Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ET SI ON ARRETAIT UN PEU LES JEREMIADES ?

ET SI ON ARRETAIT UN PEU LES JEREMIADES ?

 Depuis que le Covid-machin s'est répandu à travers le monde, ce ne sont que récriminations, indignations et autres jérémiades des auditeurs, téléspectateurs et facebookeurs.

 MACRON ne fait rien pour la Martinique ! Les Békés se foutent de nous avec leurs masques gratuits/payants ! La CTM aurait dû avoir fermé l'aéroport du Lamentin et bloqué le port de Fort-de-France ! Où sont les médecins cubains qu'on nous a promis ! Edouard PHILIPPE a mis les pays d'Outremer tête en bas sur la carte affichée lors de sa conférence de presse ! Et bla-bla-bla...
 Mais qu'est-ce qu'on en a à cirer qu'il l'ait mise tête-bêche, à l'envers, à l'endroit ou de travers ? Vous ignoriez peut-être que votre tête d'épingle de pays est le cadet des soucis de l'Amère-patrie ? Au lieu de jérémiader à longueur de confinement, il serait peut-être temps que chacun réfléchisse pour une fois à l'incongruité de notre situation de dernière colonie de la planète et puisque ça blablate de partout sur un pseudo-"Monde d'après", au lieu de se perdre dans des conjectures plus fumeuses les unes que les autres, il serait grand temps que chacun se positionne clairement. QUE NOUS ARRETIONS DE JOUER NOTRE PETIT JEU DE COMPERES LAPIN. De "moun ki lé bisui-a, mé ki pa lé Méritjen-an" (comme l'on disait au temps de l'Amiral ROBERT). D'infantiles qui se croient plus malins que tout le monde en cherchant toujours à avoir le beurre, l'argent du beurre et le popotin de la fermière en prime.
 Ce temps du confinement doit faire comprendre à chacun qu'il n'est plus possible à la Martinique de demeurer dans l'état dans lequel elle se trouve depuis 1946.
 Notre situation ne peut plus durer. C'est aussi simple que ça ! Donc soit on l'accepte comme elle est et à ce moment là, on la boucle, on arrête de protester, revendicationner, pétitionner, exiger et jérémiader. Ou bien on envisage une voie de sortie. Il n'y a pas trente-six solutions : il n'y en a que deux : le statu-quo (mortifère) ou l'indépendance (en se retroussant les manches et faisant fonctionner ses méninges). Indépendance dans l'amitié avec la France car on ne sache pas que ni le Vietnam ni la Tunisie ni le Sénégal ni la Côte d'Ivoire ni même Haïti soient les ennemis de leur ex-colonisateur. Indépendance dans laquelle les Békés seront mis au pas (et non pas exterminés !) comme cela s'est fait à Barbade ou à l'ile Maurice. Indépendance dans laquelle le créole sera langue co-officielle avec le français (et non le créole la seule et unique langue officielle !). Indépendance dans laquelle il sera mis progressivement fin au système de gaspillage néocolonial et à l'économie de comptoir au profit d'une économie autocentrée (et pas autarcique !). Indépendance qui aura comme boussole sur tous les plans, à tous les niveaux, dans tous les domaines, l'écologie, les préoccupations écologiques etc...etc...
 Oui, nous pouvons profiter du confinement pour réfléchir à tout cela au lieu de passer notre temps en jérémiades stériles et puériles.
 Regardez la photo qui illustre cet article ! Vous n'auriez pas aimé (à court, moyen ou long terme) disposer d'un tel bâtiment ? Simplement à la place de "SESEL" (Seychelles), il y aurait écrit "MATINIK" (ou "WANAKAERA" si certains trouvent le premier terme trop colonial). Et si sa couleur blanche vous débecte, pas de problème ! On peindra le futur bâtiment tout en noir. Les Seychelles sont un état 4 fois plus petit que la Martinique et avec 3 fois moins de population. Lui aussi est frappé par le Covid-machin, mais là-bas, personne ne pleurniche ni ne passe son temps en récriminations. Le pays affronte la pandémie, c'est tout !
 Donc, le choix n'est pas compliqué. STOP LES JEREMIADES ! Sispann pléré zié sek ! Merci...

Commentaires

michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:51 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de giueulr d'un aiditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est ecxactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l'
michel mirgan | 20/04/2020 - 18:53 :
Les (pseudo) Indépendantistes ont battu tous les records !!!Pendant les 15 premiers joirs de l'épidémie ces messieurs ont passé leur temps à réclamer encore une fois à l'Etat de leur donner des masques !Il a fallu du coup de gueule d'un auditeur pour qu'ils se rendent compte qu'on pouvait en faire fabriquer ici même !!Un comble pour des "Indépendantistes".C'est exactement comme si en 1960 durant la guerre d'Algérie ,le FLN demandait à l' Etat français de vacciner les petits Algériens !!
Frédéric C. | 20/04/2020 - 20:21 :
Monsieur Mirgan, tout cela est un peu plus complexe (euphémisme) que ce que sous-entendent vos commentaires péremptoires... D’abord la comparaison avec l’Algérie est abusive : en 1960 l’Algérie était en guerre ouverte (au sens propre) avec la France pour son indépendance nationale. De plus elle avait les moyens de son développement. (Ce qu’elle en a fait, ce qu’elle est devenue ensuite, c’est un autre débat.) Toujours est-il que la Martinique n’est pas dans ce cas de figure. Donc oui, il y a en Mque des indépendantistes. Mais «les» indépendantistes, vous semblez les exécrer, vous les appelez même «pseudo-indépendantistes». Savez-vous au moins que certains militants indépendantistes et autonomistes ont fait de gros sacrifices, parfois au péril de leur vie? Certains sont encore vivants, d'autres ont été tués! Eh bien "les" indépendantistes ne sont pas d’accord sur tout. Par exemple, le Modemas insiste davantage sur l’écologie (et en pratique G.Malsa avait fait du boulot en tant que Maire de Ste-Anne), semble verser dans une dérive «noiriste» et ne se dit pas «internationaliste prolétarien». D’autres organisations se réclamant de l’indépendantisme (CNCP de Jikanbout, PKLS, GRS) se réclament de cet internationalisme, pas toujours sous les mêmes forme et fond d’ailleurs, et considèrent l’écologie comme une question seconde (mais pas secondaire)... On pourrait multiplier les exemples de divergences profondes. Certains partisans de l’indépendance la conçoivent avec étape préalable d’AUTONOMIE POLITIQUE, d’autres immédiatement, sans étape (ce qui semble être le cas de l’auteur de cet article). Autonomie «politique» signifierait un pouvoir politique domicilié en Mque, par opposition à AUTONOMIE purement «ADMINISTRATIVE», dont dispose n’importe quelle commune du pays, de même que la CTM, qui n’est que la réunion en une Assemblée unique des Conseils généraux et Conseils Régional d’avant 2015. Donc M.Mirgan, écrire «les indépendantistes» ceci, «les indépendantistes» cela, tout cela parce que vous avez lu des articles écrits par deux ou trois militants indépendantistes, c’est un peu facile, voire permet d’esquiver les débats. Les amalgames sont faciles et n’élèvent pas le débat.. Ceci posé, ne pas oublier une chose : les Martiniquais paient des impôts à l’Etat français (TVA, Impôt sur le revenu, CSG, Impôt sur les sociétés, etc.). Théoriquement, l’impôt est censé financer les dépenses publiques sur tout le territoire «administré» par la France, notamment en matière de santé publique!. S’il le fait à la légère dans ses «Outre-Mers» (comme disent les Officiels), il y a un problème : c’est un hold-up, et il faut le dénoncer...et, vu l’urgence, revendiquer des moyens, qui sont financés par les Martiniquais via leurs impôts (la TVA étant le plus gros poste). Quant à déterminer s’il faudrait une indépendance immédiate ou pas, c’est un vrai débat que les courants indépendantistes doivent mener entre eux et devant l’opinion publique à laquelle ils sont censés s’adresser... On peut légitimement penser que, vu l’absence complète d’autosuffisance alimentaire actuellement, et d’un tissu productif le permettant, l'indépendance immédiate ne serait pas viable (la façon dont ça s'est passé aux Seychelles ne correspond pas aux "méthodes" françaises) il faudrait une étape transitoire appelée «autonomie politique» (cf ci-dessus), avec des attributs de souveraineté lui permettant d’impulser un développement autocentré (exactement le contraire de ce qu’on voit actuellement). Donc un pouvoir politique domicilié sur place (qui ne signifierait pas l’indépendance avec la France), ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Les Martiniquais ont voté contre à 79% en 2010... Mais ils ont voté «Oui» à une assemblée unique de type CTM, ce qu’ils avaient refusé en décembre 2003. Même si les dés sont pipés, et parfois décrédibilisés par une grande partie du personnel politique en place, les idées de gestion sur place des affaires martiniquaises par les Martiniquais avancent, à tout petits, tout petits pas. Tout ceci pour dire que vos commentaires anti-indépendantistes seraient plus convaincants s’ils étaient marqués de plus de discernement et d’analyses. Les aboiements, cela ne convainc personne, même si cela vous soulage. Concernant le propos central (peut-on croire) de l’auteur de l’article : OUI, le confinement actuel doit être l’occasion de réfléchir à la situation du pays, comprendre que le statu quo ne peut plus durer, et en convaincre le peuple pour qu’il réclame progressivement et de plus en plus fortement, par des mobilisations massives et un rejet majoritaire du consumérisme, une vraie décolonisation sous une forme ou une autre. Ce qui passerait in fine, en l’état actuel du droit positif, par une ou des consultations référendaires et renverser l’échelle des résultats de 2010. Le chantier est immense, les pionniers du rejet du statu quo ont commencé le travail voici plus de 60 ans.

Pages