Accueil
Le dossier «noir» du doublage

DISCRIMINATION DANS LE CINÉMA FRANÇAIS

Pourquoi les comédiens de couleur ne doublent-ils pratiquement jamais les acteurs blancs, alors que les doubleurs blancs font souvent des voix de Noirs ? La Halde mène l'enquête

Scène de fin de doublage dans un studio parisien, il y a un an. Douze comédiens français viennent de prêter leur voix à une série américaine. Ils sont invités à s’inscrire pour une prochaine séance.

Deux acteurs de couleur se portent candidats, mais sont écartés d office par la directrice du casting. Elle nous a expliqué qu'elle ne savait pas encore s'il y avait des gens comme nous sur le prochain épisode. Et qu'elle ne pouvait pas nous faire doubler n'importe quel acteur car nous avions des voix spéciales, raconte {{Yasmine Modestine}}. Sous-entendu que avec nos {«voix de blacks» nous ne pouvions pas doubler des acteurs blancs.»} Qu'importe si, à l'oreille, cette comédienne métisse issue du Conservatoire de Paris évoque davantage le phrasé de Fanny Ardant que celui de {{Christiane Taubira}}. Elle estime aujourd'hui avoir été victime d'un préjugé raciste, certes soft, comme il convient dans le monde artistique, mais bien réel dans le milieu du doublage. La directrice de casting en cause, tout en requérant l'anonymat, récuse cette accusation et avance une version des faits radicalement différente : Je leur ai simplement dit que je ne pouvais pas toujours prendre les mêmes, explique-t-elle. Une façon douce de leur faire comprendre que je n'étais pas forcément très contente de leur travail.

Simple désaccord artistique ou préjugé discriminatoire ? Selon nos informations, {la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité (Halde)} s'est enfin saisie de l'affaire. Alertée dès l'année dernière par Yasmine Modestine, elle avait préféré dans un premier temps botter en touche. Le dossier est monté jusqu'à Matignon, via le Haut Conseil à l'Intégration. Et la Halde a été contrainte de le rouvrir.

Avant les premières auditions, l'étude des castings de doublage en France pourrait bien être très instructive pour les enquêteurs : les comédiens de couleur doublent en effet quasi exclusivement des acteurs noirs américains. Si les Antillais {{Greg Germain}}, {{Thierry Desroses}} ou {{Med Hondo}} prêtent leurs voix respectivement à {{Will Smith, Wesley Snipes et Eddie Murphy}}, on ne leur attribue que très rarement des rôles de Blancs. Certes une métisse comme {{Maïk Darah}}, doubleuse reconnue, a un jour interprété Madonna. Un comédien d'origine martiniquaise comme {{Lionel Henri}} a doublé {{Bill Crystal}}, vedette de Quand {Harry rencontre Sally}. D'autres encore font des voix «blanches» dans des séries de seconde zone. Mais il s'agit à chaque fois d'exceptions.

Explication politiquement correcte : le métier manquerait de comédiens de doublage de couleur. Il y a moins de diversité qu'on le souhaiterait, soutient par exemple {{Mathieu Taïeb}}, l'un des responsables de {Dubbling Brothers}, l'une des plus grosses boîtes spécialisées en France. Pourtant, même les quelques stars de couleur que compte le cinéma français ne parviennent pas à sortir de leur ghetto sonore. Il m'est arrivé une fois de doubler un Blanc dans {«Crocodile Dundee 2}, témoigne {{Pascal Légitimus}}, l'Antillais des {{Inconnus}}. Mais c'est tout Est-ce parce que, même sans accent, les blacks ont une voix de black ? La controverse fait rage dans les studios d'enregistrement.

Sous couvert de l'anonymat, une directrice de doublage soutient que les comédiens noirs américains ont un grain de voix très particulier. Or la production nous demande en général d'avoir des voix françaises se rapprochant des originales. Le plus simple est de calquer les morphologies et les caractères des personnages originaux.

Et pourtant, en France, les doubleurs blancs prêtant leurs voix aux comédiens noirs sont légion. Dans les studios subsiste une croyance d'inspiration coloniale selon laquelle les Noirs sont censés avoir des voix graves, les Asiatiques un timbre aigu, s'insurge la comédienne Yasmine Modestine. Seuls les Blancs sont censés pouvoir s'adapter à tous les styles ethniques. Comme si la mélatonine influait sur les cordes vocales ! Un préjugé dont a été victime {{Pascal Légitimus}} lui-même. En 1997, il avait été invité par Luc Besson à faire des essais sur la voix de l'acteur noir américain {{Chris Tucker}} pour le {Cinquième Elément}. {{Tucker}} a un timbre naturel plutôt aigu que reproduisait bien Légitimus. Mais Besson préférera faire doubler Tucker par {{Tom Novembre}}... un chanteur blanc connu pour sa voix basse et grave. Une voix de Noir ?

{Dix stars noires à la voix «blanche»}

Sur les écrans français, Denzel Washington, Danny Glover, Morgan Freeman, Bill Cosby, Cuba Gooding Jr, Forest Whitaker, Don Cheadle, Whitney Houston, Gloria Reuben et Naomi Campbell sont doublés par des comédien(ne)s blanc(he)s.

{{Olivier Toscer}}
_ Nouvel observateur du 14 février 2008

Pages