Accueil

En Martinique, personne n'a jamais demandé la création d'une "Université de la Martinique" !

En Martinique, personne n'a jamais demandé la création d'une "Université de la Martinique" !

   Certaines personnes ne savent plus quoi inventer pour déstabiliser et pousser à la démission la vice-présidente du Pôle Martinique, Odile FRANCOIS-HAUGRIN, pourtant élue dans les règles de la démocratie.

   Leur dernière invention (et tentative de manipulation médiatique) : les partisans de celle-ci demanderaient la création d'une "Université de la Martinique" au médiateur envoyé ces jours-ci par le Ministère de l'Enseignement Supérieur afin de tenter de régler les dysfonctionnements qui empêchent le bon fonctionnement de l'Université des Antilles.

   Cette accusation est bien évidemment totalement infondée !

   En réalité, le tort de la Vice-Présidente du Pôle Martinique et de tous ceux qui la soutiennent est de se battre corps et âme pour que l'autonomie des pôles (et donc celui de la Martinique), prévue dans la loi de création de l'établissement de 2015, soit respectée et pour que le Pôle Martinique ne devienne pas une simple annexe de celui de la Guadeloupe. Car l'équivalent de 7 millions d'euros en postes et moyens sont en passe, au cours des années qui viennent, d'être transférés de la Martinique vers la Guadeloupe. Cela avec la complicité de certains Martiniquais !

   Hier, ces personnes ne se sont jamais battues contre le CEREGMIA qui pourtant est la cause d'un remboursement de près de 10 millions d'euros à diverses instances, notamment européennes. Aujourd'hui, ces mêmes personnes ne se battent pas pour faire respecter l'autonomie de leur propre pôle.

   En plus de tout cela, elle lance sur la place publique le plus gros bobard qui soit : le désir de créer une université de la Martinique. Plus c'est gros, plus ça passe, dit-on. Mais là, ça ne passera pas du tout : HALTE AU MENSONGE ! Vouloir faire respecter l'autonomie du Pôle Martinique telle quelle est prévue dans les textes n'est pas du tout chercher à se séparer du Pôle Guadeloupe et à casser l'Université des Antilles.

   (Mais, selon nos informations, très bientôt, le Parquet National Financier de Paris convoquera certaines d'entre ces personnes et là, fini de rigoler !...)