Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

D'érudit musulman à esclave en Amérique : l'histoire d'Omar Ibn Said

muzz.fr
D'érudit musulman à esclave en Amérique : l'histoire d'Omar Ibn Said

Pendant des siècles durant, le commerce triangulaire et la traite des noirs à fait beaucoup de victimes réduisant 10 à 15 millions de personnes en esclavage. Il n’en demeure pas moins que certains ont résisté avec les moyens qui étaient les leurs...

Parmi ces résistants, rencontrez Omar Ibn Said (1770-1864) auteur d'une des rares autobiographies d'esclaves afro-américain.

Intégralement rédigée en arabe, l'autobiographie débute par la citation de la sourate LXVII (al-Mulk), dans laquelle est exprimée, en substance, l’idée que Dieu seul a souveraineté sur les êtres humains.

Né au Fouta-Toro, dans l’actuel Sénégal au sein d’une famille de riches marchands, Omar Ibn Said (alias Omaroh, Monroe ou encore Morro) est un érudit musulman qui a étudié le Coran et les sciences religieuses durant vingt-cinq années avant d’être capturé et vendu comme esclave en Amérique.

Si son premier maître appartenait à cette race d’humains qui «ne craignent pas Dieu», comme il l’écrit, les Owen, ses derniers maîtres, le traitent davantage en ami qu’en serviteur. Ils lui offrent un Coran en anglais afin qu’il maîtrise l’écrit, puis une Bible en arabe, dans l’espoir qu’il se convertisse au christianisme.

Omar Ibn Said, le premier symbole de cette histoire

Omar Ibn Said assistait de fait à l’office presbytérien avec le reste de la famille. Mais les spécialistes sont partagés sur la sincérité de cette conversion. Il est établi, par exemple, qu’Omar Ibn Said a refusé l’offre qui lui a été faite de retourner en Afrique afin d’y officier en qualité de missionnaire. 

Dans les 14 manuscrits, tous rédigés en arabe, qui nous sont parvenus, le mot Allah est employé avec une grande fréquence. Homme pieux durant toute sa vie, il raconte dans son autobiographie qu'il avait fait son pélérinage à la Mecque avant sa capture.

Depuis 1991, une mosquée de Caroline du Nord porte son nom : Masjid Omar Ibn Sayyid.

Extrait de La vie d'Omar ibn Said

"Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Remerciement à Dieu, pour sa bonté, sa générosité et ses bienfaits. 

Je ne peux écrire ma vie, ayant beaucoup oublié de ma langue ainsi que de la langue des arabes. De plus, je ne maitrise qu'un peu la grammaire et le vocabulaire. Oh mes frères, je vous le demande, au nom de Dieu, ne me blâmez pas, pour mes yeux qui sont faibles au même titre que mon corps.

Mon nom est Omar ibn Said; mon lieu de naissance est Fouta-Toro, entre les deux rivières... Là vint une grande armée dans notre pays. Ils ont tué beaucoup de personnes. Ils m'ont capturé, et emmené dans l'océan, et vendu aux mains d'un chrétien qui m'a acheté et emmené en bateau dans l'océan. Nous avons voyagé dans l'océan pendant un mois et demi jusqu'à ce qu'on arrive à un endroit appelé Charleston."

Traduction d'un extrait de “The Life of Omar Ibn Said, Written by Himself,” Ala A. Alryyes, tr., in The Multilingual Anthology of American Literature. Marc Shell and Werner Sollors, eds. 2000, New York University Press, 0-8147-9753-9 pb.

A Muslim American Slave: The Life of Omar Ibn Said (Wisconsin Studies in Autobiography) by Omar Ibn Said

Son legs majeur, une autobiographie riche d’informations sur la période africaine de sa vie, Omar Ibn Said en a envoyé une copie en 1836 à Lamen Kebe, un autre musulman également originaire du Fouta-Toro, mais qui, affranchi, préparait depuis New York son retour au pays. Lamen Kebe (alias Abd al-Amin ou Paul) qui était maître d’école avant sa capture, fera partie des fondateurs du Liberia, un Etat créé en 1822 pour servir de foyer national à des esclaves noirs libérés.

 

Source : https://www.muzz.fr/derudit-musulman-a-esclave-en-amerique-lhistoire-domar-ibn-said-112

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages