Accueil

FICHEZ LA PAIX A CORINNE MENCE-CASTER MAINTENANT !

   Pendant ses 4 années de mandat à la tête de l'ex-UAG, puis de l'UA, Corinne MENCE-CASTER, n'a eu de cesse d'être en butte à des attaques d'une violence inouïe, attaque qui ont commencé trois jours à peine après avoir été élue. Attaques tous azimuts provenant tant des voyous du CEREGMIA, que le CNESER vient de condamner lourdement, que de chauvins ou de misogynes. Parfois, tous coalisés__mafieux du CEREGMIA, chauvins (mon pays-mon-île à moi !) et misogynes (An fanm ka dirijé nou ? Pff !)__ils se sont acharnés contre elle et son équipe, multipliant les coups bas et les complots que CMC et les siens ont fait échouer les uns après les autres.

   Malgré cela, tous les cours ont pu se dérouler normalement, toutes les soutenances de masters et de thèses de doctorat ont été effectuées, tous les colloques ont pu se tenir et surtout la paye des personnel enseignant et administratif a toujours été assurée. Mieux : les statuts de l'UA ont été adoptés à l'unanimité et les comptes de l'établissement ont été certifiés. Qui dit mieux dans un contexte de guérilla permanente menée par les mafieux-chauvins-misogynes ?

   QUI DIT MIEUX ?
   Or, aujourd'hui qu'elle a été recrutée sur un poste prestigieux à la nom moins prestigieuse Sorbonne, poste sur lequel ont postulé plusieurs dizaines de candidats du monde entier, voici que des médiocres dont personnes n'entendra jamais parler au-delà de leur minuscule "Ba-di-bou"ou "Bò Kannal" continuent à l'attaquer lâchement. Tel Didier DESTOUCHES, vice-président du Pôle Guadeloupe de l'UA, sur le site guadeloupéen, CCN (CARIBCREOLENEWS) de Danik ZANDRONIS. 
   Nous lançons un avertissement solennel à tous ceux qui s'apprêteraient à continuer dans cette voie d'une mesquinerie crasse : nou kay okipé dè zot !...

 

*****

 

Corinne Mencé-Caster a eu l’extrême dignité de partir, sans attaquer nommément personne, sans chercher à régler des comptes avec qui que ce soit.

 

Elle a simplement informé qu’elle considérait son travail achevé, puisque l’Université des Antilles était désormais sur les rails avec ses nouveaux statuts adoptés, ses comptes certifiés, sa gestion assainie et ses effectifs en hausse sensible.

 

Pourtant, certains de ses détracteurs continuent de s’acharner, de tenter de salir son nom et sa réputation, prétendant qu’elle aurait dû les consulter avant d’annoncer qu’elle mettait fin à ses fonctions.

 

C’est le cas de Didier Destouches, vice-président du pôle Guadeloupe (et non pas de l’UA comme il se plaît malhonnêtement  à le faire croire) qui ose s’étonner de ne pas avoir été consulté, alors même qu’il était le premier à clamer sur les ondes en janvier 2015 que la présidente de l’UA avait siphonné les fonds pour la Martinique, autant de contrevérités démenties par les faits, puisque le pôle Guadeloupe recevait 60% du budget dévolu aux pôles, contre 40% pour la Martinique.

 

Ce même vice-président qui claironnait qu’il était contre le ticket à trois n’hésite pas aujourd’hui à regretter de ne pas avoir été consulté par CMC sur sa démission.

Les femmes seraient-elles sous tutelle dans nos pays, au point de devoir consulter ceux qui s’empressent de les attaquer,  quand elles oeuvrent pour assainir et même quand elles  ne sont plus là pour se défendre ?

 

Pire : après de somptueuses déclarations sur son attachement à l’Université des Antilles et sa volonté de la défendre coûte que coûte, lors du premier conseil d’administration de l’UA,  du 2 octobre 2015 –soit il y a tout juste un an-, l’actuel vice-président du pôle Guadeloupe déclare  aujourd’hui solennellement ne pas se présenter à la présidence de l’UA, parce qu’il est un farouche partisan de l’Université de la Guadeloupe. Ce qui ne l’empêche nullement dans le même temps de s’autoproclamer de manière erronée « vice-président de l’UA » et de brandir lors des journées du Campus Outre-Mer à Paris, une pancarte de l’UA.

 

Que d’incohérences !

 

Rappelons enfin que tous ces membres du conseil d’administration (CA) qui aujourd'hui refusent de mettre fin à leurs mandats pour anticiper les élections, complotaient l’an dernier, à pareille heure, avec la complicité de certains politiques, pour déchouquer CMC, lors du premier CA de l’UA. Pour cela, ils ont fait le siège de chacun des membres du CA pour tenter de les convaincre de couper la tête de CMC par une démission concomitante des 2/3 des membres de ce CA.

En 2014, certains journalistes s’empressaient de rédiger des articles dont le titre était « Pourquoi CMC doit partir », simplement parce que cette dernière avait pris à bras-le-corps, la question du CEREGMIA.

 

Ce qui embête toutes ces personnes’ c’est que CMC soit partie, quand elle l’a voulu, au moment où elle l’a décidé et quand tout allait bien pour elle !

 

Pas quand ils l’avaient voulu, malproprement ! De manière fielleuse ! Pour l’humilier !

 

CMC vous a bien eus, alors  fichez-lui la paix maintenant !

 

Pages