étaient d’autant plus négatifs que les interrogateurs étaient proches. Il est très important de garder cela à l’esprit car ces opinions reflètent les attitudes de ceux qui ont eu un contact direct ou étroit avec des Haïtiens.

Nous devons voir, par exemple, l’opinion de Víctor Garrido, alors inspecteur de l’éducation de San Juan de la Maguana. Ils avaient des opinions très négatives. Il existe donc un antihaïtianisme historique, permanent, concret et très vivant. Pendant l’occupation militaire américaine, il y avait une censure dans les deux pays. La presse s’est renfermée sur elle-même, de nombreux écrits ont disparu et il semblerait qu’il n’y ait pas d’antihaïtianisme dans la République. Cependant, le substrat culturel antihaïtien, l’antihaïtianisme historique, est resté en vigueur, a continué d’exister, bien que de nombreuses manifestations de celui-ci ne soient pas publiées.

Pendant l’occupation militaire américaine, la mentalité antihaïtienne persiste et demeure. Bernardo Vega a expliqué comment, depuis 1930, Trujillo s’efforce d’améliorer les relations avec Haïti. On peut donc affirmer que l’antihaïtianisme étatique s’interrompt jusqu’à l’assassinat des Haïtiens en septembre-octobre 1937.

À partir de ce moment, l’État rassemble tout le contenu de l’antihaïtianisme historique et en fait le matériau fondamental de la propagande antihaïtienne. De nouvelles doctrines antihaïtiennes sont ensuite élaborées et l’État trujilliste convertit l’antihaïtianisme en un élément consubstantiel à la même interprétation officielle de l’histoire dominicaine.

Si vous souhaitez résumer ce schéma, qui n’est certainement pas complet, même si je pense qu’il reflète un peu cette dialectique entre l’État et l’historique, on pourrait dire que l’antihaitianisme historique a toujours été essentiellement politique et socioculturel. C’était politique au 19ème siècle parce qu’il abordait le problème de la survie nationale.

Les Dominicains ont fait la guerre pour installer et préserver une république et, au cours de cette guerre, l’un des souverains haïtiens, l’empereur Faustino Soulouque, dans le cadre de la propagande de guerre, a juré que si les Haïtiens triomphaient, ni les poulets ne seraient vivants à Saint-Domingue. Cela, bien sûr, effraya terriblement les Dominicains car à Moca, à La Vega, à Santiago, les poulets n’étaient pas vivants en 1805, et les Dominicains se souvenaient très bien de ce qui s’était produit lors de l’invasion de Dessalines.

Il est bon que nous gardions à l’esprit ces contenus de la mémoire historique dominicaine, car ils servent en grande partie à expliquer la persistance de l’antihaïtianisme dominicain, en particulier à la fin de la domination haïtienne et pendant la guerre dominico-haïtienne. Au cours de cette guerre, l’élite politique dominicaine a utilisé les différences raciales et religieuses dans le cadre de sa propagande de guerre. Si vous lisez les manifestes de ces années, y compris le premier manifeste de l’indépendance de la République Dominicaine, vous remarquerez l’effort que les dominicains ont déployé pour marquer les différences nationales qui les séparaient d’Haïti.

Les Dominicains se considéraient comme différents des Haïtiens, non seulement parce qu’ils parlaient une langue différente, mais aussi parce qu’ils considéraient que leur vie et leurs institutions religieuses étaient différentes des Haïtiens, ainsi que de leurs coutumes matrimoniales, familiales et nationales. Le concept de soi national dominicain tendait alors, comme maintenant, à marquer des différences avec Haïti.

Être dominicain pendant la guerre d’indépendance, ce n’était pas seulement ne pas être haïtien, mais aussi être antihaïtien. «Celui qui n’est pas mañé (sans classe, grossier, de mauvais goût, inférieur, ndt), qui parle clairement» était alors l’un des dictons les plus populaires. Parce que l’armée était composée de nombreux soldats de la classe populaire, jeunes et vieux hommes de couleur, et il y avait des régions comme San Cristóbal où la population était beaucoup plus sombre que dans d’autres régions, et les généraux de l’armée dominicaine ne le savaient pas, juste après la domination haïtienne, lequel de ces Noirs pourrait encore être fidèle à Haïti car c’était le gouvernement haïtien renversé qui les avait sortis de l’esclavage 22 ans plus tôt.

D’où l’importance socioculturelle de l’adage: «celui qui n’est pas mañé, parle clairement». Maintenant, l’antihaïtianisme d’État est aussi un antihaïtianisme politique, mais dès l’époque de Trujillo (1937 et 1938), son objectif fondamental n’était pas tant de montrer des différences politiques avec Haïti que de mettre l’accent sur les différences raciales avec Haïti.

À l’époque de Trujillo, l’État antihaïtien considère le racisme comme un élément particulier de sa propre définition. Vous pouvez donc voir comment les intellectuels de cette époque ont développé un discours raciste que des politiciens et des citoyens du régime de Trujillo ont répété «ad nauseam» pendant 20 et tant d’années, jour après jour, dans des messages visant à accentuer les différences raciales, religieuses et aussi culturelles du peuple dominicain contre le peuple haïtien. Les noms de ces intellectuels et politiciens, je n’ai pas à les mentionner. Ils ont été mentionnés ici ce matin: Peña Batlle, Balaguer, Rodríguez Demorizi et d’autres.

Pour conclure sur cette première partie, disons que l’antihaïtianisme d’État repose sur le soutien socioculturel de l’antihaïtianisme historique et qu’il est maintenu et transmis par le système éducatif et les médias que le régime de Trujillo a utilisé très efficacement pour inculquer aux dominicains la haine, la peur et le mépris pour Haïti. Chaque jour, dans chaque école du pays, au cours des 25 années qui ont suivi l’assassinat des Haïtiens, les enfants dominicains ont appris à connaître les différences entre eux et les raisons pour lesquelles ils devaient se méfier des Haïtiens. Ce système de propagande d’État a consolidé et transmis la mentalité traditionnelle d’antihaïtianisme historique, en créant une prétendue supériorité raciale et politique puisque le massacre de l’année 1937 avait démontré la supériorité militaire dominicaine sur Haïti.

Pour souligner ce dernier aspect, le régime a fréquemment publié que Trujillo dirigeait en Haïti. Dans ma jeunesse, j’ai souvent entendu dire qu’en Haïti, ce que Trujillo voulait se faisait. Je me souviens très bien comment cela nous avait été prêché à l’école. Je n’ai pas à vous dire comment cet état antihaïtien perdure après la mort de Trujillo. Ne croyez pas que seul le neotrujillismo l’utilise depuis 1966 avec le président Balaguer. Le président Bosch a lui-même mis en branle l’état antihaïtien lors d’une confrontation avec Duvalier en 1963.

Pour vérifier cela, il suffit de consulter les journaux dominicains de cette époque et de découvrir comment les Dominicains ont été incorporés dans une campagne antihaïtienne promue par le gouvernement Bosch et découlant d’un conflit qui se déroule entre les présidents de ces deux républiques et entre les gouvernements de ces deux républiques. Dès le début du conflit, des journaux, des intellectuels, des politiciens, des étudiants, des professeurs d’université et presque tous les autres secteurs du pays se sont immédiatement mobilisés pour soutenir le mouvement officiel antihaïtien, mis en place par un gouvernement élu démocratiquement et présidé par un président. Démocrate ainsi, l’État antihaïtien n’est pas une caractéristique exclusive du neotrujillisme.

Cela explique pourquoi l’antihaïtianisme historique n’a pas disparu et montre que, dans sa persistance, il interagit et enrichit l’antihaïtianisme d’État. Cela nous dit que si nous voulons améliorer les relations entre les deux pays et entre les deux gouvernements, nous devons en quelque sorte changer la mentalité antihaïtienne en République dominicaine. Quant à la partie haïtienne, les Haïtiens eux-mêmes doivent nous dire comment changer l’antidominicanisme en Haïti, mais comme Guy Alexandre l’a très bien souligné hier et l’a répété aujourd’hui, l’antidominicainisme n’est pas systématique en Haïti, alors que l’antihaïtianisme est plus systématique La République Dominicaine

À Saint-Domingue, il existe une doctrine et un discours sur la manière d’énoncer et de pratiquer l’antihaïtianisme. En outre, il existe également une jurisprudence et des pratiques policières: l’Haïtien est battu puis interrogé. Ceci est très important à garder à l’esprit. Donc, si nous ne changeons pas l’état d’esprit, les traités ne servent à rien. En 1979, une délégation de haut niveau du gouvernement haïtien s’est rendue en République dominicaine, dans un moment d’ouverture. Ensuite, le président Guzman a rencontré le président Duvalier à la frontière et plusieurs traités ont été signés. Ces traités ont très peu fonctionné, très peu, parce que la mentalité l’empêche, la méfiance entre les deux élites, les deux sociétés et les deux nations, mais surtout parmi les élites, l’a empêché.

Je pense que malgré tout, il existe des domaines dans lesquels les relations peuvent être améliorées. Je mentionnerai certains de ces traités, ainsi que d’autres protocoles, accords et négociations, toujours axés sur divers domaines d’intérêt que les élites qui gèrent les gouvernements des deux pays ou par ceux qui considèrent qu’il s’agit de domaines dans lesquels on peut travailler ensemble. Au niveau des structures d’État, on parle toujours de questions commerciales, tarifaires, frontalières, de la réglementation des voyages, du tourisme, du contrôle de l’armée et de la police, de la santé.

Un exemple: en 79, nous avions une épidémie de peste porcine qu’il fallait gérer dans toute l’île. De la même manière, les autorités sanitaires mentionnent toujours l’autre côté de l’île lorsqu’elles abordent des questions épidémiologiques, telles que la lutte antipaludique, etc.

Sur le plan social, au niveau de la population, et pas de l’État, il existe des domaines dans lesquels nous sommes très conscients de la nécessité de travailler. Le premier de ces domaines, me semble-t-il, fait référence à la tolérance raciale, aux problèmes de coexistence pacifique dans les deux territoires, de sorte qu’un dominicain puisse se déplacer librement en Haïti sans avoir peur, et qu’un haïtien puisse se déplacer librement à Santo Domingo, sans ressentir la peur et sans être battu ni arrêté par la police à cause de sa couleur.

En matière de commerce, de liberté du commerce, de tourisme et d’investissement, il existe également des domaines d’intérêt commun qui sont continuellement mentionnés et considérés comme une priorité importante pour les deux pays. J’ai examiné de près certains événements qui se sont produits au cours des deux dernières années et, en particulier, au cours de l’année écoulée, et je pense que nous pouvons dire que la situation est en train de changer.

Je pense que les relations dominicano-haïtiennes sont en train de changer et qu’en fin de compte, elles n’ont qu’une issue possible: leur amélioration. Il peut y avoir des rechutes et des difficultés, mais les relations dominico-haïtiennes ne peuvent que s’améliorer à moyen et long terme. Et je vais vous expliquer pourquoi je crois cela. Je dois dire, tout d’abord, que les relations entre la République Dominicaine et Haïti ne peuvent pas être pires que celles qu’elles ont été avec Trujillo et ce qu’elles ont été avec Balaguer.

Balaguer terminera même s’il ne veut pas, il va terminer. Sans cela, les relations ne peuvent être pires, elles devront être améliorées car, sous son gouvernement, une politique systématique et consciente, dirigée personnellement par le président de la République Dominicaine, empêchait l’amélioration des relations entre la République Dominicaine et Haïti. L’Ambassadeur Guy Alexandre est une victime propitiatoire de cette politique, et pour tous les efforts déployés par l’ambassadeur Alexandre pour l’amélioration des relations, ceux qui dirigent le gouvernement dominicain ne permettent pas d’amélioration au-delà d’un point où ils sont sous contrôle utilitaire.

Deuxièmement, la République Dominicaine et Haïti sont plongés dans un processus de changement politique intense. Le régime des partis en République Dominicaine est en train de changer et le régime des partis en Haïti a également changé et continuera de changer. En République Dominicaine, je suis absolument convaincu que le gouvernement dominicain changera l’année prochaine et, avec lui, les relations entre la République Dominicaine et Haïti changeront, quel que soit le vainqueur des prochaines élections.

Il y a trois candidats avec des possibilités présidentielles et le vainqueur gérera les relations dominicano-haïtiennes d’une manière différente de celle de Balaguer, car la société dominicaine demande depuis longtemps que ces relations soient gérées différemment. Troisièmement, il y a quelque chose qui n’existait pas auparavant, à savoir une prédication et un discours intellectuel qui pénètrent peu à peu, qui favorisent et exigent l’amélioration des relations dominico-haïtiennes. Ce séminaire fait partie de cette dynamique.

Ceci constitue l’un des nombreux événements qui se produisent aux États-Unis, en République dominicaine et en Haïti, où intellectuels, universitaires, hommes d’affaires et citoyens ordinaires demandent une amélioration des relations entre la République Dominicaine et Haïti, tout en soulignant que, comment ces relations dovent s’améliorer. Il y a donc tout un flux, une contribution, une éruption d’idées qui tendent à indiquer des pistes d’amélioration entre les deux pays. Quatrièmement, il existe un changement majeur dans la conscience raciale dominicaine. J’en suis convaincu. J’étudie l’évolution de la conscience raciale dominicaine depuis 20 ans. J’ai écrit sur le sujet et je peux dire que la diaspora est co-responsable de ce changement. Pour le prouver, je vais utiliser une phrase forte, mettez-la entre guillemets, si vous voulez, car une dame ici présente, lorsqu’elle a entendu cela pour la première fois, s’est sentie un peu émue.

Cette phrase est: La diaspora noircit le dominicain

Dans quel sens je le dis?

Vous le savez: le dominicain se croit blanc dans son pays, mais quand il arrive aux États-Unis, il découvre qu’il n’est pas blanc et apprend donc à vivre avec les Noirs américains, avec les Noirs des Antilles et apprend à vivre avec les Haïtiens. Peut-être que quand intellectuels et universitaires se rencontrent dans la même pièce, nous parlons peu, mais au travail, à la station de taxis, dans la rue, dans la cave et à l’usine, Dominicains et Haïtiens vivent se soudent les épaules aux États-Unis: la diaspora unit les deux communautés. Il est très important de garder cela à l’esprit car cela n’était jamais arrivé auparavant.

La conscience raciale dominicaine a changé, non seulement dans la diaspora, mais également en République Dominicaine, car la diaspora agit pour la société dominicaine et ses valeurs raciales. Cela fait environ 20 ans que les valeurs raciales dominicaines changent. Ils ont commencé à changer lentement, mais aujourd’hui, ils changent rapidement. Au début, le changement était lent, mais il y a aujourd’hui un changement radical.

Prenons un exemple: en 1977, Johnny Ventura est venu aux États-Unis et a été ébloui par le mouvement pour les droits civiques, le Black Power et l’importance du noir aux États-Unis. Il est retourné en République Dominicaine, a essayé de faire un concert de musique noire au Centro de los Deportes , et très peu de gens ont assisté à ce concert. A cette époque, les dominicains ne voulaient pas s’associer à la musique «noire». Cependant, aujourd’hui ce n’est pas le cas. La musique «soul», le «rap», les chaînes de télévision comme MTV, où il y a une présence active de groupes de couleurs américains et de groupes de la diaspora des Caraïbes qui travaillent de manière artistique, font voir aux Dominicains à quel point ils sont proches. de leurs voisins des Caraïbes et de l’Amérique du Nord et leur proximité culturelle avec leurs frères africains.

Voici une démonstration concrète de mon argumentation: L’année dernière, l’une des campagnes les plus féroces antihaïtiennes, racistes et anti-noires que la République Dominicaine ait connu a eu lieu.

Pas même quand Trujillo avait une campagne aussi féroce. Cependant, plus de la moitié de la population dominicaine a voté pour le candidat noir sur qui on a dit de graves choses. C’était un rejet du racisme, le racisme de l’Etat antihaïtien. Les choses changent et vous devez les voir dans une dimension de changement, vous devez les voir de manière évolutive. Nous ne pouvons pas penser que les mentalités vont changer du jour au lendemain, mais elles changent. Les mentalités sont les structures les plus fortes de la Création, plus fortes que ces briques, mais tôt ou tard, les mentalités changent et les élections de l’année dernière ont montré que les Dominicains, pas tous les Dominicains, il est vrai, mais plus de la moitié d’entre eux rejette le racisme en tant qu’arme politique et mode de vie.

Cinquièmement, les deux sociétés exigent des changements dans les relations entre les deux pays et il existe une dynamique générée de bas en haut. Prenons un cas illustrant ce phénomène: l’embargo commercial imposé à Haïti l’année dernière a provoqué un changement inattendu chez les hommes d’affaires dominicains qui ont soudainement transformé leur discours antihaïtien et concilié leur avidité avec de nouvelles opportunités commerciales. C’était un changement de 180 degrés et beaucoup de gens ont été surpris d’entendre les marchands et les industriels qui avaient montré un antihaïtianisme récalcitrant proposant l’amélioration des relations commerciales avec Haïti.

Pourquoi les hommes d’affaires dominicains ont-ils changé leur discours et leur attitude du jour au lendemain?

Pour moi, la réponse est simple: parce que le commerce unit. Des Phéniciens à nos jours, le commerce unit les peuples. Le traumatisme de l’embargo était nécessaire pour que la partie dominicaine découvre qu’Haïti était le deuxième marché de la République Dominicaine, comme l’a mentionné M. Vega, cet après-midi, et pour que de nombreux industriels découvrent qu’ils vendent en Haïti depuis longtemps. A travers les exportateurs qui ont commercent en Haïti. Jusqu’à l’embargo, les industriels ne semblaient pas intéressés à contrôler une entreprise qu’ils n’appréciaient pas dans sa juste valeur. Maintenant, ils veulent la contrôler, mais pour cela ils ont besoin que les relations entre les deux pays s’améliorent. Preuve de cet intérêt, Jean Michel Caroit a déclaré aujourd’hui que depuis l’installation du gouvernement du président Aristide à ce jour, ce ne sont plus des dizaines mais des centaines de groupes, de missions ou de personnes qui s’étaient rendus en Haïti à la recherche de débouchés commerciaux.

Dans un discours prononcé l’été dernier par l’ambassadeur Alexandre à Port-au-Prince, dans lequel il a présenté une histoire des relations dominico-haïtiennes, il a dressé un bon inventaire des événements et des échanges qui ont eu lieu au cours des dernières années entre les deux pays. Aujourd’hui, le mouvement en faveur de l’amélioration des relations dominico-haïtiennes a un nouvel allié inattendu, utilitairement promu par les marchands, ce qui est naturel.

Le commerce et les marchands unissent différentes parties du monde et différentes sociétés. Mais ce ne sont pas seulement les commerçants qui demandent l’amélioration des relations: les universitaires le font également. Dans les écoles et les universités dominicaines, il y a des étudiants haïtiens, à l’Institut supérieur d’agriculture de Santiago et à l’UNPHU de Saint-Domingue, des étudiants haïtiens étudient en agronomie et en médecine. Je connais des autres étudiants haïtiens, de la promotion de ma fille à l’UNPHU.

Il en existe également à la Universidad Católica Madre y Maestra et à la FLACSO. Wilfredo Lozano, qui est ici, m’a invité à donner six conférences dans le cadre de son programme de maîtrise à la FLACSO il y a quelques années. Je dois vous dire que les meilleurs étudiants de ce groupe étaient des Haïtiens. Donc, il y a un mouvement de bas en haut. Nous ne l’avons pas étudié et nous ne savons toujours pas à quel point c’est important, mais ça semble être là. Note du secrétariat: L’enregistrement a été endommagé ici ( Nota de Secretaría: Aquí se dañó la grabación)

Sixièmement, pour mettre fin à cette énumération, la conscience populaire est également en train de changer par rapport à Haïti. Ceux d’entre vous qui ont assisté à un carnaval savent que les carnavals ont un formidable ingrédient haïtien, mais pas seulement ces manifestations; les peuples, les dominicains sont venus à croire qu’une danse tout à fait haïtienne du pays a un gagá qui est authentique; ce n’est pas dominicain le gagá, qui a des racines haïtiennes; mais aujourd’hui les Dominicains dansent le gagá et il y a des danses populaires qui dérivent du gagá, les Dominicains acceptent même le gagá. Mais le gagá a été interdit; lisez le livre de Santiago Peña Ortizpour que vous voyiez que quand le vaudou a été interdit, legagá et la… (ndt, cette partie du texte semble manquer quelques conjonctions).

Mais il y a un vaudou dominicain. Carlos Esteban Deive a produit un travail très important qui … Une découverte de Carlos Esteban Deive dans ce travail est que les Dominicains ont apporté leurs propres innovations au vaudou. Comment Donc, un processus de transculturation est également en cours.

En 1980, je ne savais pas que cela se faisait autant, mais quelqu’un m’en a parlé. En 79, j’ai donné une conférence au Rotary Club de Santiago et quelqu’un m’a demandé comment je vois les relations dominico-haïtiennes dans 50 ans; et je me souviens d’avoir déjà un peu expliqué la transculturation … Mais la vérité, c’est que cela vient de loin que la seule chose qui l’ait été, c’est que récemment, et bien sûr, avec la fracture de la résistance culturelle qui existait auparavant lorsque la noirceur était maintenant avec la transculturation de sorte qu’en 50 ans au niveau populaire, maintenant (l’enregistrement est correct), l’armée , en collaboration avec des agents et des militants du parti officiel, a empêché sur les tables électorales que les dominicains noirs votent dans les zones de canne à sucre.

C’est donc un problème qui nous attend et qui affectera le cours des relations dominico-haïtiennes. Quatrièmement, comme certains l’ont mentionné ce matin, nous avons le problème des réfugiés politiques. Pas seulement maintenant, mais aussi ceux du futur.

Il est vrai que nous allons continuer à construire des démocraties des deux côtés de l’île, mais on ne sait pas quand il y aura des réfugiés politiques haïtiens à Saint-Domingue ou des Dominicains à Port-au-Prince, et cela posera toujours un problème, car les deux villes sont les capitales les plus proches des deux pays. Cinquièmement, s’il n’ya pas de solution au commerce, c’est-à-dire que si nous ne trouvons pas de réglementation pour gérer le libre-échange entre les deux pays, la contrebande se poursuivra et continuera d’apparaître comme un commerce licite, mais pénalisé par des obstacles non tarifaires , pour des dispositions politiques capricieuses et pour des abus de part et d’autre de la frontière, probablement plus du côté dominicain que du côté haïtien, pour des raisons structurelles que Remy Montás a très bien expliqué aujourd’hui.

Sixièmement, la migration des Dominicains et des Haïtiens vers d’autres pays se poursuivra également, ce qui sera décisif à long terme. La diaspora continuera de croître et, avec elle, les flux de migration de retour continueront également de croître. L’impact des Dominicains et des Haïtiens qui rentrent dans leur pays d’origine se fera sentir de plus en plus, tant du côté positif que négatif. Les Haïtiens et les Dominicains reviendront avec des capitaux et des économies réalisés légalement, avec de bonnes coutumes, des habitudes démocratiques, un enseignement moyen et supérieur, des compétences techniques et professionnelles, des compétences en gestion et en administration, pour investir légalement dans leur pays ou prendre leur retraite.

Mais les criminels de toutes sortes vont également revenir, beaucoup d’entre eux étant expulsés par les autorités américaines après avoir purgé des peines dans des prisons fédérales et d’État, ou avoir fui volontairement les autorités, ou cherché à tirer parti d’opportunités commerciales produisant un enrichissement rapide, ou cherchant simplement à prendre leur retraite dans le pays d’origine. C’est un phénomène sur lequel j’aimerais attirer l’attention, dans la mesure où il touche déjà l’île de la même manière que presque toutes les autres îles des Caraïbes.

Le retour des criminels des États-Unis affectera tôt ou tard les relations entre Haïti et la République Dominicaine, car nous allons bientôt commencer à voir des criminels traverser les côtes de l’île avec le malaise qui en résulte pour les ambassadeurs de les deux pays à Saint-Domingue et à Port-au-Prince.

En résumé, et finalement, ma vision du futur que vous avez déjà devinée: elle est optimiste, mais évidemment avec des réserves . C’est d’abord optimiste, car je crois qu’il y a une accélération du processus démocratique dans les deux pays. [Il n’y a pas d’armée en Haïti](encadré ndt). Il existe toujours un groupe de familles qui gèrent la vie économique, mais ces familles auraient dû avoir peur bien après ce qui s’est produit comme conséquence du coup d’État.

Deuxièmement, il y a une intensification des échanges de toutes sortes entre les deux parties de l’île et une meilleure connaissance réciproque entre les deux peuples et leurs élites. Je me souviens d’un voyage organisé en 1972 par un club de Port-au-Prince en République dominicaine dans un bus.

J’imagine que ce club était composé de membres distingués et éduqués de l’élite haïtienne. À leur arrivée à Azua, les voyageurs ont applaudi en pensant qu’ils étaient arrivés à Saint-Domingue. Puis quelqu’un a dit: «Non, nous ne sommes pas encore arrivés.» À leur arrivée à Baní, ils ont à nouveau applaudi et il s’est avéré qu’ils n’avaient pas encore atteint leur destination. Quand ils sont arrivés à San Cristobal, il y a eu une grande ovation, mais ils n’avaient pas encore fini le voyage.

Lorsqu’ils sont finalement entrés dans Saint-Domingue, le long de l’avenue du Malecon, une douzaine d’entre eux ont éclaté en sanglots. La nuit suivante, lors d’un dîner du club organisateur à Saint-Domingue, plusieurs d’entre eux ont avoué avec des larmes aux yeux qu’ils s’étaient trompés et qu’ils n’avaient jamais imaginé que la capitale de la République Dominicaine pourrait être plus grande que les Gonaïves. Guy Alexandre a parlé hier soir de son père, de la génération précédente qui a grandi avec ces préjugés.

Bien entendu, les dominicains ont également grandi avec des préjugés similaires. Je me souviens par exemple qu’une fois j’ai été invité à déjeuner chez un frère d’un célèbre secrétaire des forces armées. Ce frère, sa femme et sa mère étaient alors des résidents des États-Unis, ici dans la diaspora, à San Francisco, en Californie.

Je n’oublierai jamais que la quasi-totalité de la conversation de mes hôtes portait sur la «menace haïtienne». Cela m’a pris beaucoup de temps pour leur expliquer qu’Haïti n’était pas une menace militaire et que je ne pouvais pas les convaincre, car ils faisaient partie d’une génération qui a grandi avec l’idée qu’Haïti était toujours prêt à envahir la République Dominicaine, et c’est l’argument qui a explosé lors de sa confrontation entre Juan Bosch et François Duvalier en 1963. Cependant, les choses changent et beaucoup d’anciens préjugés disparaissent car aucun membre de l’élite haïtienne, et encore moins beaucoup de travailleurs haïtiens, pense que Santo Domingo peut être une ville plus petite que Saint-Marc ou Cap-Haïtien.

Troisièmement, le commerce est plus important aujourd’hui, et s’il y a quelque chose que l’histoire nous enseigne, je le répète, c’est que le commerce unit. Quatrièmement, nous avons dit qu’il existe un discours intellectuel plus répandu qui prêche le besoin et la possibilité d’une coopération. Cinquièmement, nous avons également dit qu’une transition dans la conscience raciale dominicaine avait abouti à la reconnaissance de sa propre noirceur parmi de nombreux Dominicains; et sixièmement, je crois qu’à long terme, il y aura une démocratie dans les deux pays. Quelqu’un a dit hier que je devais prouver ce que je voulais et je le ferai immédiatement.

En 1961, lorsque Trujillo a été tué, les Dominicains qui étaient adultes à ce moment-là et ceux qui sont présents ici ne me laisseront pas me tromper, car je me souviens qu’à l’extérieur de la République dominicaine, personne n’a donné aux Dominicains le pouvoir de construire une démocratie. Nous avons semblé être un cas perdu dans le concert des nations. Après 31 ans de féroce dictature, les étrangers ont déclaré que «ces Dominicains n’ont aucune expérience en matière de construction de la démocratie parce qu’ils ne l’ont jamais connue». Le même argument est avancé aujourd’hui contre Haïti. Les Haïtiens se voient refuser la capacité de construire une démocratie.

Cependant, ce que le processus politique haïtien a récemment montré, c’est précisément que les Haïtiens ont la capacité de commencer à édifier une démocratie parce qu’ils ont commencé à renverser les ennemis de leur démocratie. Haïti est aujourd’hui ce que nous étions les Dominicains en 1961, avec l’avantage qu’Haïti a éliminé — du moins temporairement — l’armée, structure de pouvoir et de force qui a empêché pendant de nombreuses années le développement démocratique d’Haïti. Enfin, je pense que même si l’avenir est positif, cet avenir ne nous sera pas donné gratuitement: il doit être construit.

Toute l’histoire est construction. L’avenir est, comme le passé, une construction de ceux qui décident de vivre d’une certaine manière. Il y a encore des risques. Mais les chances, je le répète, n’ont jamais été meilleures que maintenant. Adaptation du texte espagnol «Antihaitianismo Histórico y Antihaitianismo de Estado» par G.M.

Notes: l’antihaitianismo, le neotrujillismo constituent des idéologies. Nous avons évité le trait d’union pour mieux cerner les ismes. G.M.

Frank Moya Pons

Pages